Mines et ordinateurs aux meilleurs prix en Europe
Adresse : Opletalova 20, Prague 1
Téléphone: + 420 792 480 835

Termes et conditions

Société commerciale Kentino s.r.o. (PC PRAGUE)

dont le siège social est : Čestmírova 25. 14 000 Prague 4. Numéro d'identification : 05066743 inscrit au registre du commerce tenu par le tribunal municipal de Prague, section C, insert 311185

pour la vente de biens via une boutique en ligne située à l'adresse www.pcpraha. Cz

      1. DISPOSITIONS INTRODUCTIVES

    1.1. Les présentes conditions générales (ci-après dénommées "conditions générales") de la société commerciale Kentino s.r.o., dont le siège social est situé Čestmirova 25, 140 00 Prague, numéro d'identification : 05066743, inscrite au registre du commerce tenu par le tribunal municipal de Prague , section C, entrée 311185 (ci-après dénommé "le vendeur ") réglementer conformément aux dispositions du § 1751 alinéa 1 de la loi n ° 89/2012 Coll., le Code civil, tel que modifié (ci-après dénommé le " Code civil"), les droits et obligations réciproques des parties contractantes nés dans le cadre ou sur la base d'un contrat d'achat (ci-après dénommé le "contrat d'achat") conclu entre le vendeur et une autre personne physique ou morale (ci-après dénommée en tant qu'"acheteur") via la boutique en ligne du vendeur. La boutique en ligne est exploitée par le vendeur sur un site Web situé à l'adresse www.pcpraha.cz (ci-après dénommé le "site Web"), via l'interface du site Web (ci-après dénommée "l'interface Web de la boutique").

    1.2. Les conditions générales ne s'appliquent pas aux cas où la personne qui a l'intention d'acheter des biens au vendeur est une personne morale ou une personne qui, lors de la commande de biens, agit dans le cadre de son activité commerciale ou dans le cadre de sa profession indépendante.

    1.3. Des dispositions s'écartant des termes et conditions peuvent être négociées dans le contrat d'achat. Les dispositions divergentes du contrat d'achat prévalent sur les dispositions des conditions générales.

    1.4. Les termes et conditions font partie intégrante du contrat d'achat. Le contrat d'achat et les conditions générales sont rédigés en langue tchèque. Le contrat d'achat peut être conclu en langue tchèque.

    1.5. Le libellé des conditions générales peut être modifié ou complété par le vendeur. Cette disposition n'affecte pas les droits et obligations découlant de la période de validité de la version précédente des conditions générales.

        1. COMPTE D'UTILISATEUR

      2.1. Sur la base de l'inscription de l'acheteur sur le site Web, l'acheteur peut accéder à son interface utilisateur. L'acheteur peut commander des marchandises à partir de son interface utilisateur (ci-après dénommée "compte utilisateur"). Si l'interface Web du magasin le permet, l'acheteur peut également commander des marchandises sans inscription directement depuis l'interface Web du magasin.

      2.2. Lors de l'inscription sur le site Web et lors de la commande de marchandises, l'acheteur est tenu de saisir toutes les données correctement et véridiquement. L'acheteur est tenu de mettre à jour les données spécifiées dans le compte d'utilisateur en cas de changement. Les données fournies par l'acheteur dans le compte utilisateur et lors de la commande de marchandises sont considérées comme correctes par le vendeur.

      2.3. L'accès au compte utilisateur est sécurisé par un identifiant et un mot de passe. L'acheteur est tenu à la confidentialité des informations nécessaires pour accéder à son compte utilisateur.

      2.4. L'acheteur n'est pas autorisé à permettre l'utilisation du compte utilisateur par des tiers.

      2.5. Le vendeur peut résilier le compte utilisateur, notamment si l'acheteur n'utilise pas son compte utilisateur pendant plus de 12 mois, ou si l'acheteur viole ses obligations en vertu du contrat d'achat (y compris les termes et conditions).

      2.6. L'acheteur reconnaît que le compte utilisateur peut ne pas être disponible en permanence, notamment en ce qui concerne la maintenance nécessaire des équipements matériels et logiciels du vendeur, ou maintenance nécessaire des équipements matériels et logiciels de tiers.

          1. CONCLUSION DU CONTRAT D'ACHAT

        3.1. Toute la présentation des marchandises placées dans l'interface Web du magasin est de nature informative et le vendeur n'est pas obligé de conclure un contrat d'achat concernant ces marchandises. Les dispositions de l'article 1732, alinéa 2 du Code civil ne sont pas applicables.

        3.2. L'interface Web du magasin contient des informations sur les marchandises, y compris les prix des marchandises individuelles et les frais de retour des marchandises, si ces marchandises ne peuvent pas, de par leur nature, être retournées par la voie postale habituelle. Les prix des marchandises sont indiqués TTC et tous frais y afférents. Les prix des marchandises restent valables tant qu'ils sont affichés dans l'interface web du magasin. Cette disposition ne limite pas la capacité du vendeur à conclure un contrat d'achat à des conditions convenues individuellement.

        3.3. L'interface Web du magasin contient également des informations sur les coûts associés à l'emballage et à la livraison des marchandises. Les informations sur les coûts associés à l'emballage et à la livraison des marchandises répertoriées dans l'interface Web du magasin ne sont valables que dans les cas où les marchandises sont livrées sur le territoire de la République tchèque.

        3.4. Pour commander des marchandises, l'acheteur remplit le formulaire de commande dans l'interface web du magasin. Le bon de commande contient principalement des informations sur :

        3.4.1. marchandises commandées (les marchandises commandées sont "mises" par l'acheteur dans le panier électronique de l'interface web du magasin),

        3.4.2. mode de paiement du prix d'achat des marchandises, des informations sur le mode de livraison requis des marchandises commandées et

        3.4.3. des informations sur les coûts associés à la livraison des marchandises (ci-après collectivement dénommées la "commande").

        3.5. Avant d'envoyer la commande au vendeur, l'acheteur est autorisé à vérifier et à modifier les données saisies par l'acheteur dans la commande, en tenant également compte de la capacité de l'acheteur à détecter et à corriger les erreurs survenues lors de la saisie des données dans la commande. L'acheteur envoie la commande au vendeur en cliquant sur le bouton "Terminer la commande". Les données figurant dans la commande sont réputées correctes par le vendeur. Immédiatement après réception de la commande, le vendeur confirmera cette réception à l'acheteur par e-mail, à l'adresse e-mail de l'acheteur indiquée dans le compte utilisateur ou dans la commande (ci-après dénommée "l'adresse e-mail de l'acheteur") .

        3.6. Le vendeur a toujours le droit, selon la nature de la commande (quantité de marchandises, prix d'achat, frais de port estimés), de demander à l'acheteur une confirmation supplémentaire de la commande (par exemple, par écrit ou par téléphone).

        3.7. La relation contractuelle entre le vendeur et l'acheteur est établie par la remise de l'acceptation de la commande (acceptation), qui est envoyée par le vendeur à l'acheteur par e-mail, à l'adresse e-mail de l'acheteur.

        3.8. L'acheteur s'engage à utiliser des moyens de communication à distance lors de la conclusion du contrat d'achat. Les frais encourus par l'acheteur lors de l'utilisation de moyens de communication à distance dans le cadre de la conclusion du contrat d'achat (frais de connexion Internet, frais d'appels téléphoniques) sont à la charge de l'acheteur lui-même, et ces frais ne diffèrent pas du prix de base taux.

            1. PRIX DES MARCHANDISES ET CONDITIONS DE PAIEMENT

          4.1. L'acheteur peut payer le prix des marchandises et tous les frais associés à la livraison des marchandises conformément au contrat d'achat au vendeur des manières suivantes :

          v hotovosti v provozovně prodávajícího na adrese Opletalova, č.p. 20, PSČ 11000, Město Praha;
          
          v hotovosti na dobírku v místě určeném kupujícím v objednávce;
          
          bezhotovostně převodem na účet prodávajícího č. 2300998633/2010
          , vedený u společnosti Fio banka (dále jen „účet prodávajícího“);
          
          bezhotovostně platební kartou online prostřednictvím platební brány;
          
          prostřednictvím úvěru poskytnutého třetí osobou - po dohodě.

          4.2. Outre le prix d'achat, l'acheteur est également tenu de payer au vendeur les frais liés à l'emballage et à la livraison de la marchandise au montant convenu. Sauf indication contraire expresse, le prix d'achat comprend également les frais liés à la livraison de la marchandise.

          4.3. Le vendeur n'exige pas de dépôt ou autre paiement similaire de la part de l'acheteur. Cela n'affecte pas les dispositions de l'article 4.6 des Conditions générales concernant l'obligation de payer le prix d'achat des marchandises à l'avance.

          4.4. En cas de paiement comptant ou en cas de paiement à la livraison, le prix d'achat est payable à réception de la marchandise. En cas de paiement autre qu'en espèces, le prix d'achat est payable dans les 14 jours suivant la conclusion du contrat d'achat.

          4.5. En cas de paiement autre qu'en espèces, l'acheteur est tenu de payer le prix d'achat de la marchandise avec le symbole de paiement variable. En cas de paiement autre qu'en espèces, l'obligation de l'acheteur de payer le prix d'achat est remplie lorsque le montant correspondant est crédité sur le compte du vendeur.

          4.6. Le vendeur est en droit, notamment dans le cas où l'acheteur ne fournit pas de confirmation supplémentaire de la commande (article 3.6), d'exiger le paiement de l'intégralité du prix d'achat avant l'envoi de la marchandise à l'acheteur. Les dispositions de l'article 2119 (1) du Code civil ne sont pas applicables.

          4.7. Les éventuelles remises sur le prix des marchandises accordées par le vendeur à l'acheteur ne sont pas cumulables entre elles.

          4.8. S'il est d'usage dans les relations commerciales ou s'il est stipulé par des dispositions légales généralement contraignantes, le vendeur émettra un document fiscal - une facture - à l'acheteur concernant les paiements effectués sur la base du contrat d'achat. Le vendeur est/n'est pas un assujetti à la taxe sur la valeur ajoutée. Document fiscal - ​​le vendeur émet la facture à l'acheteur après le paiement du prix de la marchandise et l'envoie sous forme électronique à l'adresse e-mail de l'acheteur.

          4.9. Selon la loi sur l'enregistrement des ventes, le vendeur est tenu de délivrer un reçu à l'acheteur. Dans le même temps, il est obligé d'enregistrer en ligne les ventes reçues auprès de l'administrateur fiscal; en cas de panne technique, puis au plus tard dans les 48 heures.

              1. RETRAIT DU CONTRAT D'ACHAT

            5.1. L'acheteur reconnaît que, conformément aux dispositions du § 1837 du Code civil, il n'est pas possible, entre autres, de résilier le contrat d'achat pour la fourniture de biens qui a été modifié selon les souhaits de l'acheteur ou pour son personne, du contrat d'achat pour la fourniture de biens sujets à une détérioration rapide, ainsi que des biens qui ont été irrémédiablement mélangés avec d'autres biens après la livraison, du contrat d'achat pour la fourniture de biens dans un emballage fermé, que le consommateur a retirés de l'emballage et pour des raisons d'hygiène, il n'est pas possible de le retourner, et du contrat d'achat pour la fourniture d'un enregistrement audio ou vidéo ou d'un programme informatique, s'il a violé leur emballage d'origine.

            5.2. S'il ne s'agit pas d'un cas mentionné à l'article 5.1 des conditions générales ou d'un autre cas où il n'est pas possible de se retirer du contrat d'achat, l'acheteur a le droit de se retirer du contrat d'achat conformément au § 1829, paragraphe 1 du le Code civil, dans un délai de quatorze (14) jours à compter de l'acceptation du bien, tandis que dans le cas où l'objet du contrat d'achat porte sur plusieurs types de biens ou la livraison de plusieurs pièces, ce délai court à compter du jour de l'acceptation du bien dernière livraison de marchandises. La rétractation du contrat d'achat doit être envoyée au vendeur dans le délai spécifié dans la phrase précédente. Pour résilier le contrat d'achat, l'acheteur peut utiliser le modèle de formulaire fourni par le vendeur, qui constitue une annexe aux conditions générales. La rétractation du contrat d'achat peut être envoyée par l'acheteur, entre autres, à l'adresse du siège social du vendeur ou à l'adresse e-mail du vendeur. [email protected].

            5.3. En cas de résiliation du contrat d'achat conformément à l'article 5.2 des conditions générales, le contrat d'achat est résilié dès le début. Les marchandises doivent être retournées par l'acheteur au vendeur dans les quatorze (14) jours suivant la remise de la rétractation du contrat d'achat au vendeur. Si l'acheteur résilie le contrat d'achat, l'acheteur supporte les frais liés au retour des marchandises au vendeur, même si les marchandises ne peuvent pas être retournées par la voie postale habituelle en raison de leur nature.

            5.4. En cas de rétractation du contrat d'achat conformément à l'article 5.2 des conditions générales, le vendeur restituera les fonds reçus de l'acheteur dans les quatorze (14) jours suivant la rétractation du contrat d'achat par l'acheteur, de la même manière que le vendeur les a reçus de l'acheteur. Le vendeur est également en droit de restituer la prestation fournie par l'acheteur lorsque les marchandises sont retournées par l'acheteur ou d'une autre manière, si l'acheteur est d'accord et qu'aucun frais supplémentaire n'est encouru par l'acheteur. Si l'acheteur résilie le contrat d'achat, le vendeur n'est pas tenu de restituer les fonds reçus à l'acheteur avant que l'acheteur ne lui restitue la marchandise ou ne prouve qu'il a envoyé la marchandise au vendeur.

            5.5. Le vendeur est en droit de compenser unilatéralement la demande de paiement des dommages causés à la marchandise par la demande de l'acheteur de remboursement du prix d'achat.

            5.6. Dans les cas où l'acheteur a le droit de résilier le contrat d'achat conformément au § 1829 alinéa 1 du Code civil, le vendeur a également le droit de résilier le contrat d'achat à tout moment, jusqu'au moment de l'acceptation de la marchandise. par l'acheteur. Dans un tel cas, le vendeur restituera le prix d'achat à l'acheteur sans retard injustifié, sans espèces sur le compte désigné par l'acheteur.

            5.7. Le Code civil, au paragraphe 1837, stipule que le consommateur ne peut pas résilier le contrat pour b) la fourniture de biens ou de services, dont le prix dépend des fluctuations du marché financier indépendamment de la volonté de l'entrepreneur et qui peuvent survenir pendant la période de résilier le contrat. Ceci s'applique particulièrement à ASIC mineurs, car leur prix dépend explicitement du prix de la crypto-monnaie donnée qui est extraite/générée en bourse à un moment donné et sur les marchés financiers. Par exemple, nous disons que s19 90TH asic le mineur coûtait environ 240 000 CZK alors que le bitcoin dépassait 1 million de couronnes. Lorsqu'un bitcoin est inférieur à 500 000 CZK, il coûte 50 000 CZK. Il s'agit de la même machine, qui n'a pas été remplacée dans l'horizon temporel donné par une machine générationnellement plus avancée.

            5.8. Si un cadeau est fourni à l'acheteur avec les marchandises, le contrat de cadeau entre le vendeur et l'acheteur est conclu avec la condition de rupture que si l'acheteur se retire du contrat d'achat, le contrat de cadeau concernant un tel cadeau cesse d'être effectif et l'acheteur est tenu de retourner la marchandise au vendeur avec le cadeau offert.

            5.9. ASIC nous livrons des mineurs et des équipements lourds sous un régime de contrat de travail. Quand les commandons-nous au fabricant comme étant sur mesure pour les clients, avec des tests et des réglages.

                1. TRANSPORT ET LIVRAISON DE MARCHANDISES

              6.1. Dans le cas où le mode de transport est contracté sur la base d'une demande spéciale de l'acheteur, l'acheteur supporte le risque et tous les frais supplémentaires liés à ce mode de transport.

              6.2. Si, selon le contrat d'achat, le vendeur est tenu de livrer la marchandise au lieu indiqué par l'acheteur dans la commande, l'acheteur est tenu de prendre en charge la marchandise à la livraison.

              6.3. Si, pour des raisons de la part de l'acheteur, il est nécessaire de livrer les marchandises à plusieurs reprises ou d'une manière différente de celle indiquée dans la commande, l'acheteur est tenu de payer les frais liés à la livraison répétée des marchandises, ou coûts associés à un autre mode de livraison.

              6.4. Lors de la prise en charge de la marchandise au transporteur, l'acheteur est tenu de vérifier l'intégrité de l'emballage de la marchandise et, en cas de défauts, d'en informer immédiatement le transporteur. En cas de violation de l'emballage indiquant une intrusion non autorisée dans l'envoi, l'acheteur n'est pas tenu d'accepter l'envoi du transporteur. Cela n'affecte pas les droits de l'acheteur contre la responsabilité pour les défauts du produit et les autres droits de l'acheteur résultant de réglementations légales généralement contraignantes.

              6.5. Les droits et obligations supplémentaires des parties lors du transport des marchandises peuvent être régis par les conditions spéciales de livraison du vendeur, si elles sont émises par le vendeur.

                  1. DROITS CONTRE UNE PERFORMANCE DÉFECTUEUSE

                7.1. Les droits et obligations des parties contractantes concernant les droits résultant d'une exécution défectueuse sont régis par les dispositions légales généralement contraignantes applicables (en particulier les dispositions des § 1914 à 1925, § 2099 à 2117 et § 2161 à 2174 du Code civil et la loi n° 634/1992 Coll., sur la protection des consommateurs, tel que modifié).

                7.2. Le vendeur est responsable envers l'acheteur que les marchandises sont exemptes de défauts à la réception. En particulier, le vendeur est responsable envers l'acheteur qu'au moment où l'acheteur a pris en charge les marchandises:

                7.2.1. les biens ont les propriétés convenues par les parties et, à défaut d'accord, ils ont les propriétés que le vendeur ou le fabricant a décrites ou que l'acheteur attend eu égard à la nature des biens et sur la base de la publicité effectués par eux,

                7.2.2. les biens conviennent à l'usage que le vendeur déclare pour leur usage ou pour lequel les biens de ce type sont habituellement utilisés,

                7.2.3. la qualité ou la conception des marchandises correspond à l'échantillon ou au modèle contractuel, si la qualité ou la conception a été déterminée en fonction de l'échantillon ou du modèle contractuel,

                7.2.4. est la marchandise dans la quantité, la mesure ou le poids correspondant et

                7.2.5. les marchandises sont conformes aux exigences des réglementations légales.

                7.3. Si un défaut apparaît dans les six mois suivant la réception, il est considéré que la marchandise était déjà défectueuse à la réception.

                7.4. Le vendeur a des obligations en cas d'exécution défectueuse au moins dans la mesure où durent les obligations du fabricant en cas d'exécution défectueuse. L'acheteur est autrement autorisé à exercer le droit d'un défaut qui se produit dans les biens de consommation dans les vingt-quatre mois suivant la réception. Si la période pendant laquelle les marchandises peuvent être utilisées est indiquée sur les marchandises vendues, sur leur emballage, dans les instructions jointes aux marchandises ou dans la publicité conformément à d'autres dispositions légales, les dispositions relatives à la garantie de qualité s'appliquent. Avec une garantie de qualité, le vendeur s'engage à ce que les biens soient propres à l'usage auquel ils sont destinés ou qu'ils conservent leurs propriétés habituelles pendant un certain temps. Si l'acheteur accuse à juste titre le vendeur d'un défaut de la marchandise, le délai d'exercice des droits d'exécution défectueuse ou le délai de garantie ne court pas pendant la période pendant laquelle l'acheteur ne peut pas utiliser la marchandise défectueuse.

                7.5. Les dispositions prévues à l'article 7.2 des conditions générales ne s'appliquent pas aux marchandises vendues à un prix inférieur à un défaut pour lequel un prix inférieur a été convenu, à l'usure normale de la marchandise causée par son utilisation habituelle, en cas de les biens usagés à un défaut correspondant au degré d'usage ou d'usure que présentaient les biens au moment de leur réception par l'acheteur, ou s'il résulte de la nature des biens. Le droit de prestation défectueuse n'appartient pas à l'acheteur, si l'acheteur savait avant de prendre en charge les marchandises que les marchandises avaient un défaut, ou si l'acheteur lui-même a causé le défaut.

                7.6. Les droits de responsabilité pour les défauts du produit s'appliquent au vendeur. Toutefois, si dans la confirmation délivrée au vendeur concernant l'étendue des droits de la responsabilité pour les défauts (au sens des dispositions du § 2166 du Code civil), une autre personne désignée pour la réparation est mentionnée, qui se trouve chez le vendeur ou à un lieu plus proche de l'acheteur, l'acheteur exercera le droit de réparation auprès de celui qui est destiné à effectuer la réparation. A l'exception des cas où une autre personne est désignée pour effectuer la réparation conformément à la phrase précédente, le vendeur est tenu d'accepter la réclamation dans tout établissement où l'acceptation de la réclamation est possible au regard de la gamme des produits vendus ou services fournis, éventuellement aussi au siège social ou à l'établissement. Le vendeur est tenu d'émettre une confirmation écrite à l'acheteur du moment où l'acheteur a exercé le droit, du contenu de la réclamation et de la méthode de traitement de la réclamation requise par l'acheteur ; et une confirmation supplémentaire de la date et du mode de traitement de la réclamation, y compris la confirmation de la réparation et de sa durée, ou une justification écrite du rejet de la réclamation. Cette obligation s'applique également aux autres personnes désignées par le vendeur pour effectuer les réparations.

                7.7. L'acheteur peut spécifiquement exercer ses droits de responsabilité pour les défauts du produit en personne à Opletalova 20, 11000, Prague, par téléphone au +420 602338783 ou par e-mail à [email protected].

                7.8. L'acheteur doit informer le vendeur du droit qu'il a choisi lors de la notification du défaut, ou sans retard excessif après la notification du défaut. Le choix effectué ne peut être modifié par l'acheteur sans l'accord du vendeur ; ceci ne s'applique pas si l'acheteur a demandé la réparation d'un défaut qui s'avère irréparable.

                7.9. Si la marchandise ne présente pas les caractéristiques visées à l'article 7.2 des conditions générales, l'acheteur peut également exiger la livraison d'une marchandise neuve sans défauts, si cela n'est pas déraisonnable en raison de la nature du défaut, mais si le défaut ne concerne que une partie de la marchandise, l'acheteur ne peut exiger que le remplacement de la pièce ; si cela n'est pas possible, il peut résilier le contrat. Toutefois, si cela est disproportionné en raison de la nature du défaut, en particulier si le défaut peut être éliminé sans retard injustifié, l'acheteur a le droit de supprimer le défaut sans frais. L'acheteur a le droit de livrer de nouvelles marchandises ou de remplacer une pièce même en cas de défaut amovible, s'il ne peut pas utiliser correctement les marchandises en raison de la répétition du défaut après réparation ou en raison d'un plus grand nombre de défauts. Dans un tel cas, l'acheteur a le droit de résilier le contrat. Si l'acheteur ne résilie pas le contrat ou s'il n'exerce pas le droit de livrer une nouvelle marchandise sans défauts, d'en remplacer une partie ou de réparer la marchandise, il peut exiger un escompte raisonnable. L'acheteur a droit à une remise raisonnable même si le vendeur n'est pas en mesure de livrer de nouvelles marchandises sans défauts, de remplacer ses pièces ou de réparer les marchandises, ainsi que si le vendeur ne remédie pas à la situation dans un délai raisonnable ou si le remède entraîner des difficultés importantes pour l'acheteur.

                7.10. Les droits et obligations supplémentaires des parties liés à la responsabilité du vendeur pour les défauts peuvent être régis par la procédure de réclamation du vendeur.

                    1. AUTRES DROITS ET OBLIGATIONS DES PARTIES CONTRACTANTES

                  8.1. L'acheteur acquiert la propriété des marchandises en payant le prix d'achat total des marchandises.

                  8.2. Le vendeur n'est lié par aucun code de conduite vis-à-vis de l'acheteur au sens des dispositions du § 1826 alinéa 1 let. e) du Code civil.

                  8.3. Le vendeur traite les réclamations des consommateurs via une adresse électronique [email protected]. Le vendeur enverra des informations sur le traitement de la réclamation de l'acheteur à l'adresse e-mail de l'acheteur.

                  8.4. L'Autorité tchèque d'inspection du commerce, dont le siège social est sis Štěpánská 567/15, 120 00 Prague 2, IČ: 000 20 869, adresse Internet: https://adr.coi.cz/cs, est responsable de la sortie. règlement judiciaire des litiges de consommation découlant du contrat d'achat. La plate-forme de résolution des litiges en ligne à l'adresse http://ec.europa.eu/consumers/odr peut être utilisée pour résoudre les litiges entre le vendeur et l'acheteur dans le cadre d'un contrat d'achat.

                  8.5. Centre européen des consommateurs République tchèque, dont le siège social est sis Štěpánská 567/15, 120 00 Prague 2, adresse Internet: http://www.evropskyspotrebitel.cz est un point de contact conformément au règlement (UE) n ° 524/2013 du Parlement européen et du Conseil du 21 mai 2013 sur le règlement des litiges en ligne et modifiant le règlement (CE) n ° 2006/2004 et la directive 2009/22 / CE (règlement en ligne des litiges de consommation).

                  8.6. Le vendeur est autorisé à vendre des marchandises sur la base d'une licence commerciale. L'inspection des licences commerciales est effectuée par le bureau des licences commerciales compétent dans le cadre de sa compétence. L'Office de protection des données personnelles supervise le domaine de la protection des données personnelles. L'Autorité tchèque d'inspection du commerce contrôle, dans une certaine mesure, le respect de la loi n° 634/1992 Coll. sur la protection des consommateurs, telle que modifiée.

                  8.7. L'acheteur assume par la présente le risque d'un changement de circonstances au sens du § 1765 alinéa 2 du Code civil.

                  8.8. En règle générale, une garantie est prévue pour les biens vendus conformément au Code civil. Il s'agit généralement de 2 ans, sauf indication contraire. En plus de cette garantie légale usuelle issue du Code civil, il est possible de souscrire une garantie commerciale complémentaire, qui a une portée plus large et une durée plus longue.

                      1. PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES

                    9.1. Votre obligation de fournir des informations à l'acheteur conformément à l'article 13 du règlement 2016/679 du Parlement européen et du Conseil relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données et sur l'abrogation de la directive 95/46/CE (règlement général sur la protection des données) (ci-après dénommée "règlement RGPD") relative au traitement des données personnelles de l'acheteur aux fins de l'exécution du contrat d'achat, aux fins de négocier le contrat d'achat et aux fins de remplir les obligations publiques du vendeur est rempli par le vendeur au moyen d'un document spécial.

                        1. ENVOI DE MESSAGES COMMERCIAUX ET STOCKAGE DE COOKIES

                      10.1. L'acheteur s'engage, conformément aux dispositions du § 7 alinéa 2 de la loi n° 480/2004 Coll., sur certains services de la société de l'information et sur la modification de certaines lois (la loi sur certains services de la société de l'information), telle que modifiée, à l'envoi de communications commerciales par le vendeur à une adresse électronique ou à un numéro de téléphone de l'acheteur. Le vendeur remplit son obligation d'information envers l'acheteur conformément à l'article 13 du règlement GDPR relatif au traitement des données personnelles de l'acheteur aux fins d'envoi de communications commerciales par le biais d'un document spécial.

                      10.2. L'acheteur accepte le stockage de soi-disant cookies sur son ordinateur. S'il est possible d'effectuer un achat sur le site Web et de remplir les obligations du vendeur découlant du contrat d'achat sans que les soi-disant cookies ne soient stockés sur l'ordinateur de l'acheteur, l'acheteur peut révoquer à tout moment le consentement conformément à la phrase précédente.

                          1. LIVRAISON

                        11.1. Il peut être livré à l'adresse e-mail de l'acheteur.

                            1. PROVISIONS FINALES

                          12.1. Si la relation établie par le contrat d'achat contient un élément international (étranger), les parties conviennent que la relation est régie par le droit tchèque. En choisissant la loi selon la phrase précédente, l'acheteur, qui est un consommateur, n'est pas privé de la protection offerte par les dispositions de l'ordre juridique, auxquelles il n'est pas possible de déroger contractuellement, et qui, en l'absence de le choix de la loi, serait autrement appliqué conformément aux dispositions de l'article 6, paragraphe 1, du règlement du Parlement européen et du Conseil (CE) n° 593/2008 du 17 juin 2008 sur la loi régissant les obligations contractuelles ( Rome I).

                          12.2. Si une disposition des termes et conditions est invalide ou inefficace, ou le devient, la disposition invalide sera remplacée par une disposition dont la signification est aussi proche que possible de la disposition invalide. L'invalidité ou l'inefficacité d'une disposition n'affecte pas la validité des autres dispositions.

                          12.3. Le contrat d'achat, y compris les termes et conditions, est archivé par le vendeur sous forme électronique et n'est pas accessible.

                          12.4. L'annexe aux conditions générales consiste en un modèle de formulaire de rétractation du contrat d'achat.

                          12.5. Coordonnées du vendeur : adresse de livraison des documents : PcPraha – Kentino s.r.o., Čestmírova 25, Prague 4, 140 00 Prague.

                          Vous trouverez des informations sur le traitement des données personnelles et le RGPD sur : Protection des données personnelles des fournisseurs.

                          13. Compléter les conditions de départ afin qu'elles répondent aux exigences du ČOI.

                          En termes de conditions commerciales, nous respectons pleinement l'évolution du Code civil, mais nous sommes obligés de réécrire à plusieurs reprises sa lettre ici et d'ajouter le libellé du règlement du Parlement européen et du Conseil de l'UE n ° 524/2013 selon le tchèque Inspection commerciale. De plus, nous sommes contraints de vous informer de la modification du règlement CE n° 2006/2004 et de la directive 2009/22/CE. Ainsi, bien qu'exhaustive en termes d'information, dans un souci de non-violation de l'al. 5a alinéa 1 de la loi n° 634/1992 Coll. par conséquent, nous vous informons de tout ce que ČOI nous demande lors de la dernière inspection..

                          DISPOSITIONS GÉNÉRALES SUR LES OBLIGATIONS

                          Partie 1

                          Formation des obligations et leur contenu

                          § 1721

                          À partir de l'obligation, le créancier a le droit à une certaine exécution contre le débiteur en tant que créance, et le débiteur a l'obligation de satisfaire ce droit en s'acquittant de la dette.

                          § 1722

                          La prestation qui fait l'objet de l'obligation doit être de nature pécuniaire et correspondre à l'intérêt du créancier, même si cet intérêt n'est pas uniquement pécuniaire.

                          § 1723

                          (1) L'obligation naît d'un contrat, d'un acte illégal ou d'un autre fait juridique qui y est éligible selon l'ordre juridique.

                          (2) Les dispositions relatives aux obligations découlant des contrats s'appliquent également proportionnellement aux obligations découlant d'autres faits juridiques.

                          Partie 2

                          Contracter

                          Section 1

                          Conditions générales

                          § 1724

                          (1) Avec le contrat, les parties manifestent leur volonté d'établir une obligation entre elles et de suivre le contenu du contrat.

                          (2) Les dispositions relatives aux contrats s'appliquent également mutatis mutandis à la manifestation de volonté par laquelle une personne s'adresse à d'autres personnes, à moins que la nature de la manifestation de volonté ou la loi ne s'y oppose.

                          § 1725

                          Le contrat est conclu dès que les parties se sont entendues sur son contenu. Dans les limites de l'ordre juridique, les parties sont laissées libres de négocier le contrat et d'en déterminer le contenu.

                          § 1726

                          Si les parties considèrent le contrat comme conclu, alors même qu'elles ne se sont pas en fait entendues sur les conditions qu'elles auraient dû convenir dans le contrat, l'expression de leur volonté est considérée comme un contrat conclu si, compte tenu notamment de leur comportement ultérieur, on peut raisonnablement supposer que le contrat serait conclu même sans stipulation de cette exigence. Toutefois, si l'une des parties a clairement indiqué lors de la conclusion du contrat que parvenir à un accord sur certains détails est une condition préalable à la conclusion du contrat, il est considéré que le contrat n'a pas été conclu ; alors l'accord sur les autres exigences de la partie n'est pas contraignant, même s'il en a été consigné.

                          § 1727

                          Chacun de plusieurs contrats conclus lors de la même réunion ou inclus dans le même document est évalué séparément. S'il résulte de la nature de plusieurs contrats ou de leur objet connu des parties lors de la conclusion du contrat qu'ils sont dépendants les uns des autres, la formation de chacun d'eux est une condition de la formation des autres contrats. La résiliation de l'obligation de l'un d'eux sans satisfaction du créancier annule les autres contrats dépendants, avec des effets juridiques similaires.

                          § 1728

                          (1) Chacun peut négocier librement un contrat et n'est pas responsable de ne pas le conclure, à moins qu'il n'entame la négociation d'un contrat ou ne poursuive de telles négociations sans avoir l'intention de conclure un contrat.

                          (2) Lors de la négociation de la conclusion du contrat, les parties contractantes se communiquent toutes les circonstances de fait et de droit dont elles ont ou doivent avoir connaissance, afin que chacune des parties puisse être convaincue de la possibilité de conclure un contrat valable et que chacune des parties est clair sur son intérêt à conclure le contrat.

                          § 1729

                          (1) Si les parties atteignent un stade tel dans la négociation du contrat que la conclusion du contrat apparaît comme hautement probable, la partie qui, malgré l'attente raisonnable de l'autre partie de conclure le contrat, met fin aux négociations à la conclusion du contrat sans avoir une juste raison de le faire, c'est agir de manière malhonnête.

                          (2) La partie qui agit malhonnêtement doit indemniser l'autre partie pour les dommages, mais au plus dans la mesure qui correspond à la perte du contrat non conclu dans des cas similaires.

                          § 1730

                          (1) Si les parties se communiquent des informations et des communications lors de la négociation du contrat, chacune des parties a le droit de les conserver, même si le contrat n'est pas conclu.

                          (2) Si une partie obtient des informations ou des communications confidentielles sur l'autre partie au cours des négociations contractuelles, elle doit s'assurer qu'elles ne sont pas utilisées à mauvais escient ou qu'elles ne sont pas divulguées sans motif légitime. S'il viole ce devoir et s'en enrichit, il donne à l'autre ce dont il s'est enrichi.

                          Section 2

                          Une conclusion du contrat

                          Proposition de conclure un contrat

                          § 1731

                          Il doit ressortir clairement de la proposition de conclure un contrat (ci-après dénommée "l'offre") que la personne qui la fait a l'intention de conclure un certain contrat avec la personne à qui l'offre est faite.

                          § 1732

                          (1) Une action en justice conduisant à la conclusion d'un contrat est une offre si elle contient les éléments essentiels du contrat pour que le contrat puisse être conclu par son acceptation simple et inconditionnelle, et si elle implique la volonté du proposant d'être lié par le contrat si l'offre est acceptée.

                          (2) Il est considéré qu'une proposition de livrer un bien ou de fournir un service à un prix déterminé faite dans le cadre d'une activité commerciale par la publicité, dans un catalogue ou par l'étalage de biens est une offre soumise à l'épuisement des stocks ou à la perte de la capacité de l'entrepreneur à effectuer.

                          § 1733

                          Une manifestation de volonté non conforme au § 1732 n'est pas une offre et ne peut donc pas être acceptée. Si la manifestation de volonté contient des promesses de réalisation pour une certaine prestation ou un certain résultat, il s'agit d'une promesse publique, sinon il s'agit simplement d'une invitation à soumettre une offre. Il en va de même pour les discours qui s'adressent à un cercle indéfini de personnes ou qui ont le caractère de publicité, à moins qu'il n'en résulte clairement quelque chose d'autre.

                          § 1734

                          Une offre faite oralement doit être acceptée sans délai, à moins qu'il ne ressorte autrement de son contenu ou des circonstances dans lesquelles elle a été faite. Ceci s'applique également si la personne présente a reçu une offre écrite.

                          § 1735

                          Une offre faite par écrit à une personne absente doit être acceptée dans le délai spécifié dans l'offre. Si aucun délai n'est spécifié, l'offre peut être acceptée à un moment raisonnable compte tenu de la nature du contrat proposé et de la rapidité des moyens utilisés par l'offrant pour envoyer l'offre.

                          § 1736

                          L'offre est irrévocable si elle y est expressément stipulée ou si les parties en conviennent ainsi. L'offre est également irrévocable, si elle résulte des négociations des parties pour conclure le contrat, de leurs relations commerciales antérieures, ou des coutumes.

                          § 1737

                          Annulation de l'offre

                          Bien qu'une offre soit irrévocable, elle peut être révoquée si un avis de révocation est donné à l'autre partie avant ou au moins en même temps que la remise de l'offre.

                          § 1738

                          Retrait de l'offre

                          (1) Même si une offre est révocable, elle ne peut être retirée dans le délai imparti pour son acceptation, sauf disposition contraire dans l'offre. Une offre révocable ne peut être révoquée que si la révocation intervient avant que l'autre partie n'envoie l'acceptation de l'offre.

                          (2) L'offre ne peut être révoquée si l'irrévocabilité y est exprimée.

                          § 1739

                          (1) Si une offre est rejetée, elle cessera d'avoir effet en tant que rejet.

                          (2) Si l'une des parties décède, ou si elle perd sa capacité juridique de conclure un contrat, l'offre expirera, si cela ressort clairement de l'offre elle-même ou de la nature et de l'objet du contrat proposé.

                          Acceptation de l'offre

                          § 1740

                          (1) La personne à qui l'offre est adressée acceptera l'offre si elle y consent à temps envers le proposant. Le silence ou l'inaction en soi n'est pas une acceptation.

                          (2) Une manifestation de volonté qui contient des ajouts, des réserves, des restrictions ou d'autres modifications constitue un rejet de l'offre et est considérée comme une nouvelle offre. Or, accepter une offre est une réponse qui définit en d'autres termes le contenu du contrat proposé.

                          (3) Une réponse avec un amendement ou une variation qui ne change pas sensiblement les termes de l'offre est une acceptation de l'offre, à moins que l'offrant ne rejette cette acceptation sans retard injustifié. Le proposant peut exclure l'acceptation d'une offre avec une modification ou une déviation à l'avance déjà dans l'offre ou d'une autre manière qui ne soulève pas de doutes.

                          § 1741

                          Dans le cas d'une offre adressée à plusieurs personnes, le contrat est conclu si toutes ces personnes acceptent l'offre, si son contenu indique l'intention de l'offrant que toutes les personnes auxquelles l'offre est adressée deviennent parties au contrat, ou si ces une intention peut raisonnablement être déduite des circonstances, dans lesquelles l'offre a été faite. Il en va de même mutatis mutandis si l'intention du proposant est manifeste qu'un certain nombre de ces personnes deviennent partie au contrat.

                          § 1742

                          L'acceptation d'une offre peut être annulée si l'annulation est faite par le proposant au plus tard à l'acceptation.

                          § 1743

                          (1) Même une acceptation tardive d'une offre a les effets d'une acceptation dans les délais, si le proposant, sans retard injustifié, informe au moins verbalement la personne qui a fait l'offre qu'il considère que l'acceptation est opportune, ou commence à se comporter conformément à la offre.

                          (2) S'il ressort de l'écrit qui exprime l'acceptation de l'offre que celle-ci a été envoyée dans des circonstances telles qu'elle serait parvenue à temps à l'offrant si elle avait été transportée de la manière habituelle, l'acceptation tardive vaut acceptation dans les délais, à moins que l'offrant avise sans délai au moins oralement la personne à qui l'offre a été faite déterminée qu'il considère l'offre comme caduque.

                          § 1744

                          Compte tenu du contenu de l'offre ou de l'usage que les parties ont établi entre elles, ou s'il est d'usage, le destinataire de l'offre peut accepter l'offre en agissant conformément à celle-ci, notamment en fournissant ou en acceptant performance. L'acceptation d'une offre est effective au moment où la transaction a lieu, à condition qu'elle soit effectuée en temps opportun.

                          § 1745

                          Le contrat est conclu au moment où l'acceptation de l'offre devient effective.

                          Section 3

                          Contenu du contrat

                          § 1746

                          (1) Les dispositions légales régissant les différents types de contrats s'appliquent aux contrats dont le contenu comprend les éléments essentiels du contrat énoncés dans la disposition de base de chacun de ces contrats.

                          (2) Les parties peuvent également conclure un tel contrat, qui n'est pas spécifiquement réglementé en tant que type de contrat.

                          § 1747

                          Si le contrat est gratuit, le débiteur est réputé avoir eu l'intention d'engager moins que plus.

                          § 1748

                          Il est considéré que l'accord selon lequel une certaine partie du contenu du contrat sera ultérieurement convenue entre les parties est une condition de l'efficacité du contrat conclu.

                          § 1749

                          (1) Si les parties conviennent qu'un tiers ou un tribunal déterminera un certain aspect du contrat, cette détermination est une condition pour que le contrat soit effectif. Si le tiers ne détermine pas les conditions du contrat dans un délai raisonnable ou refuse de les déterminer, toute partie peut proposer au tribunal de déterminer cette condition.

                          (2) Lors de la détermination de l'opportunité, le but que le contrat semble poursuivre, les circonstances dans lesquelles le contrat a été conclu, ainsi que le fait que les droits et obligations des parties sont équitablement arrangés, sont pris en compte.

                          § 1750

                          Si la partie autorisée ne propose pas de compléter le contenu du contrat dans le délai convenu, sinon dans un délai d'un an à compter de la conclusion du contrat, il est considéré que le contrat est résilié dès le début.

                          § 1751

                          (1) Une partie du contenu du contrat peut être déterminée par référence aux termes et conditions que l'offrant joint à l'offre ou qui sont connus des parties. Les dispositions divergentes du contrat prévalent sur le libellé des conditions générales.

                          (2) Si les parties dans l'offre et dans l'acceptation de l'offre se réfèrent à des conditions commerciales qui se contredisent, le contrat est toujours conclu avec le contenu déterminé dans la mesure où les conditions commerciales ne sont pas en conflit ; ceci s'applique même si les termes et conditions l'excluent. Si l'une des parties l'exclut sans retard excessif au plus tard après l'échange des manifestations de volonté, le contrat n'est pas conclu.

                          (3) Lors de la conclusion d'un contrat entre entrepreneurs, une partie du contenu du contrat peut être déterminée en se référant simplement aux conditions générales établies par les organisations professionnelles ou d'intérêt.

                          § 1752

                          (1) Si, dans le cadre de relations commerciales courantes, une partie conclut avec un plus grand nombre de personnes des contrats les obligeant à répéter durablement le même type de prestation en se référant à des conditions commerciales, et si la nature de l'engagement implique une nécessité raisonnable de leur modification ultérieure dès la négociation de la conclusion du contrat, il peut être convenu que la partie peut modifier les conditions commerciales dans une mesure raisonnable. L'accord est valable s'il a été au moins convenu à l'avance comment le changement sera annoncé à l'autre partie et si cette partie a le droit de refuser les changements et de mettre fin à l'obligation pour cette raison dans un délai de préavis suffisant pour obtenir une exécution similaire. d'un autre fournisseur ; cependant, aucune considération n'est accordée à un accord qui lie une telle déclaration à une obligation spéciale pesant sur la partie qui fait la déclaration.

                          (2) Si l'étendue des modifications des conditions générales n'a pas été convenue, les modifications causées par un tel changement de circonstances que la partie se référant aux conditions générales a dû assumer lors de la conclusion du contrat, ou les modifications causées par un changement de sa situation personnelle ou les circonstances patrimoniales, ne sont pas prises en compte.

                          § 1753

                          Les dispositions des conditions commerciales auxquelles l'autre partie ne pouvait raisonnablement s'attendre sont sans effet sauf si elles sont expressément acceptées par cette partie ; les dispositions contraires ne sont pas prises en compte. La question de savoir s'il s'agit d'une telle disposition sera appréciée non seulement au regard de son contenu, mais également de la manière dont elle est exprimée.

                          § 1754

                          (1) Si les parties au contrat utilisent une clause modifiée dans les règles d'interprétation utilisées, il est considéré qu'elles ont voulu que cette clause produise les effets juridiques déterminés par les règles d'interprétation auxquelles elles se sont référées dans le contrat, ou par ces règles d'interprétation qui, compte tenu de la nature du contrat, sont généralement utilisés .

                          (2) Si l'une des parties au contrat n'est pas entrepreneur, le sens de la clause ne peut être opposé à cette partie que s'il est prouvé que son sens devait être connu de cette partie.

                          § 1755

                          Si une partie renonce généralement aux objections à la validité du contrat, cela n'est pas pris en compte.

                          Section 4

                          Forme de contrat

                          § 1756

                          Si le contrat n'est pas conclu verbalement, la volonté des parties de s'entendre sur ses détails doit ressortir des circonstances ; dans le même temps, il tiendra compte non seulement du comportement des parties, mais également des listes de prix publiées, des offres publiques et d'autres documents.

                          § 1757

                          (1) Après la conclusion d'un contrat entre les parties sous une forme autre qu'écrite, il appartient aux parties de décider de confirmer ou non le contenu du contrat sous forme écrite.

                          (2) Si, dans le cours des affaires des parties, l'une d'elles le fait envers l'autre en croyant que sa confirmation reflète fidèlement le contenu du contrat, le contrat est réputé avoir été conclu avec le contenu indiqué dans la confirmation. , même s'il présente des écarts par rapport au contenu effectivement convenu du contrat. Cela ne s'applique que si les écarts indiqués dans la confirmation modifient de manière non significative le contenu effectivement convenu du contrat et sont d'une nature telle qu'un homme d'affaires raisonnable les approuverait encore, et à condition que l'autre partie ne rejette pas ces écarts. .

                          (3) Le paragraphe 2 s'applique également si le contrat a été conclu pendant l'activité de l'une des parties et que son contenu est confirmé par l'autre partie.

                          § 1758

                          Si les parties conviennent d'utiliser une certaine forme pour la conclusion, il est considéré qu'elles ne souhaitent pas être liées si cette forme n'est pas suivie. Ceci s'applique également si l'une des parties exprime le souhait que le contrat soit conclu par écrit.

                          Section 5

                          Effets du contrat

                          Conditions générales

                          § 1759

                          Le contrat lie les parties. Il ne peut être modifié ou annulé qu'avec le consentement de toutes les parties ou pour d'autres raisons légales. Le contrat ne s'applique à d'autres personnes que dans les cas prévus par la loi.

                          § 1760

                          Le fait que la partie n'était pas autorisée à disposer de ce qui doit être exécuté conformément au contrat lors de la conclusion du contrat n'entraîne pas en soi la nullité du contrat.

                          § 1761

                          L'interdiction de grever ou d'aliéner la chose ne joue qu'entre les parties, à moins qu'elle n'ait été constituée en droit réel. Cette interdiction est valable si elle a été établie pour la durée du fonds fiduciaire, de la succession fiduciaire, de la représentation ou pour toute autre durée déterminée et raisonnable dans l'intérêt de la partie digne de protection légale.

                          § 1762

                          (1) Si la loi stipule qu'une décision d'une certaine autorité est requise pour que le contrat soit effectif, le contrat est effectif avec cette décision.

                          (2) Si la proposition de décision n'a pas été soumise dans un délai d'un an à compter de la conclusion du contrat, il est considéré que le contrat est résilié dès le début. Ceci s'applique même si la proposition a été rejetée.

                          § 1763

                          Si une partie accorde le droit d'utiliser ou de jouir de la même chose en même temps à différentes personnes par des contrats conclus successivement, la personne à qui le cédant a le premier fourni la chose pour l'usage ou la jouissance acquiert ce droit. S'il n'y a pas de telle personne, le droit appartient à la personne avec laquelle le contrat a été conclu, qui est entré en vigueur en premier.

                          Changement de circonstances

                          § 1764

                          Si, après la conclusion du contrat, les circonstances changent à un point tel que l'exécution conformément au contrat devient plus difficile pour l'une des parties, cela ne change rien à ses obligations d'honorer la dette. Ceci ne s'applique pas dans les cas prévus aux § 1765 et 1766.

                          § 1765

                          (1) S'il se produit un changement de circonstances si important qu'il établit une disproportion particulièrement flagrante dans les droits et obligations des parties en désavantageant l'une d'entre elles soit par une augmentation disproportionnée des frais d'exécution, soit par une diminution disproportionnée de la valeur des l'objet de l'exécution, la partie affectée a le droit d'exiger de l'autre partie la reprise des négociations sur le contrat, si elle prouve qu'elle ne pouvait raisonnablement anticiper ou influencer le changement et que le fait ne s'est produit qu'après la conclusion du contrat , ou qu'elle n'a été connue de la partie affectée qu'après la conclusion du contrat. L'exercice de ce droit n'autorise pas la partie concernée à retarder l'exécution.

                          (2) Le droit prévu au paragraphe 1 n'existe pas pour la partie concernée si elle a assumé le risque d'un changement de circonstances.

                          § 1766

                          (1) Si les parties ne parviennent pas à un accord dans un délai raisonnable, le tribunal peut décider, sur proposition de l'une d'entre elles, de modifier l'obligation du contrat en rétablissant l'équilibre des droits et obligations des parties, ou de l'annuler. à la date et dans les conditions précisées dans la décision. Le tribunal n'est pas lié par la proposition des parties.

                          (2) Le tribunal rejettera la proposition de modifier l'obligation, si la partie affectée n'a pas exercé le droit de renouveler les négociations sur le contrat dans un délai raisonnable, après avoir découvert le changement de circonstances ; cette période est considérée comme étant de deux mois.

                          Contrat au profit d'un tiers

                          § 1767

                          (1) Si, selon le contrat, le débiteur doit s'exécuter envers un tiers, le créancier peut exiger que le débiteur s'exécute.

                          (2) Selon le contenu, la nature et l'objet du contrat, il sera apprécié si et quand le tiers a également acquis un droit direct d'exiger l'exécution. On considère qu'un tiers a acquis un tel droit, si l'exécution est principalement à son profit.

                          (3) Le débiteur a également des objections du contrat contre un tiers.

                          § 1768

                          Si un tiers rejette le droit acquis par le contrat, il est considéré comme s'il n'avait pas acquis le droit à l'exécution. Si cela ne contredit pas le contenu et l'objet du contrat, le prêteur peut exiger l'exécution pour lui-même.

                          § 1769

                          Contrat de performance tiers

                          Si quelqu'un s'engage à assurer pour l'autre partie qu'un tiers l'exécute, il s'engage en intervenant auprès de ce tiers à fournir la prestation convenue. Toutefois, si quelqu'un s'engage à faire exécuter par un tiers ce qui a été convenu, il indemnisera le créancier du préjudice qu'il subira si l'exécution n'a pas lieu.

                          Section 6

                          Modalités particulières de conclusion d'un contrat

                          § 1770

                          Les dispositions relatives à l'offre et à l'acceptation de l'offre doivent être appliquées de manière appropriée même dans les cas où les parties conviennent d'une procédure différente pour la conclusion du contrat.

                          § 1771

                          Enchères

                          (1) Lors de la vente aux enchères, le contrat est conclu avec un marteau.

                          (2) Une enchère déjà faite sera annulée si une enchère supérieure est déposée, ou si l'enchère se termine autrement qu'en frappant.

                          Concours public pour l'offre la plus adaptée

                          § 1772

                          Celui qui annonce un concours pour l'offre la plus appropriée à des personnes quelconques, en fait un appel d'offres.

                          § 1773

                          L'annonceur du concours définit par écrit, au moins de manière générale, l'objet de l'exécution et les principes des autres contenus du projet de marché sur lesquels il insiste, et fixe le mode de remise des offres et le délai par quelles offres peuvent être soumises, ainsi que la date limite de notification de l'offre retenue. Le contenu des conditions du concours sera publié de manière appropriée.

                          § 1774

                          L'annonceur ne peut modifier les conditions publiées du concours ou annuler le concours, sauf s'il a été réservé dans les conditions du concours. Il publiera la modification ou l'annulation de la même manière qu'il a publié les termes du concours.

                          § 1775

                          (1) L'annonceur inclura l'offre dans le concours si son contenu correspond aux conditions publiées du concours. L'offre ne peut s'en écarter que dans la mesure permise par les conditions du concours.

                          (2) Une offre déposée après la date limite précisée dans les conditions du concours ne pourra être retenue pour le concours.

                          (3) Le proposant a droit au remboursement des frais liés à la participation au concours, si les conditions du concours le permettent.

                          § 1776

                          (1) Sauf indication contraire dans les conditions du concours, l'offre ne peut être retirée après la date limite précisée dans les conditions du concours pour la remise des offres.

                          (2) Les conditions du concours peuvent préciser que l'offre peut être modifiée ou complétée ; toutefois, les modifications ou ajouts à l'offre effectués après la date limite précisée dans les conditions du concours pour la remise des offres ne seront pas pris en compte. Les erreurs commises lors de la préparation de l'offre peuvent être corrigées à tout moment, sauf si les conditions du concours l'excluent.

                          § 1777

                          (1) L'annonceur sélectionnera l'offre la plus adaptée et annoncera son acceptation selon les modalités et dans les délais précisés dans les conditions du concours.

                          (2) Si les conditions du concours ne précisent pas le mode de sélection d'une offre, l'annonceur est en droit de sélectionner l'offre qui lui convient le mieux.

                          § 1778

                          (1) L'annonceur accepte l'offre retenue conformément au § 1777. S'il notifie l'acceptation de l'offre au proposant après le délai précisé dans les conditions du concours, le contrat ne sera pas formé si le proposant retenu informe l'annonceur sans injustice retard qu'il rejette l'acceptation de l'offre comme tardive.

                          (2) L'annonceur peut rejeter toutes les offres soumises, s'il l'a réservé dans les conditions du concours.

                          § 1779

                          Après la fin du concours, l'annonceur notifiera aux soumissionnaires qui n'ont pas été retenus au concours qu'ils ont rejeté leurs offres sans retard excessif.

                          Offre publique

                          § 1780

                          (1) Une offre publique est une manifestation de la volonté du proposant, par laquelle il s'adresse à des personnes non précisées avec une proposition de conclure un contrat.

                          (2) Une initiative de conclure un contrat, qui n'implique pas l'intention de conclure un certain contrat ou qui ne répond pas aux exigences de l'article 1732, paragraphe 1, est considérée comme un appel d'offres.

                          § 1781

                          Une offre publique peut être révoquée si le proposant a publié la révocation avant que l'offre publique ne soit acceptée de la manière dont l'offre publique a été publiée.

                          § 1782

                          (1) Sur la base d'une offre publique, le contrat est conclu avec la personne qui notifie le premier en temps voulu et conformément à celle-ci à l'offrant qu'il accepte l'offre publique. Si plusieurs personnes acceptent l'offre publique en même temps, le contrat est conclu avec celle choisie par le proposant.

                          (2) Si l'offre publique ne précise pas de délai d'acceptation, un délai adapté à la nature de l'offre publique s'applique.

                          § 1783

                          (1) Le proposant informe le bénéficiaire de la conclusion du contrat sans retard injustifié après acceptation de l'offre publique. Ils annonceront aux autres qu'ils ont échoué.

                          (2) Si le proposant confirme la conclusion du contrat au destinataire plus tard que prévu au paragraphe 1, le contrat ne sera pas formé si le destinataire refuse la conclusion du contrat sans retard injustifié après avoir reçu la confirmation de la conclusion du contrat du proposant. .

                          § 1784

                          (1) Si l'offre publique le détermine expressément, le contrat est conclu avec un certain nombre de personnes, ou avec toutes celles qui ont accepté l'offre publique dans le délai prévu au § 1782.

                          (2) Si le proposant ne remplit pas l'obligation de notification, il est lié par toutes les acceptations de l'offre publique dont il n'a pas notifié le résultat aux initiateurs.

                          Section 7

                          Accord futur

                          § 1785

                          Disposition de base

                          Avec le contrat sur le futur contrat, au moins une partie s'engage à conclure un futur contrat dont le contenu est convenu au moins de manière générale, après y avoir été invitée dans un délai convenu, sinon dans un délai d'un an.

                          § 1786

                          L'obligé est tenu de conclure le contrat sans retard excessif après y avoir été invité par l'ayant droit conformément au contrat sur le futur contrat.

                          § 1787

                          (1) Si l'obligé manque à l'obligation de conclure un contrat, l'ayant droit peut exiger que le contenu du futur contrat soit déterminé par un tribunal ou une personne désignée dans le contrat. Si cette personne ne détermine pas le contenu du futur contrat dans un délai raisonnable ou refuse de le déterminer, l'ayant droit peut proposer au tribunal de le déterminer.

                          (2) Le contenu du futur contrat sera déterminé en fonction de l'objet que la conclusion du futur contrat est censée poursuivre. Ce faisant, il se fonde sur les propositions des parties et tient compte des circonstances dans lesquelles le contrat portant sur le futur contrat a été conclu, ainsi que pour s'assurer que les droits et obligations des parties sont équitablement réglés.

                          § 1788

                          (1) Si l'ayant droit n'invite pas l'obligé à conclure le contrat à temps, l'obligation de conclure un futur contrat cesse.

                          (2) Si les circonstances dans lesquelles les parties ont apparemment assumé le contrat futur au moment de la formation de l'obligation changent à un point tel que la partie obligée ne peut raisonnablement être tenue de conclure le contrat, l'obligation de conclure le contrat futur cesse. Si l'obligé n'informe pas sans délai l'ayant droit d'un changement de situation, il indemnisera l'ayant droit du dommage en résultant.

                          Partie 3

                          Contenu des engagements

                          Conditions générales

                          § 1789

                          De l'obligation, le débiteur est obligé de donner quelque chose, de faire quelque chose, de s'abstenir de quelque chose ou de souffrir quelque chose, et le créancier est en droit de l'exiger de lui.

                          § 1790

                          L'obligation ne peut être modifiée sans l'accord du créancier et du débiteur, sauf si la loi en dispose autrement.

                          § 1791

                          (1) La création et la durée de l'obligation ne sont pas empêchées si le motif sur la base duquel le débiteur a une obligation d'exécution n'est pas indiqué ; cependant, le créancier est tenu de prouver le motif de l'obligation.

                          (2) S'il s'agit d'un passif d'une sûreté, le créancier ne prouve pas le motif du passif, à moins que la loi ne le prévoie expressément.

                          § 1792

                          Paiement au rendement

                          (1) Si le contrat stipule l'obligation des parties de fournir et d'accepter la prestation moyennant des honoraires, sans en préciser le montant, ni la manière dont ce montant sera déterminé, il s'applique que l'honoraire a été convenu au montant usuel au moment et au lieu de la conclusion du contrat. Si le montant du paiement ne peut être déterminé de cette manière, il sera déterminé par le tribunal en tenant compte du contenu du contrat, de la nature de l'exécution et des usages.

                          (2) Si le paiement a été convenu en violation des réglementations légales sur les prix, celui qui est admissible selon ces réglementations sera considéré comme convenu.

                          Raccourcissement disproportionné

                          § 1793

                          (1) Si les parties s'engagent à une exécution mutuelle et si l'exécution de l'une des parties est manifestement disproportionnée par rapport à ce que l'autre partie a fourni, la partie raccourcie peut exiger la résiliation du contrat et le retour de tout dans son état d'origine, à moins que l'autre partie complète ce qui a été écourté, en tenant compte du prix usuel au moment et au lieu de conclusion du contrat. Cela ne s'applique pas si la disparité des performances mutuelles est fondée sur un fait dont l'autre partie ne savait pas ou n'avait pas besoin de savoir.

                          (2) Le paragraphe 1 ne s'applique pas en cas d'acquisition sur une bourse de marchandises, en cas de négociation avec un instrument de placement relevant d'une autre loi, lors d'une vente aux enchères ou d'une manière organisée comme une vente aux enchères publique, ni en cas de pari ou un jeu, ou dans le cas d'un règlement ou d'une novation, s'ils ont été faits honnêtement.

                          § 1794

                          (1) Le droit selon le § 1793 n'existe pas si la raison de la disparité de l'exécution mutuelle résulte d'une relation spéciale entre les parties, en particulier si la partie lésée avait l'intention d'exécuter en partie contre paiement et en partie gratuitement, ou si le montant du raccourci ne peut être déterminé.

                          Et plus loin ….

                          Partie 1Loi privée

                          § 1

                          (1) Les dispositions de l'ordre juridique réglementant les droits et obligations réciproques des personnes créent le droit privé dans son intégralité. L'application du droit privé est indépendante de l'application du droit public.

                          (2) Si la loi ne l'interdit pas expressément, les personnes peuvent convenir de droits et d'obligations dérogeant à la loi ; les arrangements contraires aux bonnes mœurs, à l'ordre public ou à la loi sur le statut des personnes, y compris le droit à la protection de la personnalité, sont interdits.

                          § 2

                          (1) Chaque disposition de droit privé ne peut être interprétée que conformément à la Charte des droits et libertés fondamentaux et à l'ordre constitutionnel en général, aux principes sur lesquels repose cette loi, ainsi qu'au regard constant des valeurs qui sont protégées. par cela. Si l'interprétation d'une disposition particulière fondée uniquement sur son libellé s'écarte de la présente ordonnance, elle doit s'y plier.

                          (2) Une disposition légale ne peut se voir attribuer un sens différent de celui qui découle du sens propre des mots dans leur rapport mutuel et de l'intention claire du législateur; mais nul ne peut invoquer les paroles d'une loi contre son sens.

                          (3) L'interprétation et l'application d'une réglementation légale ne doivent pas être contraires aux bonnes mœurs et ne doivent pas conduire à la cruauté ou à l'impitoyabilité qui offensent les sentiments humains ordinaires.

                          § 3

                          (1) Le droit privé protège la dignité et la liberté d'une personne ainsi que son droit naturel de prendre soin de son propre bonheur et du bonheur de sa famille ou de ses proches d'une manière qui ne cause pas de tort à autrui sans raison.

                          (2) Le droit privé repose principalement sur les principes selon lesquels

                          a) toute personne a droit à la protection de sa vie et de sa santé, ainsi qu'à la liberté, à l'honneur, à la dignité et à la vie privée,

                          b) la famille, la parentalité et le mariage bénéficient d'une protection juridique spéciale,

                          c) nul ne peut subir un préjudice injustifié du fait d'un manque d'âge, de raison ou du fait de la dépendance de sa position ; cependant, nul ne peut également profiter indûment de sa propre incapacité au détriment des autres,

                          d) la promesse est contraignante et les contrats doivent être remplis,

                          e) les droits de propriété sont protégés par la loi et seule la loi peut déterminer comment les droits de propriété sont créés et éteints, et

                          f) personne ne peut se voir refuser ce qui lui revient de droit.

                          (3) Le droit privé découle également d'autres principes de justice et de droit généralement reconnus.

                          § 4

                          (1) Il est supposé que chaque personne bien-pensante a l'esprit d'une personne moyenne et la capacité de l'utiliser avec un soin et une prudence ordinaires, et que tout le monde peut raisonnablement s'attendre à cela dans les relations juridiques.

                          (2) Si l'ordre juridique fait dépendre une certaine conséquence de la connaissance de quelqu'un, il s'agit de la connaissance qu'une personne ayant connaissance de l'affaire acquiert raisonnablement compte tenu des circonstances qui devaient lui être évidentes dans sa situation. Il en va de même si l'ordre juridique lie une certaine conséquence à l'existence d'un doute.

                          § 5

                          (1) Quiconque, publiquement ou en contact avec une autre personne, sollicite l'exercice professionnel en tant que membre d'une certaine profession ou d'un certain statut, démontre ainsi qu'il est capable d'agir avec les connaissances et le soin liés à sa profession ou à son statut. S'il agit sans ces soins professionnels, c'est à son détriment.

                          (2) Contre la volonté de l'intéressé, la nature ou la validité d'une action en justice ne peut être remise en cause du seul fait qu'une personne qui ne dispose pas de l'autorisation nécessaire à son activité, ou dont l'activité est interdite, a agi.

                          § 6

                          (1) Chacun a l'obligation d'agir honnêtement dans les relations juridiques.

                          (2) Nul ne peut tirer profit de son acte malhonnête ou illégal. Personne ne peut même bénéficier d'un état illégal qu'il a causé ou sur lequel il a le contrôle.

                          § 7

                          Celui qui a agi d'une certaine manière est considéré comme ayant agi honnêtement et de bonne foi.

                          § 8

                          L'abus manifeste de droit ne bénéficie pas d'une protection juridique.

                          Partie 2Utilisation des règles de droit civil

                          § 9

                          (1) Le Code civil réglemente le statut personnel des personnes.

                          (2) Les droits et obligations privés de nature personnelle et patrimoniale sont régis par le Code civil dans la mesure où ils ne sont pas réglementés par d'autres dispositions légales. Les coutumes peuvent être examinées lorsque la loi les invoque.

                          § 10

                          (1) Si le cas juridique ne peut être tranché sur la base d'une disposition explicite, il sera évalué en fonction de la disposition qui se rapporte au cas juridique en termes de contenu et d'objet le plus proche du cas juridique évalué.

                          (2) En l'absence d'une telle disposition, le cas judiciaire sera évalué selon les principes de justice et les principes sur lesquels se fonde cette loi, afin d'arriver à un bon agencement des droits et obligations, en tenant compte des coutumes de la vie privée. et en tenant compte de l'état de la doctrine juridique et de la pratique décisionnelle établie.

                          § 11

                          Les dispositions générales sur la création, la modification et l'extinction des droits et obligations découlant des obligations de la quatrième partie de la présente loi s'appliquent également proportionnellement à la création, à la modification et à l'extinction d'autres droits et obligations privés.

                          Partie 3Protection des droits privés

                          § 12

                          Toute personne qui s'estime lésée peut demander la protection d'un organe exerçant l'autorité publique (ci-après dénommé « autorité de l'autorité publique »). Sauf disposition contraire de la loi, cet organe de l'autorité publique est le tribunal.

                          § 13

                          Toute personne qui demande une protection juridique peut raisonnablement s'attendre à ce que son cas judiciaire soit tranché de la même manière qu'un autre cas judiciaire qui a déjà été tranché et qui coïncide avec son cas juridique dans ses caractéristiques essentielles ; si l'affaire judiciaire a été tranchée différemment, toute personne recherchant une protection juridique a le droit d'obtenir une explication convaincante de la raison de cette déviation.

                          § 14Auto-assistance

                          (1) Chacun peut raisonnablement se servir de son droit si son droit est menacé et s'il est évident que l'intervention de l'autorité publique viendrait trop tard.

                          (2) S'il existe une menace imminente d'ingérence non autorisée dans la loi, quiconque est ainsi menacé peut l'écarter par les efforts et les moyens qu'une personne dans sa situation doit considérer comme raisonnables dans les circonstances. Toutefois, si l'auto-assistance ne vise qu'à garantir un droit qui serait autrement entravé, la personne qui y a procédé doit contacter l'autorité publique compétente sans retard injustifié.

                          TITRE IIPERSONNES

                          Partie 1dispositions générales

                          § 15

                          (1) La personnalité juridique est la capacité d'avoir des droits et des obligations dans les limites de l'ordre juridique.

                          (2) L'autosatisfaction est la capacité d'acquérir des droits pour soi-même par sa propre action en justice et de s'engager dans des obligations (agir légalement).

                          § 16

                          Nul ne peut renoncer à la personnalité juridique ou à l'autosatisfaction, même en partie ; s'il le fait, il est ignoré.

                          § 17

                          (1) Seule une personne peut avoir et exercer des droits. L'obligation ne peut être imposée qu'à une personne et l'exécution de l'obligation ne peut lui être imposée.

                          (2) Si quelqu'un établit un droit ou impose une obligation à ce qui n'est pas une personne, le droit ou l'obligation est attribué à la personne à qui il appartient selon la nature du cas juridique.

                          § 18

                          Une personne est une personne physique ou une personne morale.

                          § 19

                          (1) Toute personne a des droits naturels innés qui ne peuvent être reconnus que par la raison et le sentiment, et est donc considérée comme une personne. La loi ne détermine que les limites de l'application des droits humains naturels et le mode de leur protection.

                          (2) Les droits naturels associés à la personnalité humaine ne peuvent être aliénés et ne peuvent faire l'objet d'une renonciation ; si c'est le cas, il est ignoré. La limitation de ces droits dans la mesure contraire à la loi, aux bonnes mœurs ou à l'ordre public n'est pas non plus prise en compte.

                          § 20

                          (1) Une personne morale est un organisme organisé dont la personnalité juridique est déterminée par la loi ou dont la personnalité juridique est reconnue par la loi. Quel que soit l'objet de son activité, une personne morale peut avoir des droits et obligations conformes à sa nature juridique.

                          (2) Les personnes morales de droit public sont soumises aux lois en vertu desquelles elles ont été constituées ; les dispositions de la présente loi ne sont appliquées que si cela est compatible avec la nature juridique de ces personnes.

                          § 21

                          L'État est considéré comme une personne morale dans le domaine du droit privé. Une autre réglementation légale détermine comment l'État agit légalement.

                          § 22

                          (1) Une personne proche est un parent en ligne directe, un frère ou une sœur et un conjoint ou un partenaire en vertu d'une autre loi régissant le partenariat enregistré (ci-après dénommé « partenaire ») ; les autres personnes vivant dans une relation familiale ou similaire sont considérées comme des personnes proches les unes des autres, si le dommage subi par l'une d'elles est raisonnablement ressenti par l'autre comme son propre dommage. On considère que les personnes proches sont également des personnes qui sont beaux-frères ou des personnes qui vivent ensemble de façon permanente.

                          (2) Si la loi établit des conditions ou des restrictions spéciales pour la protection des tiers pour le transfert de biens, pour les grever ou les laisser à l'usage d'une autre personne parmi des parents proches, ces conditions et restrictions s'appliquent également aux transactions juridiques similaires entre une personne morale et un membre de son organe statutaire ou une personne qui influence substantiellement la personne morale en tant que membre ou sur la base d'un accord ou d'un autre fait.

                          Partie 2Personnes

                          Section 1Conditions générales

                          § 23

                          Une personne a la personnalité juridique de sa naissance jusqu'à sa mort.

                          § 24

                          Chacun est responsable de ses actes, s'il est possible de les juger et de les contrôler. Quiconque, par sa propre faute, se met dans un état dans lequel il ne serait autrement pas responsable de ses actes, est responsable des actes posés dans cet état.

                          § 25

                          Un enfant conçu est considéré comme déjà né si cela convient à ses intérêts. Le bébé est considéré comme né vivant. Cependant, s'ils ne sont pas nés vivants, ils sont considérés comme s'ils ne s'étaient jamais produits.

                          § 26Preuve de décès

                          (1) Le décès d'une personne est constaté par un document public délivré après examen du corps du défunt dans les conditions prescrites.

                          (2) Si le corps du défunt ne peut être examiné de la manière prescrite, le tribunal déclarera la personne décédée même sans requête, si la personne a été impliquée dans un événement tel que sa mort semble certaine compte tenu des circonstances. Dans la décision, le tribunal déterminera le jour qui s'applique comme jour du décès.

                          § 27

                          Si la conséquence juridique dépend du fait qu'une certaine personne a survécu à une autre personne, et s'il n'est pas certain laquelle d'entre elles est décédée en premier, on suppose qu'elles sont toutes décédées en même temps.

                          § 28

                          (1) Si on ne sait pas où une personne est décédée, on suppose que cela s'est produit là où son corps a été retrouvé.

                          (2) Le lieu où une personne déclarée décédée est décédée est le lieu où elle était en vie pour la dernière fois.

                          § 29Changement de sexe

                          (1) Le changement de sexe d'une personne se produit par une intervention chirurgicale, avec l'incapacité simultanée de la fonction reproductrice et la transformation des organes génitaux. Le jour du changement de sexe est considéré comme le jour indiqué dans la confirmation délivrée par le fournisseur de services de santé.

                          (2) Le changement de genre n'affecte pas le statut personnel d'une personne, ni sa situation personnelle et patrimoniale ; cependant, le mariage ou le partenariat enregistré est résilié. Les dispositions sur les obligations et droits des époux divorcés envers leur enfant commun et leurs obligations et droits patrimoniaux après le divorce s'appliquent de la même manière aux obligations et droits d'un homme et d'une femme dont le mariage a pris fin à l'égard de leur enfant commun et de leurs obligations patrimoniales. et droits dans la période suivant la dissolution du mariage; le tribunal décidera, même sans proposition, comment chacun des parents s'occupera de l'enfant commun à l'avenir.

                          § 30Majorité

                          (1) Une personne devient pleinement pharisaïque à l'âge adulte. L'âge adulte est atteint à l'âge de dix-huit ans.

                          (2) Avant d'atteindre l'âge de la majorité, la pleine autodétermination s'acquiert en déclarant l'autodétermination ou en concluant un mariage. Les droits propres acquis par la conclusion du mariage ne se perdent ni par la dissolution du mariage ni par la déclaration du mariage invalide.

                          Mineurs

                          § 31

                          Il est considéré que tout mineur qui n'a pas acquis une pleine autonomie est susceptible d'actions en justice de nature appropriée à la maturité intellectuelle et libre des mineurs de son âge.

                          § 32

                          (1) Si le représentant légal a donné à un mineur qui n'a pas acquis une pleine autonomie, conformément aux usages de la vie privée, son consentement à un certain acte juridique ou pour atteindre un certain but, le mineur peut agir légalement lui-même dans les limites de la consentement, sauf si cela est expressément interdit par la loi ; le consentement peut ensuite être limité ou retiré.

                          (2) S'il y a plusieurs représentants légaux, il suffit qu'au moins l'un d'entre eux exprime sa volonté envers le tiers. Cependant, si plusieurs représentants agissent ensemble et se contredisent, le discours de l'un d'entre eux ne sera pas pris en compte.

                          § 33

                          (1) Si le représentant légal d'un mineur, qui n'a pas acquis une pleine autonomie, donne son consentement à l'exploitation indépendante d'une entreprise commerciale ou d'une autre activité lucrative similaire, le mineur devient éligible aux actions liées à cette activité. L'autorisation du tribunal est requise pour que le consentement soit valide.

                          (2) L'autorisation du tribunal remplace la condition d'un certain âge, si elle est établie pour l'exercice d'une certaine activité lucrative par une autre réglementation légale.

                          (3) Le consentement ne peut être révoqué par le représentant légal qu'avec l'autorisation du tribunal.

                          § 34

                          Le travail dépendant des mineurs de moins de quinze ans ou des mineurs n'ayant pas terminé leur scolarité obligatoire est interdit. Ces mineurs ne peuvent exercer des activités artistiques, culturelles, publicitaires ou sportives que dans les conditions fixées par une autre réglementation légale.

                          § 35

                          (1) Un mineur qui a atteint l'âge de quinze ans et qui a terminé sa scolarité obligatoire peut s'engager à exercer un travail dépendant conformément à une autre réglementation légale.

                          (2) Le représentant légal d'un mineur qui n'a pas atteint l'âge de seize ans révolus peut résilier sa relation de travail ou son contrat d'exécution de travail établissant une obligation similaire entre le salarié et l'employeur, si cela est nécessaire dans l'intérêt de l'éducation, du développement ou de la santé du mineur, de la manière établie par une autre réglementation légale.

                          § 36

                          Un mineur qui n'a pas acquis une pleine autonomie n'est jamais, quel que soit le contenu d'autres dispositions, capable d'agir de manière indépendante dans les matières pour lesquelles même son représentant légal aurait besoin de l'autorisation du tribunal.

                          § 37Reconnaissance de l'autosatisfaction

                          (1) Si un mineur qui n'est pas pleinement autonome propose au tribunal de lui accorder l'autonomie, le tribunal fera droit à la proposition si le mineur a atteint l'âge de seize ans, si sa capacité à subvenir à ses besoins et à s'occuper de ses propres affaires est prouvée, et si le représentant légal du mineur accepte la proposition. Dans d'autres cas, le tribunal fera droit à la demande si elle est dans l'intérêt du mineur pour des raisons sérieuses.

                          (2) Dans les conditions énoncées au paragraphe 1, le tribunal accordera au mineur l'autodétermination même sur proposition de son représentant légal, si le mineur accepte la proposition.

                          Section 2Mesures d'accompagnement en cas d'atteinte à la capacité d'agir légalement d'un majeur

                          Déclaration préliminaire

                          § 38

                          En prévision de sa propre incapacité d'agir légalement, une personne peut exprimer sa volonté que ses affaires soient administrées d'une certaine manière, ou qu'une certaine personne les administre, ou qu'une certaine personne devienne son tuteur.

                          § 39

                          (1) Si la déclaration n'a pas la forme d'un acte public, elle doit être faite par un acte sous seing privé daté et attesté par deux témoins ; le témoin doit fournir des informations sur lui-même dans la confirmation par laquelle il peut être identifié.

                          (2) Les témoins ne peuvent être que des personnes qui n'ont aucun intérêt dans la déclaration et son contenu et qui ne sont pas aveugles, sourdes, muettes ou ignorantes de la langue dans laquelle la déclaration est faite. Les témoins doivent signer la déclaration et être en mesure de confirmer la capacité d'agir du déclarant et le contenu de sa déclaration.

                          (3) Si le contenu d'une déclaration faite par un acte public détermine qui doit devenir le tuteur, la personne qui a rédigé l'acte public doit indiquer qui a fait la déclaration, qui est appelé en tant que tuteur et qui a rédigé l'acte public en une liste non publique tenue en vertu d'une autre loi .

                          § 40

                          (1) Si la déclaration est faite par une personne aveugle ou une personne qui ne sait pas ou ne peut pas lire ou écrire, la déclaration doit lui être lue à haute voix par un témoin qui n'a pas écrit la déclaration. Une personne aveugle, ou une personne qui ne sait pas ou ne peut pas lire ou écrire, doit certifier devant témoins que le document contient sa volonté véritable.

                          (2) Si la déclaration est faite par une personne ayant une déficience sensorielle qui ne sait ni lire ni écrire, le contenu du document doit lui être interprété dans le mode de communication qu'il a choisi, par un témoin qui n'a pas rédigé la déclaration ; tous les témoins doivent maîtriser les moyens de communication par lesquels le contenu du document est interprété. Celui qui fait la déclaration confirme devant témoins, en utilisant le mode de communication choisi, que le document contient sa véritable volonté.

                          § 41

                          (1) Pour révoquer explicitement une déclaration, une déclaration de volonté est requise sous la forme prescrite au § 39, paragraphe 1.

                          (2) Si le document contenant la déclaration est détruit par celui qui l'a faite, il a les effets de la révocation.

                          § 42

                          Si la déclaration porte sur une matière autre que la profession de tuteur et si l'effectivité de la déclaration est liée à une condition, le tribunal statuera sur la réalisation de la condition.

                          § 43

                          Si les circonstances changent manifestement d'une manière si substantielle que la personne qui a fait la déclaration ne l'aurait pas faite dans de telles circonstances ou l'aurait faite avec un contenu différent, le tribunal modifiera ou annulera la déclaration si la personne qui a fait la déclaration risquerait autrement de subir un préjudice grave. Avant de rendre une décision, le tribunal fera les efforts nécessaires pour connaître l'opinion de la personne dont il statue sur la déclaration, même en utilisant le mode de communication que la personne choisit.

                          § 44

                          Si la déclaration ou sa révocation est invalide, le tribunal les prendra en considération, s'il n'y a aucune raison de douter de la volonté de la personne qui les a faites.

                          Aide à la prise de décision

                          § 45

                          Si une personne a besoin d'aide pour prendre une décision parce qu'un trouble mental lui cause des difficultés, bien qu'elle ne soit pas limitée dans son autonomie, elle peut organiser la fourniture d'un soutien avec l'aidant ; il peut y avoir plus de supporters.

                          § 46

                          (1) Avec la convention d'assistance, l'aidant s'engage vis-à-vis de l'assisté à ce qu'avec son accord il soit présent à ses rencontres juridiques, qu'il lui fournisse les informations et communications nécessaires et qu'il l'aide en lui conseillant.

                          (2) Le contrat prend effet le jour de son approbation par le tribunal. Si le contrat n'est pas conclu par écrit, les parties sont tenues de manifester leur volonté de conclure le contrat devant le tribunal. Le tribunal n'approuvera pas le contrat si les intérêts de l'aidant entrent en conflit avec les intérêts de l'aidé.

                          § 47

                          (1) Le parrain ne peut mettre en danger les intérêts du soutenu par une influence indue, ni s'enrichir sans raison aux dépens du soutenu.

                          (2) Le supporteur procède dans l'accomplissement de ses devoirs conformément aux décisions du supporté. Si la personne assistée agit légalement par écrit, l'accompagnateur peut apposer sa signature indiquant sa fonction, et éventuellement également des informations sur l'accompagnement qu'il a apporté à la personne assistée ; le supporter a également le droit de contester la nullité de l'action en justice soutenue.

                          § 48

                          A la requête du soutenu ou du supporteur, le tribunal rappelle le supporteur; le tribunal la révoquera même si le promoteur manque gravement à ses obligations, même sans requête.

                          Représentation par un membre du ménage

                          § 49

                          (1) Si un trouble mental empêche l'adulte qui n'a pas d'autre représentant d'agir de façon autonome, il peut se faire représenter par son descendant, son ancêtre, son frère ou sa sœur, son conjoint ou son partenaire, ou une personne ayant vécu avec la personne représentée dans un ménage commun pendant au moins trois ans avant l'établissement de la représentation.

                          (2) Le représentant informe la personne représentée qu'il la représentera et lui expliquera clairement la nature et les conséquences de la représentation. Si la personne à représenter refuse, la représentation n'a pas lieu ; la capacité d'exprimer un souhait suffit au refus.

                          § 50

                          L'approbation du tribunal est requise pour établir la représentation. Avant de rendre une décision, le tribunal fera les efforts nécessaires pour connaître l'opinion de la personne représentée, même en utilisant le mode de communication choisi par la personne représentée.

                          § 51

                          Le représentant veille à la protection des intérêts du représenté et à l'exercice de ses droits et à ce que son mode de vie ne contredise pas ses capacités et que, s'il ne peut raisonnablement s'y opposer, il corresponde aux idées et souhaits particuliers du représenté.

                          § 52

                          (1) La représentation s'applique aux affaires courantes, car elle correspond aux conditions de vie de la personne représentée. Toutefois, le représentant n'est pas autorisé à consentir à porter atteinte à l'intégrité mentale ou physique d'une personne avec des séquelles permanentes.

                          (2) Le représentant peut s'occuper des revenus du représenté dans la mesure nécessaire à la fourniture des affaires courantes, car ils correspondent aux conditions de vie du représenté ; cependant, il ne peut gérer des fonds sur le compte de la personne représentée que dans la mesure où ils ne dépassent pas le salaire mensuel vital d'un individu conformément à une autre réglementation légale.

                          § 53

                          Si la personne est représentée par plusieurs représentants, il suffit que l'un d'eux agisse. Cependant, si plusieurs représentants agissent ensemble et se contredisent, le discours de l'un d'entre eux ne sera pas pris en compte.

                          § 54

                          (1) La représentation cesse si le représentant y renonce ou si le représenté refuse d'être à nouveau représenté par le représentant ; la capacité d'exprimer un souhait suffit au refus. La représentation expire également si le tribunal désigne un tuteur pour la personne représentée.

                          (2) Si une convention d'aide à la décision est conclue, la représentation cessera d'être effective dans la mesure où la personne représentée est juridiquement compétente pour agir.

                          Limitation de l'autonomie

                          § 55

                          (1) La limitation des droits de soi ne peut se faire que dans l'intérêt de la personne concernée, après l'avoir vu et avec la pleine reconnaissance de ses droits et de sa singularité personnelle. Ce faisant, l'étendue et le degré de l'incapacité d'une personne à s'occuper de ses propres affaires doivent être soigneusement pris en compte.

                          (2) L'autonomie d'une personne ne peut être limitée que si elle risque autrement de subir un préjudice grave et si des mesures plus douces et moins restrictives ne suffisent pas compte tenu de ses intérêts.

                          § 56

                          (1) Seul un tribunal peut limiter l'autonomie d'une personne.

                          (2) Le tribunal fera les efforts nécessaires pour connaître l'opinion de la personne dont il statue sur la légalité, même en utilisant le mode de communication que la personne choisit.

                          § 57

                          (1) Le tribunal peut limiter l'autonomie d'une personne dans la mesure où une personne n'est pas capable d'agir en justice en raison d'un trouble mental qui n'est pas seulement temporaire, et définira dans quelle mesure la capacité de la personne à agir légalement de manière indépendante a été limitée.

                          (2) Si une personne a des difficultés à communiquer, ce n'est pas en soi une raison pour limiter son autonomie.

                          § 58

                          Le tribunal peut confier à un tiers l'exécution de certaines actions en justice individuelles ou la gestion des biens pendant la procédure en limitation de compétence, si cela est nécessaire pour éviter des dommages graves.

                          § 59

                          Le tribunal peut limiter son pouvoir discrétionnaire en rapport avec une certaine affaire au temps nécessaire à son règlement, ou à une certaine période autrement déterminée, mais pas plus de trois ans; à l'expiration du délai, les effets juridiques des restrictions cessent. Toutefois, si une procédure est engagée pendant cette période pour prolonger le délai de prescription, les effets juridiques de la décision initiale durent jusqu'à ce qu'une nouvelle décision soit rendue, mais pas plus d'un an.

                          § 60

                          Si les circonstances changent, le tribunal modifiera ou annulera immédiatement sa décision, même sans requête.

                          § 61

                          Si le tribunal décide de limiter l'autonomie d'une personne, la personne qu'il appelle en qualité de tuteur peut proposer d'être nommée tuteur ; si elle ne soumet pas la proposition, le tribunal prendra connaissance de son avis. Si cette personne est éligible à la tutelle, le tribunal la nomme tuteur avec son consentement.

                          § 62

                          Dans une décision de limitation d'autonomie, le tribunal nomme un tuteur à une personne. Lors du choix d'un tuteur, le tribunal tient compte des souhaits du pupille, de ses besoins et des suggestions des personnes proches des tuteurs, si elles recherchent son avantage, et veille à ce que le choix d'un tuteur n'entraîne pas la la méfiance du pupille envers le tuteur.

                          § 63

                          Un tuteur ne peut nommer une personne légalement incapable d'agir ou une personne dont les intérêts sont en conflit avec les intérêts du pupille, ou l'exploitant d'un établissement où le pupille réside ou lui fournit des services ou une personne dépendante d'un tel établissement.

                          § 64

                          La décision de limiter l'autonomie ne prive pas une personne du droit d'agir en toute indépendance et en toute légalité dans les affaires ordinaires de la vie quotidienne.

                          § 65

                          (1) Si le tuteur a agi de manière indépendante, même s'il ne pouvait agir sans le tuteur, ses actions en justice ne peuvent être déclarées nulles que si elles lui causent un préjudice. Toutefois, si seule une modification de l'étendue des devoirs du tuteur suffit à remédier à la situation, le tribunal le fera sans être lié par les propositions des parties.

                          (2) Si le tuteur a agi de manière indépendante, même s'il ne pouvait agir sans le tuteur, les actions du tuteur sont considérées comme valables si le tuteur les a approuvées. Cela s'applique même si une telle action en justice a été approuvée par l'acteur lui-même après avoir acquis des droits légaux.

                          Section 3Manquant

                          § 66

                          (1) Le tribunal peut déclarer une personne qui a quitté son lieu de résidence, qui ne s'est pas signalée et dont on ne sait pas où elle se trouve, comme une personne disparue. Le tribunal indiquera dans la décision le jour où les effets de la déclaration de disparition se sont produits.

                          (2) Une personne disparue peut être déclarée disparue à la demande d'une personne qui y a un intérêt légal, notamment un conjoint ou une autre personne proche, un copropriétaire, un employeur ou une société dans laquelle cette personne a une participation.

                          § 67

                          (1) Lors de l'évaluation d'actions pour lesquelles le consentement, le consentement, le vote ou d'autres actions d'une personne déclarée disparue sont par ailleurs nécessaires, cette nécessité n'est pas prise en compte ; toutefois, cela ne s'applique pas s'il s'agit de son statut personnel. Quiconque agit, touchant l'affaire de la personne disparue, doit le faire en tenant compte de ses intérêts.

                          (2) Une action en justice qui a eu lieu sans le consentement ou toute autre manifestation nécessaire de la volonté de la personne disparue après qu'elle a quitté son lieu de résidence, mais avant qu'elle ait été déclarée disparue, bien que cette déclaration ait été proposée sans retard injustifié, est considérée comme une action faite sous condition suspensive à l'extradition de la décision par laquelle il a été déclaré disparu.

                          § 68

                          Si une personne déclarée disparue revient ou désigne un administrateur de ses biens, la déclaration de personne disparue perd ses effets. La déclaration perd également ses effets le jour qui s'applique au jour du décès de la personne disparue.

                          § 69

                          La personne déclarée disparue ne peut contester la nullité ou l'inefficacité des actions en justice prises en son absence, intervenues sous les effets d'une telle déclaration, parce qu'elles n'ont pas nécessité l'expression de sa volonté.

                          § 70

                          Si la personne qui a nommé l'administrateur de ses biens est déclarée disparue, cela n'affecte pas les droits et obligations de l'administrateur désigné. Cela ne s'applique pas si l'administrateur est inconnu, refuse d'agir dans l'intérêt de la personne disparue, néglige ses actions dans l'intérêt de la personne disparue ou ne peut pas agir du tout.

                          Section 4Présomption de décès

                          § 71

                          (1) Sur proposition d'une personne qui y a un intérêt légal, le tribunal déclare décédée une personne dont on peut raisonnablement croire qu'elle est décédée et détermine le jour qui est considéré comme le jour de son décès.

                          (2) Une personne qui a été déclarée morte est considérée comme si elle était morte. Lorsque le mari est déclaré mort, le mariage prend fin le jour considéré comme le jour de son décès ; il en va de même pour les partenariats enregistrés.

                          § 72

                          Si une personne a été déclarée disparue et qu'il existe un doute sérieux quant à sa survie, bien que sa mort ne soit pas hors de doute, le tribunal peut la déclarer décédée à la requête d'une personne qui y a un intérêt légal et doit déterminer le jour où les disparus n'ont apparemment pas survécu. On pense que ce jour est le jour du décès de la personne disparue.

                          § 73

                          Une personne déclarée disparue peut être déclarée décédée au plus tôt cinq ans après la fin de l'année au cours de laquelle elle a été déclarée disparue. Cependant, cela ne peut pas être fait si pendant ce temps il y a un message à partir duquel il peut être jugé que la personne disparue est toujours en vie. Dans un tel cas, la procédure est conforme au § 74 ou 75.

                          § 74

                          (1) Une personne qui a disparu en quittant son lieu de résidence, qui ne s'est pas signalée et dont on ne sait pas où elle se trouve, mais qui n'a pas été déclarée disparue, peut être déclarée décédée au plus tôt sept ans après la fin de l'année au cours de laquelle elle est apparue le dernier rapport d'où l'on peut conclure qu'il était encore en vie.

                          (2) Une personne disparue avant d'avoir atteint l'âge de dix-huit ans ne peut être déclarée décédée avant la fin de l'année au cours de laquelle vingt-cinq ans se sont écoulés depuis sa naissance.

                          § 75

                          Une personne disparue en tant que participant à un événement au cours duquel la vie d'un grand nombre de personnes était en danger peut être déclarée décédée au plus tôt trois ans après la fin de l'année au cours de laquelle le dernier rapport est paru, à partir duquel elle peut être conclu qu'il était au cours de ces événements encore en vie.

                          § 76

                          (1) Si une personne a été déclarée décédée, cela n'exclut pas la preuve qu'elle est décédée tôt ou tard, ou qu'elle est toujours en vie. S'il est retrouvé vivant, la déclaration de décès n'est pas prise en compte ; cependant, le mariage ou le partenariat enregistré n'est pas renouvelé.

                          (2) Si une fausse preuve de décès a été faite, le paragraphe 1 s'applique mutatis mutandis.

                          Section 5Le nom et la résidence de la personne

                          Le nom d'une personne et sa protection

                          § 77

                          (1) Le nom d'une personne est son nom et son prénom personnels, ou ses autres noms et prénoms qui lui appartiennent conformément à la loi. Toute personne a le droit d'utiliser son nom dans les relations juridiques, ainsi que le droit de protéger et de respecter son nom.

                          (2) Une personne qui utilise un nom autre que le sien dans les relations juridiques supporte les conséquences des erreurs et les dommages qui en résultent.

                          § 78

                          (1) Une personne qui a été lésée par la remise en cause de son droit à un nom ou qui a subi un préjudice du fait d'une atteinte non autorisée à ce droit, notamment par l'utilisation non autorisée d'un nom, peut exiger qu'il soit renoncé à l'atteinte non autorisée ou que son conséquences soient supprimées.

                          (2) Si la personne concernée est absente, ou si elle est portée disparue, frappée d'incapacité, ou si pour toute autre raison elle ne peut exercer elle-même le droit de protéger son nom, son conjoint, descendant, ancêtre ou concubin peut l'exercer, à moins que la personne concernée, même s'il est incompétent, a expressément indiqué qu'il ne le voulait pas.

                          (3) Si l'intervention non autorisée concerne le nom de famille et si la raison en est un intérêt important pour la protection de la famille, le conjoint ou une autre personne proche de la personne concernée peut demander une protection de manière indépendante, même si son droit au nom n'a pas été directement affecté .

                          § 79Pseudonyme

                          (1) Une personne peut adopter un pseudonyme pour un certain domaine d'activité ou même pour une communication privée. Une action en justice sous un pseudonyme ne porte pas atteinte à la validité si l'auteur de l'acte est clair et si l'autre partie ne peut pas avoir de doute sur l'auteur de l'acte.

                          (2) Si un pseudonyme devient connu, il bénéficie de la même protection qu'un nom.

                          § 80Résidence

                          (1) Une personne est domiciliée dans un lieu où elle séjourne avec l'intention d'y résider de façon permanente sous réserve d'un changement de circonstances ; cette intention peut être déduite de sa déclaration ou des circonstances de l'espèce. Si une personne indique comme résidence un lieu autre que sa résidence effective, n'importe qui peut également invoquer sa résidence effective. Celui qui revendique de bonne foi ledit lieu ne peut prétendre qu'il a sa résidence réelle en un autre lieu.

                          (2) Si une personne n'a pas de résidence, elle est considérée comme le lieu où elle habite. Si un tel lieu ne peut être déterminé, ou s'il ne peut l'être qu'avec des difficultés disproportionnées, le lieu où la personne possède des biens, ou le lieu où elle a résidé en dernier lieu, est considéré comme la résidence d'une personne.

                          Section 6La personnalité d'une personne

                          Sous-section 1Conditions générales

                          § 81

                          (1) La personnalité d'une personne est protégée, y compris tous ses droits naturels. Chacun est tenu de respecter le libre choix d'une personne de vivre selon sa propre volonté.

                          (2) En particulier, les protections jouissent de la vie et de la dignité d'une personne, de sa santé et du droit de vivre dans un environnement favorable, de son sérieux, de son honneur, de son intimité et de ses manifestations à caractère personnel.

                          § 82

                          (1) Une personne dont la personnalité a été atteinte a le droit d'exiger qu'il soit mis fin à l'ingérence non autorisée ou que ses conséquences soient supprimées.

                          (2) Après le décès d'une personne, toute personne qui lui est proche peut réclamer la protection de sa personnalité.

                          § 83

                          (1) Si l'atteinte non autorisée à la personnalité d'une personne est liée à son activité au sein d'une personne morale, cette personne morale peut également exercer le droit à la protection de sa personnalité ; de son vivant, toutefois, qu'en son nom et avec son consentement. Si une personne est incapable d'exprimer sa volonté en raison d'une absence ou d'un manque de jugement, le consentement n'est pas requis.

                          (2) Après le décès d'une personne, une personne morale peut exiger l'arrêt de l'intervention non autorisée et la suppression de ses conséquences.

                          Sous-section 2Apparence et confidentialité

                          § 84

                          Capturer la forme d'une personne de quelque manière que ce soit afin qu'il soit possible de déterminer son identité sur la base de l'image n'est possible qu'avec sa permission.

                          § 85

                          (1) Développer la forme d'une personne n'est possible qu'avec sa permission.

                          (2) Si quelqu'un consent à l'affichage de sa ressemblance dans des circonstances dont il est clair qu'elle sera diffusée, il est valide qu'il consente également à sa reproduction et à sa distribution de la manière habituelle, comme il pouvait raisonnablement s'y attendre compte tenu des circonstances.

                          § 86

                          Nul ne peut porter atteinte à la vie privée d'autrui à moins d'avoir une raison légale de le faire. En particulier, il n'est pas possible de violer l'espace privé d'une personne, de surveiller sa vie privée ou d'en faire un enregistrement audio ou vidéo, d'utiliser tel ou autre enregistrement réalisé sur la vie privée d'une personne par un tiers, ou de diffuser de tels enregistrements sur sa vie privée sans leur permission. Les documents privés à caractère personnel sont également protégés dans la même mesure.

                          § 87

                          (1) Toute personne ayant autorisé l'utilisation d'un document écrit à caractère personnel, d'une image ou d'un enregistrement audio ou vidéo relatif à une personne ou à ses expressions à caractère personnel, peut révoquer l'autorisation, même si elle l'a accordée pour une certaine durée. de temps.

                          (2) Si l'autorisation accordée pour une certaine période de temps a été révoquée sans que cela soit justifié par un changement substantiel de circonstances ou une autre raison raisonnable, l'appelant doit réparer le préjudice en résultant pour la personne à qui l'autorisation a été accordée.

                          § 88

                          (1) L'autorisation n'est pas requise si la ressemblance ou l'enregistrement audio ou visuel est pris ou utilisé pour exercer ou protéger d'autres droits ou intérêts légalement protégés d'autrui.

                          (2) L'autorisation n'est pas requise même si une ressemblance, un document écrit à caractère personnel ou un enregistrement audio ou vidéo est pris ou utilisé sur la base de la loi à des fins officielles ou si quelqu'un fait une apparition publique sur une question d'intérêt public.

                          § 89

                          Une image ou un enregistrement audio ou visuel peut également être acquis ou utilisé de manière appropriée à des fins scientifiques ou artistiques et pour la presse, la radio, la télévision ou des informations similaires sans l'autorisation de la personne.

                          § 90

                          Une raison légale d'envahir la vie privée d'autrui ou d'utiliser sa ressemblance, ses écrits personnels ou son enregistrement audio ou vidéo ne peut être utilisée de manière déraisonnable en conflit avec les intérêts légitimes d'une personne.

                          Sous-section 3Le droit à l'intégrité mentale et physique

                          § 91

                          L'homme est intouchable.

                          § 92

                          (1) Le corps humain est sous protection légale même après la mort de la personne. Il est interdit de disposer des restes humains et des restes humains d'une manière indigne du défunt.

                          (2) Si les restes humains ne sont pas déposés dans un cimetière public, la personne qui a été explicitement désignée par la personne avant son décès a le droit de les libérer ; sinon son conjoint, enfant ou parent à son tour, et si aucun d'eux n'est présent, ou s'ils refusent de recevoir la dépouille, son héritier les recevra.

                          Atteinte à l'intégrité

                          § 93

                          (1) En dehors du cas prévu par la loi, nul ne peut intervenir dans l'intégrité d'autrui sans son consentement donné en connaissance de cause de la nature de l'intervention et de ses conséquences éventuelles. Si quelqu'un consent à être gravement blessé, il n'en tient pas compte ; ceci ne s'applique pas si l'intervention est nécessaire en toutes circonstances dans l'intérêt de la vie ou de la santé de la personne concernée.

                          (2) Un représentant légal peut consentir à porter atteinte à l'intégrité de la personne représentée, si c'est pour le bénéfice direct d'une personne incapable de donner elle-même son consentement.

                          § 94

                          (1) Toute personne qui souhaite effectuer une opération sur une autre personne doit expliquer la nature de l'opération de manière compréhensible. L'explication est correctement donnée si l'on peut raisonnablement supposer que l'autre partie a compris la méthode et le but de l'intervention, y compris les conséquences attendues et les dangers possibles pour sa santé, ainsi que si une autre procédure est également possible.

                          (2) Si le consentement est donné au nom d'une autre personne, la personne à soumettre à l'intervention recevra également une explication, si elle est capable de jugement, d'une manière proportionnée à sa capacité à comprendre l'explication en question.

                          § 95

                          Un mineur qui n'est pas pleinement autonome peut, en temps normal, également consentir lui-même à une intervention sur son corps, si elle est appropriée à la maturité intellectuelle et volontaire des mineurs de son âge et s'il s'agit d'une intervention qui ne laisser des séquelles permanentes ou graves.

                          § 96

                          (1) Le consentement à porter atteinte à l'intégrité d'une personne nécessite une forme écrite si une partie du corps qui ne peut pas être régénérée doit être sectionnée.

                          (2) Le consentement nécessite également la forme écrite

                          a) expérience médicale sur des humains, ou

                          b) une intervention que la condition médicale de la personne ne nécessite pas; cela ne s'applique pas dans le cas de procédures cosmétiques qui ne laissent pas de séquelles permanentes ou graves.

                          § 97

                          (1) Le consentement peut être révoqué sous quelque forme que ce soit, même si un consentement écrit est requis.

                          (2) Si le consentement écrit n'est pas requis, il est réputé avoir été donné. En cas d'incertitude quant à savoir si le consentement a été révoqué sous une forme autre que par écrit, il est supposé que la révocation n'a pas eu lieu.

                          § 98

                          (1) Si une personne ne peut pas donner son consentement en raison de l'impossibilité d'exprimer une volonté, même temporairement, et si elle n'a pas de représentant légal, le consentement d'un conjoint, d'un parent ou d'une autre personne proche présente est requis. Si aucune de ces personnes n'est présente, le consentement du conjoint est requis et, à défaut, celui du parent ou d'une autre personne proche, s'ils peuvent être identifiés et joints sans difficulté et s'il est clair qu'il n'y a aucun risque de retard. S'il n'est pas possible d'obtenir le consentement de l'une des manières susmentionnées, le consentement peut être accordé par une autre personne présente qui justifie d'un intérêt extraordinaire pour la personne concernée.

                          (2) Au cours de la procédure et lors du consentement, les souhaits connus et préalablement exprimés de la personne dont l'intégrité doit être atteinte sont pris en compte.

                          § 99

                          Si la vie d'une personne est en danger soudain et évident, et si le consentement ne peut être obtenu en urgence, même sous une autre forme que celle prescrite, des mesures immédiates peuvent être prises si cela est nécessaire pour la santé de la personne concernée.

                          § 100

                          (1) Si l'intégrité d'un mineur qui a atteint l'âge de quatorze ans, n'a pas acquis sa pleine autonomie et qui s'oppose sérieusement à l'intervention doit être atteinte, même si le représentant légal donne son accord à l'intervention, l'intervention ne peut être effectuée sans le consentement du tribunal. Ceci s'applique également dans le cas où la procédure est effectuée sur un adulte qui n'est pas totalement autonome.

                          (2) Si le représentant légal n'est pas d'accord avec une intervention dans l'intégrité de la personne mentionnée au paragraphe 1, même si cette personne le souhaite, l'intervention ne peut être effectuée sur sa proposition ou sur proposition d'une personne qui lui est proche qu'avec la consentement du tribunal.

                          § 101

                          Si l'intégrité d'une personne incapable de discernement doit être atteinte d'une manière qui laisse des conséquences permanentes, inévitables et graves ou d'une manière liée à un grave danger pour sa vie ou sa santé, l'intervention ne peut être effectuée qu'avec l'autorisation de le tribunal. Cela n'affecte pas les dispositions du § 99.

                          § 102

                          Le tribunal consentira à l'intervention conformément à l'article 100 ou 101, si elle est dans l'intérêt de la personne concernée, après l'avoir vue et en pleine reconnaissance de sa personnalité.

                          § 103

                          Si l'intégrité d'une personne qui se trouvait dans un état où elle ne pouvait évaluer ce qui lui arrivait était atteinte, et si elle n'a pas donné son consentement à l'intervention, il faut lui en informer dès que son état le permet, en de manière à ce qu'il puisse comprendre quelle procédure a été effectuée sur lui et qu'il soit informé de ses conséquences possibles et du risque de ne pas effectuer la procédure.

                          Sous-section 4Les droits d'une personne admise dans un établissement médical sans son consentement

                          § 104

                          Une personne ne peut être admise dans un établissement de santé sans son consentement ou y être maintenue sans son consentement que pour des motifs établis par la loi et à condition que les soins nécessaires à sa personne ne puissent être assurés par des mesures plus douces et moins contraignantes. Le dépôt d'une requête en limitation d'autonomie ne constitue pas en soi un motif pour qu'une personne soit emmenée ou détenue dans un tel établissement sans son consentement.

                          § 105

                          (1) Si une personne est admise ou détenue dans un établissement de soins de santé, le prestataire de soins de santé doit immédiatement en informer son représentant légal, son tuteur ou son soutien et son conjoint ou toute autre personne proche connue ; toutefois, il ne peut en faire l'annonce à son conjoint ou à une autre personne proche, si cela lui a été interdit.

                          (2) L'admission d'une personne dans un établissement dispensant des soins de santé est notifiée par le prestataire de services de santé dans les 24 heures au tribunal; ceci s'applique également si une personne est détenue dans un tel établissement. Le tribunal statuera sur la mesure prise dans un délai de sept jours.

                          § 106

                          (1) Le prestataire de services de santé veille à ce qu'une personne admise dans un établissement dispensant des soins de santé ou détenue dans un tel établissement reçoive, sans retard injustifié, une explication appropriée de son statut juridique, de la raison juridique de la mesure prise et des possibilités de recours judiciaire. protection, y compris le droit de choisir un avocat ou un confident.

                          (2) L'explication est donnée de manière à ce que la personne puisse la comprendre suffisamment et se rendre compte de la nature de l'action entreprise et de ses conséquences ; si cette personne a un représentant légal, un tuteur ou un soutien, l'explication doit également lui être donnée sans retard injustifié.

                          § 107

                          (1) Si une personne a un mandataire ou un mandataire, le fournisseur de services de santé doit aviser le mandataire ou le mandataire des mesures prises sans délai indu après en avoir pris connaissance.

                          (2) Le fiduciaire peut exercer pour le compte de la personne en son nom tous les droits nés à l'occasion de son admission dans l'établissement concerné ou de son maintien dans un tel établissement. Un sympathisant a les mêmes droits qu'un syndic.

                          § 108

                          Toute personne qui a été admise dans un établissement de santé ou qui y est détenue a le droit de discuter de ses propres affaires avec son représentant, son confident ou son aidant lors d'un entretien personnel et hors la présence de tiers.

                          § 109

                          (1) Une personne admise dans un établissement fournissant des soins de santé ou détenue dans un tel établissement a le droit de faire examiner par un médecin indépendant du prestataire son état de santé, sa documentation médicale ou la déclaration du médecin traitant concernant son incapacité à juger et à exprimer ses souhaits de manière indépendante. des services de santé dans cet établissement et son exploitant. Un fiduciaire ou un sympathisant a le même droit.

                          (2) Si le droit de réexamen est exercé avant même que le tribunal n'ait rendu une décision en vertu de l'article 105, paragraphe 2, il doit pouvoir être exercé de manière à ce que le tribunal puisse évaluer les résultats du réexamen dans le cadre d'une procédure sur la recevabilité de la mesure prise.

                          § 110

                          Si le tribunal se prononce sur la recevabilité de la mesure prise, cela approuve le séjour forcé dans un établissement dispensant des soins de santé, mais cela n'enlève pas le droit de refuser une certaine procédure ou un certain traitement.

                          Sous-section 5Traiter les parties du corps humain

                          § 111

                          (1) Une personne à qui une partie du corps a été enlevée a le droit de savoir comment elle a été éliminée. Il est interdit de disposer de la partie prélevée du corps humain d'une manière indigne d'une personne ou d'une manière qui met en danger la santé publique.

                          (2) La partie prélevée du corps d'une personne peut être utilisée à des fins médicales, de recherche ou scientifiques de son vivant, si elle a donné son consentement. L'utilisation d'une partie prélevée du corps d'une personne à des fins de nature inhabituelle nécessite toujours son consentement exprès.

                          (3) Il en va de même pour ce qui provient du corps humain comme pour les parties du corps humain.

                          § 112

                          Une personne ne peut laisser une partie de son corps à une autre personne que dans les conditions établies par une autre réglementation légale. Cela ne s'applique pas dans le cas de poils ou de parties similaires du corps humain qui peuvent être retirés sans douleur sans anesthésie et qui se régénèrent naturellement ; ceux-ci peuvent être laissés à quelqu'un d'autre moyennant des frais et sont considérés comme des biens meubles.

                          Sous-section 6Protection du corps humain après le décès d'une personne

                          § 113

                          (1) Une personne a le droit de décider comment il sera disposé de son corps après sa mort.

                          (2) Pratiquer une autopsie ou utiliser un corps humain après le décès d'une personne pour les besoins de la science médicale, de la recherche ou à des fins d'enseignement sans le consentement du défunt n'est possible que si une autre loi le prévoit.

                          § 114

                          (1) Une personne a le droit de décider du type de funérailles à avoir. S'il ne laisse pas de décision explicite à ce sujet, le mari du défunt, et s'il n'y a personne, les enfants du défunt, décideront de son inhumation ; s'il n'y en a pas, alors les parents décident, et s'il n'y en a pas, les frères et sœurs du défunt; s'ils ne sont pas en vie, alors leurs enfants décident, et s'ils ne sont pas là non plus, alors n'importe lequel des proches; s'il n'y a aucune de ces personnes, c'est la commune sur le territoire de laquelle la personne est décédée qui décide.

                          (2) Les frais d'inhumation et les modalités d'inhumation sont pris en charge par la succession. Si la succession n'est pas suffisante pour couvrir le coût du mode d'inhumation souhaité par le défunt, il doit au moins être enterré de manière décente selon les coutumes locales.

                          (3) Une autre réglementation légale détermine comment et aux frais de qui sera enterrée une personne dont la succession est insuffisante pour couvrir les frais des funérailles et si personne n'est disposé à couvrir volontairement les frais des funérailles.

                          § 115

                          Si une personne décède sans avoir consenti à une autopsie ou à l'utilisation de son corps après la mort conformément à l'article 113, il est valable qu'elle ne consente pas à l'autopsie ou à une telle utilisation de son corps.

                          § 116

                          Quiconque consent à ce que son corps soit disséqué ou utilisé de la manière prévue au § 113 après sa mort, inscrit son opinion dans le registre tenu conformément à une autre réglementation légale ; ce consentement peut également être exprimé dans un document public, ou vis-à-vis d'un prestataire de services de santé avec effets vis-à-vis de ce prestataire.

                          § 117

                          Le consentement à une autopsie ou à l'utilisation de son corps après la mort à des fins scientifiques, de recherche ou d'enseignement médical peut être révoqué. Si une personne dans un établissement de santé révoque son consentement, elle peut le faire au moyen d'une déclaration écrite.

                          Partie 3Entités juridiques

                          Section 1Conditions générales

                          § 118

                          Une personne morale a la personnalité juridique de sa création à sa disparition.

                          § 119

                          Les personnes morales tiennent des registres fiables de leurs affaires financières, même si elles ne sont pas tenues de tenir une comptabilité en vertu d'une autre réglementation légale.

                          Registres publics des personnes morales

                          § 120

                          (1) Au moins la date de sa création, la date de sa dissolution avec l'indication du motif juridique et la date de sa résiliation, ainsi que sa dénomination, l'adresse du siège social et l'objet d'activité, le nom et l'adresse du domicile ou du siège bureau de chaque membre de l'organe statutaire, ainsi qu'une indication de la méthode, doivent être inscrits dans le registre public , comment cet organe représente la personne morale, et des données sur la date de création ou de cessation de leur fonction.

                          (2) Une autre réglementation légale détermine ce que sont les registres publics des personnes morales, quelles personnes morales y sont inscrites et comment, ou quelles autres données sur les personnes morales y sont inscrites, et comment elles en sont supprimées, ou si une collection de documents fait partie du registre public. Les registres publics des personnes morales sont accessibles à tous ; chacun peut les consulter et en tirer des extraits, des descriptions ou des copies.

                          (3) Si le fait constaté change, la personne immatriculée ou la personne qui y est tenue par la loi notifie sans retard injustifié la personne qui tient le registre public du changement, et celle-ci inscrit ce changement dans le registre public sans retard injustifié.

                          § 121

                          (1) A l'encontre d'une personne qui agit légalement en se fiant aux données inscrites au registre public, la personne concernée par l'inscription n'a pas le droit d'objecter que l'inscription ne correspond pas à la réalité.

                          (2) Si les données inscrites au registre public ont été publiées, nul ne peut prétendre après quinze jours à compter de la publication qu'il n'a pu avoir connaissance des données publiées. Si les données publiées ne correspondent pas aux données enregistrées, la personne à laquelle se rapportent les données ne peut invoquer les données publiées contre une autre personne ; toutefois, si elle prouve qu'elle a eu connaissance des informations saisies, elle peut lui objecter que les informations publiées ne correspondent pas aux informations saisies.

                          Constitution et création d'une personne morale

                          § 122

                          Une personne morale peut être constituée par un acte juridique fondateur, une loi, une décision d'une autorité publique, ou d'une autre manière prévue par une autre réglementation juridique.

                          § 123

                          (1) La procédure judiciaire fondatrice détermine au moins la dénomination, le siège social de la personne morale, l'objet de l'activité, l'organe statutaire de la personne morale et ses modalités de création, si la loi ne le prévoit pas directement. Il déterminera également qui sont les premiers membres de l'organe statutaire.

                          (2) Une forme écrite est requise pour engager une action en justice.

                          § 124

                          S'il n'est pas précisé pour quelle durée la personne morale est constituée, il est valable qu'elle soit constituée pour une durée indéterminée.

                          § 125

                          (1) Plusieurs fondateurs établissent une personne morale en adoptant des statuts ou en concluant un autre contrat.

                          (2) La loi détermine dans quels cas une personne morale peut être établie même par les actions en justice d'une seule personne contenues dans l'acte fondateur.

                          § 126

                          (1) Une personne morale est créée le jour de l'inscription au registre public.

                          (2) Si une personne morale est constituée par la loi, elle est créée à la date de son entrée en vigueur, à moins que la loi ne fixe une date ultérieure.

                          (3) La loi détermine dans quels autres cas une inscription au registre public n'est pas requise pour la création d'une personne morale. La loi précise dans quels cas une décision d'une autorité publique est requise pour l'établissement ou la création d'une personne morale.

                          § 127

                          Il est possible d'agir au nom d'une personne morale avant même sa constitution. Quiconque agit de cette manière n'a droit et n'est lié que par cette action ; si plusieurs personnes agissent, elles sont conjointement et solidairement autorisées et liées. Une personne morale peut assumer elle-même les effets de ces actions dans un délai de trois mois à compter de sa création. Dans un tel cas, elle a droit et est liée par ces négociations dès le début. Si elle les reprend, elle fera savoir aux autres participants qu'elle l'a fait.

                          § 128

                          Après la création d'une personne morale, il n'est pas possible de demander qu'il soit constaté qu'elle n'a pas été créée et son inscription au registre public ne peut être annulée pour cette raison.

                          § 129
                          (1) Le tribunal déclare une personne morale invalide après sa création, même sans requête, si

                          a) font défaut les procédures judiciaires fondatrices,

                          b) la constitution d'une instance judiciaire n'a pas les conditions nécessaires à l'existence juridique d'une personne morale,

                          c) les actions en justice des fondateurs contredisent le § 145 ou

                          d) la personne morale a été fondée par un nombre de personnes inférieur à celui requis par la loi.

                          (2) Le jour où une personne morale est déclarée invalide, elle entre en liquidation.

                          § 130

                          Avant de prendre une décision en vertu de l'article 129, le tribunal accorde à la personne morale un délai raisonnable pour remédier au défaut, s'il s'agit d'un défaut réparable.

                          § 131

                          La déclaration d'invalidité d'une personne morale n'affecte pas les droits et obligations qu'elle a acquis.

                          Název

                          § 132

                          (1) Le nom de la personne morale est son nom.

                          (2) Le nom doit distinguer une entité juridique d'une autre entité et contenir une indication de sa forme juridique. Le nom ne doit pas être trompeur.

                          § 133

                          (1) Le nom peut contenir le nom d'une personne avec laquelle la personne morale entretient une relation particulière. Si une personne est vivante, son nom ne peut être utilisé au nom d'une personne morale qu'avec son consentement ; s'il est mort sans consentement, le consentement de son mari est requis, et s'il ne l'est pas, le consentement d'un descendant majeur, et s'il ne l'est pas, le consentement d'un ancêtre.

                          (2) Si le nom de famille a été utilisé dans le nom de la personne morale et si la raison en est un intérêt important pour la protection de la famille, le § 78 alinéa 3 s'applique mutatis mutandis.

                          (3) Quiconque a le droit d'accorder son consentement à l'utilisation du nom d'une personne au nom d'une personne morale a le droit de le révoquer à tout moment, même s'il l'a accordé pour une certaine période de temps ; si quelque chose d'autre a été convenu, il n'est pas pris en compte si le retrait du consentement est justifié par un changement substantiel de circonstances ou une autre raison raisonnable. Si le consentement accordé pour une certaine période de temps a été révoqué sans changement substantiel de circonstances ou autre motif raisonnable, l'appelant doit indemniser la personne morale pour le préjudice en résultant.

                          § 134

                          (1) Le nom d'une personne morale peut contenir un élément caractéristique du nom d'une autre personne morale, s'il y a une raison à cela dans leur relation mutuelle. Même dans ce cas, le public doit pouvoir distinguer suffisamment les deux noms.

                          (2) L'élément caractéristique du nom d'une autre personne morale ne peut être utilisé dans le nom sans son consentement. La disposition de l'article 133, paragraphe 3, s'applique mutatis mutandis.

                          § 135

                          (1) Une personne morale qui a été lésée par la remise en cause de son droit au nom ou qui a subi un dommage du fait d'une atteinte non autorisée à ce droit, ou qui est menacée d'un tel dommage, notamment par une utilisation non autorisée du nom, peut exiger que l'ingérence non autorisée soit levée ou que ses conséquences soient supprimées.

                          (2) La même protection appartient à une personne morale contre toute personne qui porte atteinte à sa réputation ou à sa vie privée sans motif légitime, sauf à des fins scientifiques ou artistiques ou de presse, radio, télévision ou informations similaires ; cependant, même une telle intervention ne doit pas entrer en conflit avec les intérêts légitimes de la personne morale.

                          § 136Sidlo

                          (1) Lors de la création d'une personne morale, son siège est déterminé. Si cela ne perturbe pas la paix et l'ordre dans la maison, la résidence peut également être dans l'appartement.

                          (2) Si une personne morale est inscrite au registre public, il suffit que l'acte juridique fondateur mentionne le nom de la commune où se trouve la personne morale ; toutefois, la personne morale propose d'inscrire l'adresse complète du siège social au registre public.

                          § 137

                          (1) Toute personne peut revendiquer le siège réel d'une personne morale.

                          (2) Une personne morale ne peut opposer à celui qui invoque le siège inscrit au registre public qu'il dispose d'un siège effectif en un autre lieu.

                          Déménagement du siège social

                          § 138

                          (1) Une personne morale qui a son siège social à l'étranger peut transférer son siège social sur le territoire de la République tchèque. Cela ne s'applique pas si cela n'est pas autorisé par l'ordre juridique de l'État dans lequel la personne morale a son siège, ou s'il s'agit d'une personne morale interdite en vertu de l'article 145.

                          (2) Une personne morale qui a l'intention de transférer son siège social sur le territoire de la République tchèque joint à la demande d'inscription au registre public concerné une décision sur la forme juridique de la personne morale tchèque qu'elle a choisie, ainsi que les actes de procédure de fondation requis par le code juridique tchèque pour cette forme d'entité juridique.

                          (3) Les relations juridiques internes d'une personne morale sont régies par le système juridique tchèque après le transfert du siège social en République tchèque. Le droit tchèque régit également la responsabilité de ses membres ou des membres de ses organes pour les dettes de la personne morale, si elles sont nées après la date effective du transfert du siège social dans le pays.

                          § 139

                          Une personne morale qui a son siège social en République tchèque peut transférer son siège social à l'étranger, si cela n'est pas contraire à l'ordre public et si cela est autorisé par l'ordre juridique de l'État dans lequel le siège social de la personne morale doit être déménagé.

                          § 140

                          (1) La personne morale qui envisage de transférer son siège à l'étranger publie cette intention, en indiquant l'adresse du nouveau siège et la forme juridique après le transfert du siège, au moins trois mois avant la date du transfert prévu du siège. Les créanciers ont le droit d'exiger une garantie suffisante pour leurs créances impayées dans les deux mois suivant la publication si, après le transfert du siège social, la recouvrabilité de leurs créances en République tchèque se détériore.

                          (2) S'il n'y a pas d'accord sur la méthode et l'étendue de la garantie, le tribunal décidera de la garantie suffisante et de son étendue, en tenant compte du type et du montant de la créance. Si la personne morale ne fournit pas de garantie conformément à la décision du tribunal, les membres de l'organe statutaire sont responsables des dettes non garanties, à l'exception de ceux qui prouvent qu'ils ont fait des efforts suffisants pour exécuter la décision.

                          § 141

                          (1) Le membre d'une personne morale qui n'a pas donné son accord au transfert du siège social à l'étranger a le droit de résilier la qualité de membre de la personne morale avec effet à compter de la date du transfert du siège social. Si un membre d'une personne morale dispose d'un droit au règlement en cas de résiliation de son adhésion, la personne morale doit lui fournir le règlement au plus tard à la date effective du transfert du siège social. Les membres de l'organe statutaire sont responsables du respect de cette obligation.

                          (2) Les membres de la personne morale et de son organe statutaire sont responsables des dettes contractées avant la date effective du transfert du siège social, comme elles l'étaient avant le transfert du siège social à l'étranger.

                          § 142

                          Le déménagement du siège prend effet à compter de la date d'inscription de son adresse au registre public y afférent.

                          § 143

                          Les articles 138 à 142 s'appliquent mutatis mutandis à l'établissement et au transfert de succursales de personnes morales.

                          Objet des personnes morales

                          § 144

                          (1) Une personne morale peut être constituée dans l'intérêt public ou privé. Sa nature s'apprécie en fonction de l'activité principale de la personne morale.

                          (2) La loi détermine à quelles fins une personne morale ne peut être constituée que si des conditions particulières sont remplies.

                          § 145
                          (1) Il est interdit de constituer une personne morale dont le but est de violer une loi ou d'atteindre un but de manière illégale, surtout si son but est

                          a) nier ou restreindre les droits personnels, politiques ou autres des personnes en raison de leur nationalité, sexe, race, origine, opinion politique ou autre, religion et statut social,

                          b) incitant à la haine et à l'intolérance,

                          c) incitant à la violence ou

                          d) la gestion d'une autorité publique ou l'exercice d'une administration publique sans autorisation légale.

                          (2) Il est interdit d'établir une personne morale armée ou avec des éléments armés, à moins qu'il ne s'agisse d'une personne morale établie par la loi, qui est expressément autorisée ou imposée par la loi à être armée ou la création d'une composante armée, ou d'une personne morale qui manipule des armes dans le cadre de son activité selon une autre réglementation légale, ou une personne morale dont les membres détiennent ou utilisent des armes à des fins sportives ou culturelles ou pour la chasse ou pour accomplir des tâches selon une autre réglementation légale.

                          Utilité publique

                          § 146

                          L'utilité publique est une personne morale dont la mission est de contribuer à la réalisation du bien-être général par ses propres activités conformément à l'acte juridique fondateur, si seules des personnes intègres ont une influence notable sur les décisions de la personne morale, si celle-ci a acquis des biens auprès de sources honnêtes et s'il utilise économiquement sa richesse à des fins d'intérêt public.

                          § 147

                          Une personne morale d'utilité publique a le droit d'inscrire le statut d'utilité publique dans le registre public si elle remplit les conditions fixées par une autre réglementation légale.

                          § 148

                          Si le statut d'utilité publique est inscrit au registre public, la personne qui tient le registre public le supprime, si la personne morale renonce au statut d'utilité publique, ou si le tribunal décide de le révoquer. Par radiation du registre public, le statut d'utilité publique cesse.

                          § 149

                          Le tribunal statue sur la révocation du statut d'utilité publique sur proposition d'une personne qui y a un intérêt légitime, voire sans proposition dans le cas où la personne morale cesse de remplir les conditions de son acquisition et n'y remédie pas le manquement dans un délai raisonnable, même à la demande du tribunal.

                          § 150

                          Seule une personne morale dont le statut d'utilité publique est inscrit au registre public a le droit de déclarer en son nom qu'il s'agit d'un bien public.

                          Organes d'une personne morale

                          § 151

                          (1) La loi détermine, ou la procédure judiciaire fondatrice détermine, de quelle manière et dans quelle mesure les membres des organes de la personne morale décident en son nom et se substituent à sa volonté.

                          (2) La bonne foi des membres du corps de la personne morale est attribuée à la personne morale.

                          § 152

                          (1) Une personne morale forme des organes avec un membre (individuel) ou plusieurs membres (collectif).

                          (2) Une personne physique qui est membre d'un organe d'une personne morale et qui est élue, nommée ou autrement appelée à un poste (ci-après dénommée "membre de l'organe élu") doit être pleinement indépendante. Ceci s'applique également au représentant d'une personne morale qui est elle-même membre de l'organe élu d'une autre personne morale.

                          (3) Si l'activité principale de la personne morale concerne des mineurs ou des personnes en situation d'autonomie limitée et si l'objet principal de la personne morale n'est pas professionnel, la procédure judiciaire fondatrice peut déterminer qu'un membre de l'organe collectif élu de la personne morale peut également être un mineur ou une personne en situation d'autonomie limitée.

                          § 153

                          (1) Une personne dont la faillite a été constatée peut devenir membre d'un corps élu si elle en a avisé au préalable la personne qui l'appelle au poste; cela ne s'applique pas si au moins trois ans se sont écoulés depuis la fin de la procédure d'insolvabilité.

                          (2) Si la faillite d'une personne membre d'un corps élu est constatée, cette personne doit en aviser sans délai celui qui l'a nommée.

                          (3) S'il n'y a pas eu de notification, toute personne qui y a un intérêt légitime peut exiger que le membre de l'organe élu soit démis de ses fonctions par le tribunal. Ceci ne s'applique pas si la personne qui a nommé le membre de l'organe élu a décidé, après avoir pris connaissance de l'acte de faillite de cette personne, qu'il devait rester en fonction.

                          § 154

                          Si le membre de l'organe élu de la personne morale est une autre personne morale, elle autorise une personne physique à la représenter dans l'organe, sinon la personne morale est représentée par un membre de son organe statutaire.

                          § 155

                          (1) Si un membre d'un organe élu a été nommé alors qu'il n'est pas qualifié pour le faire selon la loi, sa nomination au poste est considérée comme si elle n'avait pas eu lieu. Si un membre d'un corps élu perd la capacité juridique d'être membre d'un corps élu après avoir été appelé à ses fonctions, son mandat cesse ; notifie à la personne morale la fin de la fonction sans retard injustifié.

                          (2) Si la nomination d'une personne au poste de membre d'un organe élu est considérée comme si elle n'avait pas eu lieu, ou si la nomination est invalide, cela n'affecte pas le droit acquis de bonne foi.

                          § 156

                          (1) Si le corps est collectif, il décide des affaires de la personne morale de la congrégation. Il peut se résoudre en présence ou autre participation de la majorité des membres et prend ses décisions à la majorité des voix des membres participants.

                          (2) Si l'autorité des membres individuels de l'organe est répartie selon certains domaines, les dispositions du paragraphe 1 ne s'appliquent pas. La répartition des compétences ne dispense pas les autres membres du devoir de contrôler la gestion des affaires de la personne morale.

                          § 157

                          (1) Si la décision est adoptée, à la demande du membre du corps élu qui s'est opposé à la proposition, son opinion dissidente est enregistrée.

                          (2) Si la proposition a été acceptée en l'absence de l'un des membres, ce membre a le droit de connaître le contenu de la décision.

                          § 158

                          (1) L'assemblée juridique fondatrice peut établir un nombre plus élevé de participants pour la capacité de l'organe à parvenir à une résolution, exiger un nombre plus élevé de voix pour l'adoption d'une décision ou établir une procédure par laquelle la méthode de prise de décision de l'organe peut être modifiée.

                          (2) L'ouverture d'une procédure judiciaire peut permettre à l'instance de prendre des décisions en dehors de l'assemblée sous forme écrite ou avec l'utilisation de moyens techniques.

                          (3) L'acte constitutif peut prévoir qu'en cas d'égalité des voix dans la prise de décision de l'organe élu de la personne morale, la voix du président est prépondérante.

                          § 159

                          (1) Quiconque accepte la fonction de membre d'un corps élu s'engage à l'exercer avec la loyauté nécessaire et avec la connaissance et la diligence nécessaires. Il est considéré qu'il agit par négligence s'il n'est pas capable de ce soin d'un bon maître de maison, même s'il a dû le découvrir lors de l'acceptation du poste ou lors de son exécution, et n'en tire pas les conséquences pour lui-même.

                          (2) Un membre d'un organe élu exerce la fonction en personne ; toutefois, cela n'empêche pas un membre d'autoriser un autre membre du même organe à voter pour lui en son absence.

                          (3) Si un membre de l'organe élu n'a pas indemnisé la personne morale pour le dommage qui lui a été causé par manquement à ses devoirs dans l'exercice de ses fonctions, alors qu'il était tenu de réparer le dommage, il est responsable envers le créancier de la personne morale de sa dette dans la mesure où il n'a pas réparé le dommage, si le créancier ne peut obtenir l'exécution de la personne morale.

                          § 160

                          Si un membre d'un organe élu démissionne de ses fonctions au moyen d'une déclaration adressée à une personne morale, la fonction cesse au bout de deux mois à compter de la date de la déclaration.

                          Agir pour le compte d'une personne morale

                          § 161

                          Celui qui représente la personne morale doit préciser ce qui l'autorise à le faire, si cela ne découle pas déjà des circonstances. Quiconque signe au nom d'une personne morale appose sa signature à son nom, ainsi que des informations sur sa fonction ou son intitulé.

                          § 162

                          Si une personne morale est représentée par un membre de son organe d'une manière inscrite au registre public, on ne peut prétendre que la personne morale n'a pas adopté la résolution nécessaire, que la résolution était viciée ou qu'un membre de l'organe a violé la résolution adoptée.

                          § 163

                          L'organe statutaire a tous les pouvoirs qui ne sont pas confiés à un autre organe d'une personne morale par l'acte de justice fondateur, la loi ou la décision d'une autorité publique.

                          § 164

                          (1) Un membre de l'organe statutaire peut représenter une personne morale en toutes matières.

                          (2) Si la compétence de l'organe statutaire appartient à plusieurs personnes, elles forment un organe statutaire collectif. Si la procédure judiciaire fondatrice ne détermine pas la manière dont ses membres représentent la personne morale, chaque membre le fait de manière indépendante. Si l'acte juridique fondateur exige que les membres de l'organe statutaire agissent ensemble, le membre peut représenter la personne morale en tant qu'agent séparément, uniquement s'il a été autorisé à accomplir une certaine action en justice.

                          (3) Si une personne morale dotée d'un organe statutaire collectif emploie des salariés, elle confie à un membre de l'organe statutaire les actions en justice à l'encontre des salariés ; dans le cas contraire, ce pouvoir est exercé par le président de l'organe statutaire.

                          § 165

                          (1) Si l'organe statutaire ne dispose pas d'un nombre suffisant de membres requis pour la prise de décision, le tribunal nomme les membres manquants sur proposition de la personne qui certifie l'intérêt légal pour la période jusqu'à l'appel de nouveaux membres selon la procédure déterminée dans le engager des poursuites judiciaires ; dans le cas contraire, le tribunal désigne un tuteur pour la personne morale, même sans proposition, chaque fois qu'il en a connaissance dans le cadre de ses activités.

                          (2) Le tribunal nomme un tuteur pour une personne morale, même sans proposition, si les intérêts d'un membre de l'organe statutaire sont en conflit avec les intérêts de la personne morale et si la personne morale n'a pas d'autre membre de l'organe capable de la représenter .

                          § 166

                          (1) La personne morale est représentée par ses employés dans la mesure habituelle en raison de leur classification ou de leur fonction ; en même temps, l'état de son apparition au public est décisif. Ce qui est prévu pour la représentation d'une personne morale par un salarié s'applique de la même manière à la représentation d'une personne morale par son membre ou par un membre d'un autre organisme non inscrit au registre public.

                          (2) La limitation du pouvoir représentatif par le règlement intérieur de la personne morale n'a d'effets à l'égard des tiers que si elle devait être connue de celui-ci.

                          § 167

                          Une personne morale est engagée par un acte illégal commis par un membre d'un organe élu, un employé ou un autre de ses représentants envers un tiers dans l'exercice de ses fonctions.

                          Annulation d'une personne morale

                          § 168

                          (1) Une personne morale est dissoute par une action en justice, l'expiration d'un délai, une décision d'une autorité publique ou la réalisation de l'objet pour lequel elle a été créée, et pour d'autres motifs établis par la loi.

                          (2) La dissolution volontaire d'une personne morale est prononcée par son autorité compétente.

                          § 169

                          (1) Après la dissolution d'une personne morale, sa liquidation est obligatoire, sauf si l'ensemble de ses biens est acquis par un ayant cause ou si la loi en dispose autrement.

                          (2) S'il ne résulte pas de la procédure judiciaire de dissolution d'une personne morale, qu'elle soit dissoute avec liquidation ou sans liquidation, il est valable qu'elle soit dissoute avec liquidation.

                          § 170

                          Celui qui a décidé la dissolution d'une personne morale avec liquidation peut revenir sur sa décision jusqu'à ce que le but de la liquidation soit atteint.

                          § 171
                          Avec la liquidation, la personne morale est dissoute

                          a) l'expiration du délai qui l'a fondé,

                          b) atteindre l'objectif pour lequel il a été créé,

                          c) au jour fixé par la loi ou par un acte juridique portant dissolution d'une personne morale, sinon au jour de son entrée en vigueur, ou

                          d) la date d'entrée en vigueur de la décision de l'autorité publique, à moins qu'une date ultérieure ne soit précisée dans la décision.

                          § 172
                          (1) A la requête de la personne qui justifie d'un intérêt légitime, ou même sans requête, le tribunal prononce la dissolution de la personne morale et ordonne sa liquidation, si

                          a) se livre à une activité illégale à un point tel qu'elle trouble gravement l'ordre public,

                          b) ne remplit plus les conditions requises pour la création d'une personne morale par la loi,

                          c) n'a pas eu d'organe statutaire capable de quorum depuis plus de deux ans, ou

                          d) donc la loi le prévoit.

                          (2) Si la loi permet au tribunal de dissoudre une personne morale pour un motif révocable, le tribunal lui fixe un délai raisonnable pour éliminer les manquements avant de rendre une décision.

                          § 173

                          (1) Si la personne morale est dissoute lors de la transformation, elle est dissoute sans liquidation à la date effective de la transformation.

                          (2) Si la faillite d'une personne morale a été constatée, elle est annulée sans liquidation en annulant la faillite après avoir respecté le calendrier de résolution, ou en annulant la faillite parce que les actifs sont totalement insuffisants ; cependant, elle entrera en liquidation si des biens apparaissent après la fin de la procédure d'insolvabilité.

                          Transformation d'une personne morale

                          § 174

                          (1) La transformation d'une personne morale est une fusion, une scission et un changement de forme juridique.

                          (2) Une personne morale ne peut changer de forme juridique que si la loi le prévoit.

                          § 175

                          (1) Celui qui a décidé de la transformation d'une personne morale peut revenir sur sa décision jusqu'à ce que la transformation devienne effective.

                          (2) Si la transformation d'une personne morale devient effective, il ne peut être décidé qu'elle n'a pas eu lieu, ni l'action en justice qui a conduit à la transformation ne peut être déclarée invalide, et l'inscription de la transformation au registre public ne peut être annulée.

                          § 176

                          (1) Lors de la transformation, une date déterminante doit être déterminée à partir de laquelle les actions de la personne morale sortante sont considérées d'un point de vue comptable comme des actions accomplies pour le compte de la personne morale successeur.

                          (2) A compter du jour précédant le jour déterminant, la personne morale liquidatrice ou la personne morale scindée établit les comptes définitifs. A la date déterminante, la personne morale succédante ou la personne morale scindée établit un bilan d'ouverture.

                          § 177

                          (1) L'effectivité de la transformation d'une personne morale inscrite au registre public prend effet à la date d'inscription au registre public. Dans ce cas, la date déterminante est fixée de manière à ne pas précéder de plus de douze mois la date de dépôt de la proposition d'inscription de la transformation au registre public.

                          (2) Si les personnes concernées sont inscrites au registre public dans des districts différents, une proposition d'enregistrement de la conversion est présentée dans l'un d'eux et l'autorité publique inscrira tous les faits enregistrés dans le registre public le même jour.

                          § 178

                          (1) Une fusion a lieu en fusionnant ou en fusionnant au moins deux entités juridiques participantes. Une fusion ou un regroupement est considéré comme un transfert de l'entreprise de l'employeur.

                          (2) Dans une fusion, au moins une des parties impliquées cesse d'exister ; les droits et obligations des personnes démissionnaires sont transférés à une seule des personnes participantes en tant que personne morale successeur.

                          (3) En cas de fusion, toutes les personnes participantes cessent d'exister et une nouvelle entité juridique est créée à leur place en tant qu'entité remplaçante ; les droits et obligations de toutes les personnes disparues lui sont transférés.

                          § 179

                          (1) Une entité juridique est scindée par scission lors de la constitution de nouvelles entités juridiques, ou elle est scindée lors d'une fusion simultanée avec d'autres entités juridiques (ci-après dénommée « scission par fusion »). Une personne morale peut également être constituée par scission ou en combinant plusieurs modes de scission. La scission par fusion, scission, ainsi que d'autres modes de scission, sont assimilées au transfert de l'entreprise de l'employeur.

                          (2) Si la personne morale scindée cesse d'exister et que ses droits et obligations passent à plusieurs personnes morales successeurs, alors

                          a) si des personnes morales successeurs participent à la scission en tant que personnes déjà existantes, il s'agit d'une scission par fusion,

                          b) si les entités juridiques successeurs n'ont pas encore été créées par scission, il s'agit d'une scission avec constitution de nouvelles entités juridiques.

                          (3) Lorsqu'une entité juridique est scindée par scission, l'entité juridique scindée n'est pas annulée ou résiliée, mais la partie séparée de ses droits et obligations est transférée à une entité successeur existante ou nouvellement créée.

                          § 180

                          Dans les cas visés à l'article 179, paragraphe 2 ou 3, l'autorité compétente de l'entité juridique décide quels employés de l'entité juridique démissionnaire deviendront employés des entités juridiques successives.

                          § 181

                          Les personnes morales de formes juridiques différentes ne peuvent fusionner et se diviser que si la loi le prévoit.

                          § 182

                          Si, par la transformation d'une personne morale, ses biens sont transférés à une personne morale successeur, et si, selon une autre réglementation légale, le consentement d'une autorité publique est requis pour le transfert des droits et obligations, ce consentement est également requis pour la transformation d'une personne morale.

                          § 183

                          (1) Lorsque la forme juridique est modifiée, l'entité juridique dont la forme juridique est modifiée n'est pas annulée ou résiliée, seules ses conditions juridiques changent, et dans le cas d'une société, également le statut juridique de ses membres.

                          (2) Si le jour d'établissement du projet de contrat ou de la décision de changement de forme juridique n'est pas une date de clôture selon une autre réglementation légale, la personne morale établit un état financier intermédiaire pour ce jour. Les données à partir desquelles les états financiers sont établis à la date de traitement du changement de forme juridique ne doivent pas précéder de plus de trois mois la date de la décision de la personne morale sur le changement de forme juridique.

                          § 184

                          (1) Une décision peut être prise sur la transformation d'une personne morale établie par la loi si la loi le prévoit expressément.

                          (2) La transformation d'une personne morale constituée par décision d'une autorité publique est décidée par cette autorité.

                          Extinction d'une personne morale

                          § 185

                          Une personne morale immatriculée au registre public cesse d'exister le jour de sa radiation du registre public.

                          § 186

                          Une personne morale qui n'est pas soumise à l'inscription au registre public cesse d'exister à la clôture de la liquidation.

                          Élimination

                          § 187

                          (1) La liquidation a pour objet de liquider les actifs de la personne morale liquidée (liquidation essence), de régler les dettes envers les créanciers et de disposer du solde de l'actif net résultant de la liquidation (avec le solde de liquidation) conformément à la loi.

                          (2) Une personne morale entre en liquidation le jour de sa dissolution ou de sa nullité. Si une personne morale inscrite au registre public est mise en liquidation, le liquidateur propose l'inscription en liquidation au registre public sans retard injustifié. Lors de la liquidation, la personne morale utilise son nom avec l'ajout "en liquidation".

                          § 188

                          Si une personne morale est mise en liquidation, nul ne peut légalement agir en son nom au-delà du cadre prévu au § 196 à partir du moment où il a eu connaissance de son entrée en liquidation ou du moment où il aurait dû et aurait pu en avoir connaissance.

                          § 189

                          (1) Lors de l'entrée en liquidation, l'autorité compétente nomme un liquidateur à la personne morale ; seule une personne qualifiée pour être membre de l'organe statutaire peut être liquidateur. Si la fonction de liquidateur cesse avant la dissolution de la personne morale, l'autorité compétente de la personne morale nomme un nouveau liquidateur sans retard injustifié.

                          (2) Si la personne morale est en liquidation et si le liquidateur n'a pas été appelé, tous les membres de l'organe statutaire exercent ses pouvoirs.

                          § 190

                          Si plusieurs liquidateurs sont appelés à liquider une personne morale, ils forment un corps collectif.

                          § 191

                          (1) Un liquidateur est nommé par le tribunal, même sans proposition, pour une personne morale qui est entrée en liquidation sans qu'un liquidateur ait été appelé conformément à l'article 189. Le tribunal nomme un liquidateur même s'il a lui-même décidé de dissoudre la personne morale.

                          (2) Sur proposition d'une personne qui justifie d'un intérêt légitime à cela, le tribunal révoque le liquidateur qui ne remplit pas correctement ses fonctions et nomme un nouveau liquidateur.

                          (3) Si aucune autre proposition n'a été soumise ou si la proposition ne peut être acceptée, le tribunal peut nommer un membre de l'organe statutaire comme liquidateur dans la procédure conformément au paragraphe 1 ou 2, même sans son consentement. Un tel liquidateur ne peut démissionner de ses fonctions. Toutefois, il peut proposer au tribunal de le relever de son poste s'il prouve qu'il ne peut être équitablement requis d'exercer le poste.

                          (4) Si le liquidateur ne peut être nommé même en vertu du paragraphe 3, le tribunal le nomme parmi les personnes inscrites sur la liste des administrateurs d'insolvabilité.

                          § 192

                          Si le liquidateur a été nommé par le tribunal, les tiers doivent apporter leur collaboration au liquidateur dans la même mesure qu'ils sont tenus de l'apporter à l'administrateur d'insolvabilité.

                          § 193

                          Le liquidateur acquiert les pouvoirs d'un organe statutaire au moment de sa nomination. Le liquidateur est également responsable de la bonne exécution de ses fonctions en tant que membre de l'organe statutaire.

                          § 194

                          Seul le tribunal peut révoquer le liquidateur qui a été nommé à ce poste.

                          § 195

                          La rémunération du liquidateur et le mode de son paiement sont déterminés par celui qui l'a appelé.

                          § 196

                          (1) L'activité du liquidateur ne peut poursuivre qu'un objet qui correspond à la nature et au but de la liquidation.

                          (2) Si une personne morale a acquis une succession ou un legs avec condition, engagement à terme ou injonction, le liquidateur observera ces restrictions. Toutefois, si la personne morale a reçu des fonds affectés des budgets publics, le liquidateur utilisera ces fonds selon la décision de l'autorité qui les a fournis ; le liquidateur procède de même si la personne morale a reçu des fonds destinés à la réalisation d'un objectif d'utilité publique.

                          § 197

                          Lors de la liquidation, le liquidateur satisfera en priorité les créances des salariés ; cela ne s'applique pas si la personne morale est en faillite.

                          § 198

                          (1) Le liquidateur notifie à tous les créanciers connus l'entrée en liquidation de la personne morale.

                          (2) Le liquidateur publie, sans retard indu, au moins deux fois de suite, à au moins deux semaines d'intervalle, la notification conformément au paragraphe 1, accompagnée d'un appel aux créanciers à enregistrer leurs créances dans un délai qui ne doit pas être inférieur à trois mois. à partir de la deuxième publication.

                          § 199

                          (1) Le liquidateur dresse le bilan d'ouverture et l'inventaire du patrimoine de la personne morale à la date d'entrée en liquidation de la personne morale.

                          (2) Le liquidateur délivre un inventaire des biens contre paiement des frais à tout créancier qui en fait la demande.

                          § 200

                          Si le liquidateur découvre au cours de la liquidation que la personne morale est en faillite, il dépose une demande d'insolvabilité sans retard excessif, sauf s'il s'agit d'un cas visé au § 201.

                          § 201

                          (1) S'il s'agit d'un cas selon l'article 173, paragraphe 2, et que le produit de la liquidation ne suffit pas à régler toutes les dettes, le liquidateur paiera les frais de liquidation à partir du produit du premier groupe, satisfera les créances des employés à partir du solde du deuxième groupe, puis payer les créances des autres créanciers du troisième groupe.

                          (2) S'il n'est pas possible de régler intégralement les sinistres d'un même groupe, ceux-ci seront satisfaits proportionnellement.

                          § 202

                          (1) S'il n'est pas possible de monétiser l'intégralité du bien de liquidation dans un délai raisonnable, le liquidateur réglera les frais et créances du premier puis du second groupe, si possible sur le produit partiel ; cela n'affecte pas le § 201, alinéa 2. Le liquidateur propose alors aux créanciers des créances du troisième groupe la substance de liquidation à reprendre pour le paiement des dettes.

                          (2) S'il n'est pas possible de monétiser ne serait-ce qu'une partie des biens de liquidation dans un délai raisonnable, ou si les créances des premier et deuxième groupes ne sont pas entièrement réglées à partir du produit partiel, le liquidateur proposera que les biens de liquidation soient repris par tous les créanciers.

                          (3) Le créancier qui s'est vu proposer un avoir de liquidation en vertu du paragraphe 1 ou 2 et qui n'a pas répondu à l'offre dans un délai de deux mois est réputé avoir accepté l'offre ; cet effet ne se produira pas si le liquidateur ne l'a pas chargé de l'offre.

                          § 203

                          (1) Les créanciers qui reprennent le bien de liquidation ont droit chacun à une part déterminée par le rapport du montant de leurs créances ; dans le reste, leurs prétentions sont éteintes.

                          (2) Si l'un des créanciers refuse de participer à la reprise des biens de liquidation, sa créance est considérée comme éteinte. Cela ne s'applique pas si des actifs jusque-là inconnus de la personne morale sont découverts ultérieurement.

                          § 204

                          (1) Si tous les créanciers refusent de prendre en charge le fond de liquidation, le fond de liquidation passe à l'Etat le jour de la dissolution de la personne morale ; le liquidateur en informe sans délai l'autorité compétente en vertu d'une autre loi.

                          (2) Sans égard aux articles 201 à 203, un créancier qui est créancier garanti en vertu d'une autre loi a droit à la satisfaction de la sûreté avec laquelle sa créance a été garantie. Si le créancier garanti n'est pas pleinement satisfait de sa créance de cette manière, il a droit au reste de l'exécution conformément aux articles 201 à 203.

                          § 205

                          (1) Dès que le liquidateur a achevé tout ce qui précède le traitement du solde de liquidation ou la remise de l'actif de liquidation conformément au § 202 ou la notification conformément au § 204, il établit un rapport définitif sur l'état d'avancement de la liquidation, dans laquelle il indique au moins comment l'actif de liquidation a été utilisé et, le cas échéant, également une proposition d'utilisation du solde de liquidation. Le même jour, le liquidateur établira le bilan financier. Le liquidateur joint un relevé de signature aux états financiers.

                          (2) Le rapport final, la proposition d'utilisation du solde de liquidation et les états financiers sont soumis par le liquidateur pour approbation à la personne qui l'a nommé à ce poste. La personne devenue liquidateur en application de l'article 189, alinéa 1er, adresse un rapport final, une proposition d'utilisation du solde de liquidation et des états financiers à l'autorité de la personne morale qui a le pouvoir de la révoquer, ou le pouvoir de le contrôler. A défaut d'une telle autorité, le liquidateur soumet ces documents et propositions à l'approbation du tribunal.

                          (3) La radiation d'une personne morale du registre public n'est pas empêchée par le fait que les documents visés au paragraphe 1 n'ont pas été approuvés.

                          § 206

                          (1) Tant que les droits de tous les créanciers qui ont déposé leurs créances dans les délais conformément au § 198 ne sont pas satisfaits, une part du solde de liquidation ne peut être versée ni sous forme d'acompte ni utilisée de toute autre manière.

                          (2) Si la créance est contestée ou non échue, le solde de liquidation ne peut être utilisé que si des sûretés suffisantes ont été fournies au créancier.

                          § 207

                          La liquidation prend fin avec l'utilisation du solde de liquidation, la prise en charge du fond de liquidation par le créancier ou son rejet. Le liquidateur soumet une proposition de radiation de la personne morale du registre public dans les trente jours suivant la fin de la liquidation.

                          § 208

                          Si, avant même la radiation d'une personne morale du registre public, ses biens précédemment inconnus sont découverts ou si la nécessité d'autres mesures nécessaires apparaît, la liquidation ne prendra pas fin et le liquidateur réglera ces biens ou prendra d'autres mesures nécessaires. Après la fin de ces négociations, il procède selon les articles 205 à 207 ; les dispositions du § 170 ne s'appliquent pas.

                          § 209

                          (1) Si des biens inconnus d'une personne morale sont découverts après sa radiation du registre public ou si un autre intérêt digne de protection légale apparaît, le tribunal, sur proposition de la personne qui certifie l'intérêt légal, annule la radiation de la personne morale, décide lors de sa liquidation et nomme un liquidateur. Selon cette décision, celui qui tient le registre public doit y inscrire la restauration de la personne morale, le fait qu'elle est en liquidation et des informations sur le liquidateur. Depuis la restauration, la personne morale est considérée comme si elle n'avait jamais cessé d'exister.

                          (2) Si la personne morale a été restaurée en raison de la découverte d'actifs inconnus, les créances non satisfaites de ses créanciers seront restaurées.

                          Section 2société

                          Sous-section 1Généralement sur les sociétés

                          § 210

                          (1) Une société est créée en tant qu'entité juridique par une communauté de personnes.

                          (2) Une entité juridique formée par un seul membre est considérée comme une société.

                          § 211

                          (1) Une société peut avoir un seul membre si la loi le permet. Dans un tel cas, un seul membre de la corporation ne peut volontairement mettre fin à son adhésion à moins qu'une nouvelle personne ne prenne sa place en conséquence.

                          (2) Si le nombre de membres de la société tombe en dessous du nombre établi par la loi, le tribunal l'annulera même sans requête et décidera de sa liquidation. Toutefois, il lui accordera d'abord un délai raisonnable pour remédier à la situation.

                          § 212

                          (1) En acceptant d'être membre de la corporation, le membre s'engage à se comporter honnêtement à son égard et à préserver son ordre intérieur. La société ne doit pas favoriser ou désavantager déraisonnablement son membre et doit protéger ses droits de membre et ses intérêts légitimes.

                          (2) Si un membre d'une société privée abuse du droit de vote au détriment de l'ensemble, le tribunal décidera, sur proposition de la personne justifiant d'un intérêt légitime, que le vote de ce membre ne peut être pris en compte pour un certain cas. Ce droit expire si la requête n'est pas déposée dans un délai de trois mois à compter du jour où l'abus de voix s'est produit.

                          § 213

                          Si un membre de la corporation ou un membre de son organe cause un préjudice à la corporation d'une manière qui établit son obligation de réparation et par lequel un autre membre de la corporation a également subi un préjudice quant à la valeur de sa participation, et si seul ce membre réclame indemnisation, le tribunal peut imposer une obligation à la partie lésée même sans proposition spéciale d'indemniser le dommage causé à la société seulement si les circonstances de l'affaire le justifient, surtout s'il est suffisamment évident qu'une telle mesure compensera également le dommage à la participation dévaluée.

                          Sous-section 2Association

                          § 214

                          (1) Au moins trois personnes guidées par un intérêt commun peuvent constituer une association pour la remplir en tant qu'union autonome et volontaire de membres et s'y associer.

                          (2) Si les associations créent une nouvelle association comme leur association pour poursuivre un intérêt commun, elles expriment son caractère associatif au nom de la nouvelle association.

                          § 215

                          (1) Nul ne peut être contraint de participer à l'association et nul ne peut être empêché d'en sortir.

                          (2) Les membres de l'association ne sont pas responsables de ses dettes.

                          § 216

                          Le nom de l'association doit contenir les mots « association » ou « association enregistrée », mais l'abréviation « zs » suffira.

                          § 217

                          (1) L'activité principale de l'association ne peut être que la satisfaction et la protection des intérêts pour la réalisation desquels l'association a été fondée. L'entrepreneuriat ou toute autre activité lucrative ne peut être l'activité principale de l'association.

                          (2) Outre l'activité principale, l'association peut également développer une activité économique secondaire consistant en une activité commerciale ou autre activité génératrice de revenus, si son objet est de soutenir l'activité principale ou l'utilisation économique des biens de l'association.

                          (3) Le bénéfice des activités de l'association ne peut être utilisé que pour les activités de l'association, y compris l'administration de l'association.

                          Fondation de l'association

                          § 218
                          Les fondateurs constituent l'association s'ils sont d'accord sur le contenu des statuts ; les statuts contiennent au moins

                          a) nom et siège social de l'association,

                          b) but de l'association,

                          c) les droits et obligations des membres envers l'association, ou déterminer la manière dont leurs droits et obligations seront nés,

                          d) détermination de l'organe statutaire.

                          § 219

                          Les statuts peuvent établir une association sectorielle en tant qu'unité organisationnelle de l'association ou déterminer comment l'association sectorielle est constituée et quel organe décide de la constitution, de la dissolution ou de la transformation de l'association sectorielle.

                          § 220

                          (1) Si les statuts déterminent que l'adhésion est de différents types, ils définiront également les droits et obligations associés aux différents types d'adhésion.

                          (2) La limitation des droits ou l'élargissement des obligations attachés à un certain type d'affiliation ne peut se faire que dans les conditions préalablement précisées dans les statuts, sinon avec l'accord de la majorité des associés concernés. Cela ne s'applique pas si l'association a une juste raison de limiter les droits ou d'étendre les obligations.

                          § 221

                          Les statuts doivent être déposés in extenso au siège social de l'association.

                          Assemblée constituante

                          § 222

                          (1) Une association peut également être fondée par une résolution de l'assemblée fondatrice de l'association. Lors de l'assemblée constitutive, les dispositions relatives à l'assemblée des membres s'appliquent de la même manière.

                          (2) Le convocateur rédigera un projet de statuts et invitera d'autres personnes intéressées à l'assemblée de fondation de manière appropriée. L'organisateur ou une personne autorisée par lui vérifiera l'exactitude et l'exhaustivité de la liste des participants.

                          § 223

                          Toute personne qui assiste à l'assemblée constitutive et remplit les conditions d'adhésion à l'association est inscrite sur la liste des personnes présentes et signe son nom et son lieu de résidence. Le convocateur ou une personne autorisée par lui vérifiera l'exactitude et l'exhaustivité de la liste des personnes présentes. Il est valable que les personnes inscrites sur la liste de présence aient déposé une demande en bonne et due forme auprès de l'association.

                          § 224

                          (1) L'assemblée constitutive est ouverte par le convocateur ou une personne autorisée par lui. Il informe l'assemblée constitutive du nombre de participants et l'informe des actions que le convocateur a déjà prises dans l'intérêt de l'association. Il proposera également à l'assemblée constitutive le règlement de ses travaux et l'élection du président et des autres responsables éventuels.

                          (2) L'assemblée constituante élit les membres des organes qu'elle est censée élire selon la détermination de la loi et des statuts.

                          (3) L'assemblée constitutive adopte les résolutions à la majorité des voix présentes au moment du vote.

                          (4) Toute personne ayant voté contre l'adoption du projet de statuts peut se désister de la candidature à l'association. Il doit en être fait mention dans la liste des personnes présentes avec les signatures du démissionnaire et de la personne qui a procédé à l'inscription.

                          § 225

                          Si au moins trois personnes participent à l'assemblée constitutive, elles peuvent approuver les statuts conformément au § 218.

                          Constitution de l'association

                          § 226

                          (1) L'association est constituée le jour de l'inscription au registre public.

                          (2) La proposition d'inscription de l'association au registre public est présentée par les fondateurs ou une personne désignée par l'assemblée constitutive.

                          (3) Si l'association n'est pas immatriculée au registre public dans un délai de trente jours à compter du dépôt de la demande d'immatriculation et si une décision de refus d'immatriculation n'est pas rendue dans ce délai, l'association est réputée avoir été immatriculée au registre public le trentième jour suivant le dépôt de la demande.

                          § 227

                          Si l'association continue à fonctionner même après le rejet de son immatriculation au registre public, les dispositions sur la société s'appliquent.

                          Association subsidiaire

                          § 228

                          (1) La personnalité juridique de l'association de branche découle de la personnalité juridique de l'association principale. Une association filiale peut avoir des droits et des obligations et les acquérir dans la mesure déterminée par les statuts de l'association principale et inscrits au registre public.

                          (2) Le nom de l'association de branche doit contenir l'élément caractéristique du nom de l'association principale et exprimer sa caractéristique de l'association de branche.

                          § 229

                          (1) Une association de branche est créée le jour de l'inscription au registre public.

                          (2) L'association principale soumet une proposition d'inscription d'une association de branche au registre public.

                          (3) Si la décision d'inscription ou son refus n'est pas rendu dans les trente jours à compter du dépôt de la proposition d'inscription, l'association de branche est considérée comme immatriculée au registre public.

                          (4) L'association principale est indemnisée et liée solidairement avec l'association subsidiaire des poursuites judiciaires de l'association de branche survenues avant la date de son immatriculation au registre public. A compter de la date d'inscription de l'association sectorielle au registre public, l'association principale garantit les dettes de l'association sectorielle dans la mesure déterminée par les statuts.

                          § 230

                          (1) En annulant l'association principale, l'association subsidiaire est également annulée.

                          (2) L'association principale ne sera pas dissoute tant que toutes les associations subsidiaires ne seront pas dissoutes.

                          § 231

                          En acquérant le statut d'utilité publique pour l'association principale, les associations filiales acquièrent également ce statut. Si l'association principale renonce au statut d'utilité publique, ou s'il lui est retiré, les associations filiales le perdent également.

                          Adhésion

                          § 232

                          (1) Sauf disposition contraire des statuts, l'adhésion à l'association engage la personne du membre et ne passe pas à son ayant cause.

                          (2) Si le membre de l'association est une personne morale, il est représenté par l'organe statutaire, à moins que la personne morale ne désigne un autre représentant.

                          § 233

                          (1) Après la constitution de l'association, l'adhésion à celle-ci peut être établie par l'acceptation en tant que membre ou d'une autre manière déterminée par les statuts.

                          (2) Les personnes qui demandent leur adhésion à l'association manifestent leur volonté d'être liées par les statuts dès leur adhésion à l'association.

                          (3) L'admission en tant que membre est prononcée par l'organe désigné par les statuts, sinon l'organe suprême de l'association.

                          § 234

                          L'adhésion à l'association principale est considérée comme créée par l'adhésion à l'association subsidiaire ; cela s'applique également à la résiliation de l'adhésion.

                          § 235

                          Les statuts peuvent déterminer le montant et l'échéance de la cotisation ou déterminer quel organe de l'association détermine le montant et l'échéance de la cotisation et comment.

                          § 236Liste des membres

                          (1) Si l'association tient une liste des membres, les statuts détermineront les modalités d'inscription et de radiation liées à l'adhésion des personnes à l'association dans la liste des membres. Les statuts détermineront en outre comment la liste des membres sera mise à disposition ou si elle ne sera pas mise à disposition.

                          (2) Chaque membre, y compris les anciens membres, recevra une confirmation de l'association, à ses frais, à sa demande avec un extrait de la liste des membres contenant ses données personnelles, ou une confirmation que ces données ont été supprimées. A la place du membre décédé, son conjoint, enfant ou parent peut demander le certificat, et s'il n'y en a pas, un autre proche ou héritier peut demander le certificat, s'il justifie d'un intérêt digne de protection légale.

                          (3) La liste des membres peut être publiée avec le consentement de tous les membres qui y sont inscrits ; lors de la publication d'une liste incomplète de membres, il doit être évident qu'elle est incomplète.

                          Résiliation de l'adhésion

                          § 237

                          L'adhésion à l'association se termine par le retrait, l'exclusion ou de toute autre manière spécifiée dans les statuts ou la loi.

                          § 238

                          Sauf disposition contraire des statuts, l'adhésion cessera si le membre ne s'acquitte pas de la cotisation même dans un délai raisonnable précisé par l'association en outre dans l'appel de versement, bien qu'il ait été averti de cette conséquence dans l'appel.

                          § 239

                          (1) Si les statuts n'en disposent pas autrement, l'association peut exclure un membre qui a gravement violé l'obligation découlant de l'adhésion et n'a pas cherché à y remédier dans un délai raisonnable même après avoir été mis en demeure par l'association. Un appel n'est pas nécessaire si le manquement à l'obligation ne peut être réparé ou s'il a causé un préjudice particulièrement grave à l'association.

                          (2) La décision d'exclusion est remise au membre exclu.

                          § 240

                          (1) Si les statuts ne précisent pas un autre organe, l'organe statutaire décide de l'exclusion d'un membre.

                          (2) Sauf disposition contraire des statuts, tout membre peut présenter par écrit une proposition d'exclusion ; la proposition indique les circonstances justifiant le motif de l'exclusion. Le membre contre qui la requête est dirigée doit avoir l'occasion de prendre connaissance de la requête en expulsion, d'en demander une explication, d'énoncer et de documenter tout ce qui lui est avantageux.

                          § 241

                          (1) Un membre peut, dans un délai de quinze jours à compter du prononcé de la décision écrite, proposer que la décision de son exclusion soit réexaminée par la commission d'arbitrage, à moins que les statuts ne prévoient une autre instance.

                          (2) L'autorité compétente annule la décision d'exclusion d'un membre si l'exclusion est contraire à la loi ou aux statuts ; peut annuler la décision d'exclusion d'un membre dans d'autres cas justifiés.

                          § 242

                          Un membre exclu peut, dans un délai de trois mois à compter du prononcé de la décision définitive de l'association relative à son expulsion, proposer au tribunal de statuer sur la nullité de l'exclusion ; sinon ce droit expire. Si la décision ne lui a pas été remise, le membre peut soumettre une proposition dans un délai de trois mois à compter du jour où il en a eu connaissance, mais au plus tard dans un délai d'un an à compter du jour où, suite au prononcé de la décision, la résiliation de son l'adhésion par expulsion a été inscrite sur la liste des membres ; sinon ce droit expire.

                          Organisation associative

                          § 243

                          Les organes de l'association sont l'organe statutaire et l'organe suprême, éventuellement la commission de contrôle, la commission d'arbitrage et d'autres organes spécifiés dans les statuts. Les organes de l'association peuvent nommer les statuts comme ils l'entendent, tant que cela ne crée pas une impression trompeuse sur leur nature.

                          § 244

                          Les statuts déterminent si l'organe statutaire est collectif (comité) ou individuel (président). Si les statuts n'en disposent pas autrement, l'organe suprême de l'association élit et révoque les membres de l'organe statutaire.

                          § 245

                          Une résolution d'une assemblée des membres ou d'un autre organe qui contredit les bonnes mœurs, ou modifie les statuts de telle manière que leur contenu contredit les dispositions impératives de la loi, est considérée comme si elle n'avait pas été adoptée. Ceci s'applique même si une résolution a été adoptée dans une affaire sur laquelle cet organe n'a pas le pouvoir de se prononcer.

                          § 246

                          (1) Si les statuts ne précisent pas la durée du mandat des membres des organes élus de l'association, cette durée est de cinq ans.

                          (2) Sauf disposition contraire des statuts, les membres des organes élus de l'association, dont le nombre n'est pas inférieur à la moitié, peuvent coopter des membres suppléants pour la prochaine réunion de l'organe chargé de l'élection.

                          (3) Sauf dispositions contraires des statuts, les § 156 et § 159, alinéa 2, et les dispositions relatives à l'assemblée des membres s'appliquent à la convocation, à la réunion et à la prise de décision des organes collectifs de l'association.

                          § 247L'organe suprême de l'association

                          (1) Les statuts déterminent quel organe est l'organe suprême de l'association ; ses attributions comprennent généralement la détermination de l'orientation principale des activités de l'association, la décision sur les modifications des statuts, l'approbation des résultats financiers de l'association, l'évaluation des activités des autres organes de l'association et de leurs membres, et la décision de la dissolution de l'association avec liquidation ou sa transformation .

                          (2) Si, selon les statuts, l'organe statutaire de l'association est également son organe suprême et s'il n'exerce pas d'autorité pendant une période supérieure à un mois, au moins un cinquième des membres de l'association peut convoquer une assemblée de tous les membres de l'association ; la compétence de l'organe suprême de l'association passe à l'assemblée. Ceci ne s'applique pas si les statuts en disposent autrement.

                          (3) Si les statuts n'en disposent pas autrement, l'organe suprême de l'association est l'assemblée des membres ; les dispositions des articles 248 à 257 s'appliquent à l'assemblée des membres, sauf disposition contraire des statuts.

                          Assemblée des membres

                          § 248

                          (1) L'assemblée des membres est convoquée par l'organe statutaire de l'association au moins une fois par an.

                          (2) L'organe statutaire de l'association convoque une assemblée des membres à l'initiative d'au moins un tiers des membres de l'association ou de l'organe de surveillance de l'association. Si l'organe statutaire de l'association ne convoque pas l'assemblée des membres dans les trente jours suivant la réception de l'initiative, la personne qui a présenté l'initiative peut convoquer elle-même l'assemblée des membres aux frais de l'association.

                          § 249

                          (1) L'assemblée des membres est convoquée de la manière appropriée dans le délai fixé par les statuts, sinon trente jours au moins avant sa tenue. Le lieu, l'heure et l'ordre du jour de la réunion doivent être clairement indiqués sur la convocation.

                          (2) Si la réunion est convoquée conformément au § 248, l'ordre du jour de la réunion ne peut être modifié par rapport à la proposition indiquée dans l'initiative qu'avec le consentement de la personne qui a soumis l'initiative.

                          (3) Le lieu et l'heure de l'assemblée sont déterminés de manière à limiter le moins possible la possibilité pour les membres d'y participer.

                          § 250

                          (1) Celui qui a convoqué l'assemblée peut la révoquer ou l'ajourner de la même manière qu'elle a été convoquée. Si cela se produit moins d'une semaine avant la date annoncée de la réunion, l'association indemnisera les membres qui ont assisté à la réunion conformément à l'invitation, pour les frais volontairement engagés.

                          (2) Si l'assemblée est convoquée conformément au § 248, elle ne peut être annulée ou reportée que sur proposition ou avec le consentement de la personne qui l'a initiée.

                          § 251

                          Chaque membre a le droit de participer à l'assemblée et de demander et de recevoir une explication des affaires de l'association, si l'explication demandée se rapporte au sujet de l'assemblée des membres. Si un membre demande lors d'une assemblée des informations sur des faits interdits par la loi ou dont la divulgation causerait un préjudice grave à l'association, elles ne peuvent lui être fournies.

                          § 252

                          (1) L'assemblée des membres peut parvenir à une résolution avec la participation de la majorité des membres de l'association. La résolution est adoptée à la majorité des voix des membres présents au moment de la résolution ; chaque membre dispose d'une voix.

                          (2) Si les statuts prévoient, lors de la réglementation de différents types d'adhésion à l'association, que seul un vote consultatif est associé à un certain type d'adhésion, ce vote n'est pas pris en compte aux fins du paragraphe 1.

                          § 253

                          (1) Celui qui commence la réunion vérifie si l'assemblée des membres est en mesure de parvenir à une résolution. Après cela, ils assureront l'élection du président de l'assemblée et éventuellement d'autres responsables, si leur élection est requise par les statuts.

                          (2) Le président dirige la réunion selon l'ordre du jour annoncé, à moins que l'assemblée des membres ne décide de mettre fin à la réunion plus tôt.

                          (3) Une question qui n'était pas inscrite à l'ordre du jour de l'assemblée lors de sa proclamation ne peut être décidée qu'avec la participation et le consentement de tous les membres de l'association ayant droit de vote à ce sujet.

                          § 254

                          (1) L'organe statutaire de l'association veille à ce qu'un procès-verbal de la réunion soit dressé dans les trente jours de sa clôture. Si cela n'est pas possible, le procès-verbal est dressé par la personne qui a présidé la réunion ou qui a été autorisée à le faire par l'assemblée des membres.

                          (2) Le procès-verbal doit indiquer qui a convoqué l'assemblée et comment, quand elle a eu lieu, qui l'a commencée, qui l'a présidée, quels autres membres l'assemblée des membres a élus, le cas échéant, quelles résolutions ont été adoptées et quand le procès-verbal a été dressé.

                          (3) Tout membre de l'association peut consulter le procès-verbal de l'assemblée dans les conditions déterminées par les statuts. Sauf disposition contraire des statuts, ce droit peut être exercé au siège social de l'association.

                          § 255Assemblée partielle des membres

                          Les statuts peuvent spécifier que l'assemblée des membres se tiendra sous la forme d'assemblées partielles des membres, ou encore quelles questions ne peuvent être tranchées de cette manière. Si les statuts permettent les réunions d'assemblées partielles des membres, ils détermineront également la période pendant laquelle toutes les réunions doivent être tenues. Pour le quorum et l'adoption de la résolution, les membres participants et les votes exprimés sont additionnés.

                          § 256Assemblée des délégués

                          (1) Les statuts peuvent préciser que les pouvoirs de l'assemblée des membres sont exercés par l'assemblée des délégués.

                          (2) Chaque délégué doit être élu par un nombre égal de voix. Si cela n'est pas facilement possible, les statuts peuvent prévoir un écart raisonnable pour l'élection des délégués.

                          § 257Séance de remplacement de l'assemblée des membres

                          (1) Si l'assemblée des membres n'a pas pu aboutir à une décision lors de sa réunion, l'organe statutaire ou la personne qui a convoqué la première réunion peut, dans les quinze jours à compter de la réunion précédente, convoquer une assemblée des membres pour une réunion de remplacement avec une nouvelle convocation. Il doit ressortir clairement de la convocation qu'il s'agit d'une réunion substitutive de l'assemblée des membres. La réunion de substitution de l'assemblée des membres doit être tenue au plus tard six semaines à compter du jour où la réunion de l'assemblée des membres a été précédemment convoquée.

                          (2) Lors d'une réunion de substitution, l'assemblée des membres ne peut traiter que des questions inscrites à l'ordre du jour de la réunion précédente. Elle peut adopter une résolution avec la participation d'un nombre quelconque de membres, à moins que les statuts n'en disposent autrement.

                          (3) Si l'assemblée des membres prend une décision lors d'une assemblée des assemblées des sous-membres ou si une assemblée des délégués prend une décision à la place, la procédure selon les paragraphes 1 et 2 est similaire.

                          Invalidité de la décision de l'organe de l'association

                          § 258

                          Tout membre de l'association ou toute personne y ayant un intérêt digne de protection légale peut proposer au tribunal de statuer sur la nullité de la décision des organes de l'association pour son conflit avec la loi ou les statuts, si la nullité ne peut être saisis des organes de l'association.

                          § 259

                          Le droit d'invoquer l'invalidité de la décision expire dans un délai de trois mois à compter du jour où le requérant a pris connaissance ou aurait pu prendre connaissance de la décision, mais au plus tard un an après l'adoption de la décision.

                          § 260

                          (1) Le tribunal n'invalidera pas la décision s'il y a eu violation de la loi ou des statuts sans conséquences juridiques graves, et s'il est dans l'intérêt de l'association digne de protection légale de ne pas invalider la décision.

                          (2) Le tribunal ne déclarera pas la décision invalide même si elle porterait atteinte substantiellement au droit d'un tiers acquis de bonne foi.

                          § 261

                          (1) Si l'association a gravement violé le droit fondamental d'un membre, celui-ci a droit à une satisfaction adéquate.

                          (2) Si l'association s'y oppose, le tribunal n'accordera pas le droit à satisfaction au membre de l'association, s'il n'a pas été appliqué

                          a) dans le délai fixé pour le dépôt d'une requête en nullité de la décision, ou

                          b) dans les trois mois à compter de la date effective de la décision de rejet de la proposition, si cette proposition a été rejetée conformément au § 260.

                          Comité de vérification

                          § 262

                          (1) Si les statuts instituent un comité d'audit, celui-ci doit être composé d'au moins trois membres. Sauf dispositions contraires des statuts, les membres du comité de contrôle sont élus et révoqués par l'assemblée des membres. Si les statuts précisent que les membres du comité de contrôle sont nommés ou révoqués par l'organe statutaire, il n'en est pas tenu compte.

                          (2) Si les statuts ne prévoient pas d'autres restrictions, l'appartenance au comité de contrôle n'est pas compatible avec l'appartenance à l'organe statutaire de l'association ni avec la fonction de liquidateur.

                          § 263

                          Le comité de contrôle veille à la bonne conduite des affaires de l'association et à l'exercice de ses activités conformément aux statuts et aux dispositions légales, à moins que les statuts ne lui confèrent des pouvoirs supplémentaires. Si la commission de contrôle détecte des manquements, elle les signalera à l'organe statutaire, ainsi qu'aux autres organes désignés par les statuts.

                          § 264

                          Dans le cadre des attributions de la commission de contrôle, son membre autorisé peut consulter les documents de l'association et demander des explications sur des points particuliers aux membres des autres organes de l'association ou à ses employés.

                          Commission d'arbitrage

                          § 265

                          Si une commission d'arbitrage est instituée, elle statue sur les questions litigieuses relevant de l'autonomie fédérale dans la mesure déterminée par les statuts; si les statuts ne précisent pas la compétence de la commission d'arbitrage, elle tranche les différends entre le membre et l'association concernant le paiement des cotisations et révise la décision d'exclusion d'un membre de l'association.

                          § 266

                          (1) Sauf disposition contraire des statuts, la commission d'arbitrage est composée de trois membres qui sont élus et révoqués par l'assemblée des membres ou l'assemblée des membres de l'association.

                          (2) Un membre du comité d'arbitrage ne peut être qu'une personne majeure et pleinement autonome qui n'agit pas en tant que membre de l'organe statutaire ou du comité de contrôle de l'association. Si personne n'a proposé de déclarer invalide l'élection d'un membre du comité d'arbitrage pour manque d'intégrité, il s'applique, sous réserve d'un changement de circonstances, qu'une personne intègre a été élue.

                          (3) Un membre est exclu de l'activité de la commission d'arbitrage si les circonstances de l'affaire l'empêchent ou pourraient l'empêcher de rendre une décision impartiale.

                          § 267

                          La procédure devant la commission d'arbitrage est régie par une autre réglementation légale.

                          § 268Dissolution de l'association
                          (1) Le tribunal dissout l'association avec liquidation sur proposition d'une personne qui y a un intérêt légitime, voire sans proposition dans le cas où l'association, malgré sa notification par le tribunal,

                          a) exerce des activités interdites au § 145,

                          b) mène des activités en violation du § 217,

                          c) oblige des tiers à devenir membres de l'association, à participer à ses activités ou à la soutenir, ou

                          d) empêche les membres de quitter l'association.

                          (2) La disposition du § 172 n'est pas affectée.

                          Liquidation de l'association

                          § 269

                          (1) Lorsque l'association est dissoute avec liquidation, le liquidateur dresse un inventaire des biens et le tient à la disposition de tous les membres au siège de l'association.

                          (2) Le liquidateur délivre un inventaire des biens contre paiement des frais à tout associé qui en fait la demande.

                          § 270

                          (1) Si un liquidateur ne peut être appelé autrement, le tribunal nomme l'un des membres de l'organe statutaire comme liquidateur, même sans son consentement. Si cela n'est pas possible, le tribunal nomme un membre de l'association comme liquidateur même sans son consentement.

                          (2) Le liquidateur nommé en application du paragraphe 1 ne peut démissionner de ses fonctions, mais il peut proposer au tribunal de le relever de ses fonctions s'il prouve qu'il ne peut être équitablement requis d'exercer ses fonctions.

                          § 271

                          Le liquidateur ne monétisera l'actif de liquidation que dans la mesure nécessaire à l'exécution des dettes de l'association.

                          § 272

                          (1) Le liquidateur dispose du solde de liquidation conformément aux statuts. Si les statuts d'une association d'utilité publique prévoient que le solde de liquidation est destiné à d'autres fins que l'utilité publique, il n'en est pas tenu compte.

                          (2) Si le solde de liquidation ne peut être disposé conformément aux statuts, le liquidateur offrira le solde de liquidation à l'association ayant un objet similaire. Si cela n'est pas possible, le liquidateur offrira le solde de liquidation à la commune sur le territoire de laquelle l'association a son siège social. Si la commune n'accepte pas l'offre dans un délai de deux mois, le solde de liquidation est acquis à la région sur le territoire de laquelle l'association a son siège social. Si une commune ou une région reçoit le solde de liquidation, elle ne l'utilisera qu'à des fins d'utilité publique.

                          § 273

                          Si l'association a reçu du budget public des prestations liées à son objet, les dispositions du § 272 ne s'appliquent pas et le liquidateur dispose de la partie correspondante du solde de liquidation conformément à la décision de l'autorité compétente.

                          Fusion d'associations

                          § 274

                          Les associations participantes concluent un accord de fusion en tant qu'accord de fusion d'associations ou en tant qu'accord de fusion d'associations.

                          § 275

                          L'accord de fusion contient au moins des informations sur le nom, le siège et les informations d'identification de chacune des associations participantes, indiquant quelle association est l'association qui se termine et quelle est l'association qui succède, et la date décisive.

                          § 276

                          (1) L'accord sur la fusion des associations contient également un accord sur les statuts de l'association qui succède.

                          (2) Si les statuts de l'association succédante sont modifiés lors de la fusion, le contrat de fusion contient également un accord sur cette modification.

                          § 277

                          (1) En même temps que le projet d'accord de fusion, les membres des organes statutaires des associations participantes prépareront un rapport expliquant les raisons et les conséquences économiques et juridiques de la fusion. Le rapport peut également être préparé sous forme de rapport conjoint pour toutes les associations participantes.

                          (2) Il n'est pas nécessaire d'établir un rapport expliquant les motifs et les conséquences économiques et juridiques de la fusion si tous les membres de l'association participante sont membres de son organe statutaire ou de surveillance ou si tous les membres de l'association participante y consentent.

                          § 278
                          L'assemblée des associés, à laquelle le projet de traité de fusion sera soumis pour approbation, doit être convoquée par le convocateur trente jours au moins avant sa tenue. Ils doivent être mis à la disposition de tous les membres dans ce délai

                          a) projet de traité de fusion,

                          b) les statuts de l'association succédante,

                          c) état de l'actif et du passif de toutes les associations participantes datant de moins de six mois a

                          d) un rapport expliquant les raisons et conséquences économiques et juridiques de la fusion, si sa préparation est nécessaire.

                          § 279

                          (1) Les associations participantes publieront un avis commun au moins trente jours avant l'assemblée des membres, dans lequel elles indiqueront quelles associations sont concernées par la fusion et quelle association deviendra l'association succédante.

                          (2) Si l'association n'est pas bénéficiaire de l'exécution du budget public, si elle a un nombre négligeable de créanciers et si le montant total des dettes est négligeable, il suffit qu'elle délivre un avis aux créanciers connus.

                          § 280

                          Si le créancier de l'association participante présente une réclamation dans les six mois à compter de la date à laquelle l'enregistrement de la fusion est devenu effectif pour lui, il a droit à une garantie suffisante si l'admissibilité de la créance se détériore. Si le créancier prouve que, du fait de la fusion, la recouvrabilité de la créance se détériorera de manière significative, il a droit à une garantie suffisante avant même que la fusion ne soit inscrite au registre public.

                          § 281

                          (1) Le projet de convention de fusion est approuvé par les assemblées des membres des associations participantes. L'assemblée générale ne peut qu'approuver ou rejeter le projet de traité de fusion.

                          (2) Les assemblées des membres des associations participantes peuvent également être convoquées conjointement. Ensuite, les assemblées membres des associations participantes votent séparément sur le projet d'accord de fusion. Toutefois, si des membres des organes de l'association succédante sont élus après l'approbation du projet de traité de fusion, les assemblées des membres des associations participantes peuvent décider de voter ensemble sur ces membres.

                          § 282

                          La personne qui signe le projet d'accord de fusion au nom de l'association participante doit joindre à la signature, en plus d'autres exigences, la déclaration que le projet d'accord a été approuvé par l'assemblée des membres de l'association et quand cela s'est produit. L'accord de fusion est adopté par la décision de l'assemblée des membres de la dernière des associations participantes portant approbation du projet d'accord de fusion et sa signature au nom de cette association.

                          § 283

                          Une proposition d'invalidation de la convention de fusion ne peut être présentée qu'accompagnée d'une proposition d'invalidation de la résolution de l'assemblée des membres approuvant cette convention. Seule l'association participante ou une personne autorisée à présenter une requête en déclaration d'invalidité de l'assemblée des membres a le droit d'invoquer l'invalidité.

                          § 284

                          (1) La proposition d'inscription de la fusion au registre public est soumise conjointement par toutes les associations participantes. S'il s'agit d'une fusion par fusion, les membres de l'organe statutaire de l'association succédante signeront également la proposition.

                          (2) Sur la base de la proposition, l'autorité compétente enregistre la fusion en radiant les associations disparues du registre public le même jour, en indiquant qui est leur successeur légal et, en cas de fusion

                          a) avec la fusion, l'association remplaçante notera la date d'entrée en vigueur de la fusion ainsi que les noms, adresses et informations d'identification des associations qui ont fusionné avec l'association remplaçante, ainsi que tout autre changement apporté à l'association remplaçante, s'il est survenu à la suite de la fusionnement,

                          b) par fusion, enregistre l'association qui succède et note les noms, adresses et informations d'identification des associations qui sont ses prédécesseurs légaux.

                          § 285

                          Une fois la fusion enregistrée au registre public, le contrat de fusion ne peut être ni modifié ni annulé.

                          § 286

                          En enregistrant la fusion, les membres de l'association défunte deviennent membres de l'association successeur.

                          § 287

                          (1) Si les associations participantes ne soumettent pas de proposition d'enregistrement de la fusion dans les six mois à compter de la date de conclusion de l'accord de fusion, l'association participante qui était prête à soumettre la proposition peut se retirer de l'accord de fusion. Si même une partie se retire du contrat, l'obligation de toutes les parties établie par le contrat cesse.

                          (2) Si les associations participantes ne soumettent pas de proposition d'enregistrement de la fusion dans un délai d'un an à compter de la date à laquelle l'accord de fusion a été conclu, il est valable que toutes les associations participantes se soient retirées de l'accord.

                          (3) Conjointement et séparément avec l'association qui a fait que la proposition d'enregistrement de la fusion n'a pas été soumise dans les délais, les membres de son organe statutaire indemniseront les autres associations pour le préjudice en résultant, à l'exception de celles qui prouvent qu'elles ont fait des efforts suffisants pour soumettre la proposition dans les délais. .

                          Division de l'association

                          § 288

                          (1) En cas de scission par fusion, les associations participantes concluent un accord de scission.

                          (2) Le contrat de distribution contient au moins

                          a) des données sur le nom, le siège et les informations d'identification des associations participantes, indiquant quelle association est celle qui est en liquidation et quelle est l'association successeur,

                          b) déterminer quels actifs et dettes de l'association défunte sont repris par les associations successeurs,

                          c) déterminer quels employés de l'association qui se termine deviennent des employés d'associations remplaçantes individuelles,

                          d) Jour J.

                          (3) Si, à la suite de la scission par fusion, les statuts de l'une des associations qui succèdent sont modifiés, l'accord de scission contient également un accord sur cette modification.

                          (4) Sauf stipulation contraire dans l'entente de division, chaque membre de l'association sortante devient membre de toutes les associations remplaçantes à la date d'entrée en vigueur de la division.

                          § 289

                          (1) En cas de scission avec constitution de nouvelles associations, l'association scindée prépare un projet de scission.

                          (2) Le projet contient au moins

                          a) des données sur le nom, le siège et les informations d'identification des associations participantes, indiquant quelle association est celle qui est en liquidation et quelle est l'association successeur,

                          b) déterminer quels actifs et dettes de l'association défunte sont repris par les associations successeurs,

                          c) déterminer quels employés de l'association qui se termine deviennent des employés d'associations remplaçantes individuelles,

                          d) les projets de statuts des associations successeurs,

                          e) Jour J.

                          (3) À moins que le projet de scission n'en dispose autrement, chaque membre de l'association qui se termine devient membre de toutes les associations qui succèdent à la date effective de la scission.

                          § 290

                          (1) S'il ne ressort pas clairement de l'accord de scission ou du projet de scission quels biens sont transférés de l'association scindée aux associations successeurs, les associations successeurs sont copropriétaires de ces biens.

                          (2) S'il ne ressort pas du contrat de scission ou du projet de scission quelles sont les dettes transférées de l'association scindée aux associations successeurs, il s'applique que les associations successeurs sont solidairement responsables de ces dettes.

                          § 291

                          (1) En cas de scission par fusion, les dispositions relatives à la fusion s'appliquent mutatis mutandis.

                          (2) En cas de scission avec constitution de nouvelles associations, l'organe statutaire de l'association scindée établit, avec le projet de scission, un rapport expliquant les raisons économiques et juridiques et les conséquences de la scission. Le rapport n'a pas à être établi si tous les membres de l'association sont membres de son organe statutaire, ou si tous les membres de l'association y consentent.

                          § 292

                          (1) L'assemblée des membres, à laquelle le contrat de partage ou le projet de partage sera présenté pour approbation, doit être convoquée par celui qui la convoque au moins trente jours avant sa tenue.

                          (2) Dans le délai prévu au paragraphe 1, l'association met à la disposition de tous les membres à son siège social un rapport de l'organe statutaire expliquant les raisons économiques et juridiques et les conséquences de la scission, si sa préparation est nécessaire. Le rapport doit comprendre,

                          a) s'il s'agit d'une scission par fusion, une proposition d'accord de scission, les statuts de l'association succédante et un état de l'actif et du passif de toutes les associations participantes datant de moins de six mois, ou

                          b) s'il s'agit d'une scission avec constitution de nouvelles associations, le projet de scission, l'état de l'actif et du passif de l'association scindée, ainsi que les bilans d'ouverture et les projets de statuts des associations succédantes.

                          § 293

                          (1) Trente jours au moins avant l'assemblée des membres, l'association scindée publie un avis dans lequel elle indique quelle association est visée par la scission et quelles associations deviendront ses associations successeurs. Dans la notification, l'association scindée informe également les créanciers de leur droit en vertu de l'article 301.

                          (2) Si l'association n'est pas bénéficiaire des prestations du budget public, si elle a un nombre négligeable de créanciers et si le montant total de la dette est négligeable, il suffit qu'elle délivre un avis aux créanciers connus.

                          § 294

                          (1) L'entente de division est approuvée par les assemblées des membres des associations participantes. Les dispositions du § 282 s'appliquent mutatis mutandis.

                          (2) Le projet de division est approuvé par l'assemblée des membres de l'association scindée.

                          (3) L'assemblée des membres ne peut qu'approuver ou rejeter l'accord de partage ou le projet de partage.

                          § 295

                          (1) L'association scindée soumet une proposition d'inscription de la scission au registre public. S'il s'agit d'une scission par fusion, les associations scindées et successeurs soumettent une proposition conjointe.

                          (2) Sur la base de la proposition, l'autorité compétente enregistre la scission en radiant l'association défunte du registre public le même jour, en indiquant qui est son successeur légal, et en cas de scission

                          a) par fusion, l'association remplaçante notera la date effective de la scission par fusion ainsi que la dénomination, l'adresse du siège social et les informations d'identification de l'association qui a fusionné avec l'association remplaçante et tout autre changement dans l'association remplaçante, s'il en est résulté de la division,

                          b) lors de la constitution de nouvelles associations, il enregistre les associations qui succèdent et note la dénomination, l'adresse du siège social et les données d'identification de l'association, qui est son prédécesseur légal.

                          § 296

                          Après l'inscription du partage au registre public, ni l'accord de partage ni le projet de partage ne peuvent être modifiés ou annulés.

                          § 297

                          (1) Si, lors de la scission par fusion, les associations participantes ne soumettent pas de proposition d'enregistrement de la scission dans un délai de six mois à compter de la date à laquelle l'accord de scission a été conclu, l'association participante qui était prête à soumettre la proposition peut se retirer de l'accord de scission . Si même une partie se retire du contrat, les obligations de toutes les parties établies par le contrat cessent.

                          (2) Si, lors de la scission par fusion, les associations participantes ne soumettent pas de proposition d'enregistrement de la scission dans un délai d'un an à compter de la date à laquelle l'accord de scission a été conclu, il est valable que toutes les associations participantes se soient retirées de l'accord.

                          (3) Conjointement et séparément avec l'association qui a fait en sorte que la proposition d'enregistrement de la division ne soit pas soumise dans les délais, les membres de son organe statutaire doivent indemniser les autres associations pour le préjudice en résultant, à l'exception de celles qui prouvent qu'elles ont fait des efforts suffisants pour soumettre la proposition. à temps.

                          § 298

                          Si l'association scindée n'a pas présenté de proposition d'enregistrement de la scission dans un délai d'un an à compter de la date à laquelle la décision de scission a été adoptée lors de la scission avec constitution de nouvelles associations, la décision de scission est annulée par l'expiration inutile du délai .

                          § 299

                          (1) Chacune des associations successeurs est solidairement responsable avec les autres associations successeurs des dettes transférées de l'association scindée à l'association successeur suivante.

                          (2) Si l'association scindée fait évaluer ses actifs par un expert désigné par le tribunal conformément à une autre loi, y compris une évaluation séparée des actifs transférés aux différentes associations successeurs, et remplit l'obligation de publication en vertu de l'article 269, chaque association successeur n'est responsable des dettes visées à l'alinéa 1 qu'à concurrence de la valeur nette acquise par la division.

                          (3) Les créanciers qui ont reçu une sûreté en vertu de l'article 1 ne peuvent pas exercer le droit de garantie en vertu des alinéas 2 et 300.

                          § 300

                          Si un créancier d'une association participante présente une créance dans les six mois suivant la date à laquelle l'enregistrement de la division est devenu effectif à son encontre, il a droit à une garantie suffisante s'il peut prouver que le recouvrement de la créance se détériorera. Si le créancier prouve qu'à la suite du partage, la recouvrabilité de la créance se détériore de manière significative, il a droit à une garantie suffisante avant même que le partage ne soit inscrit au registre public.

                          § 301

                          (1) Toute personne dont les intérêts juridiques sont affectés par la division a le droit d'être informée par l'une des associations participantes dans un délai d'un mois à compter de la remise de la demande, quels actifs sont transférés aux différentes associations successeurs à la suite de la division.

                          (2) Si le débiteur de l'association défunte ne reçoit pas notification de son créancier après la scission de l'association, il peut payer n'importe laquelle des associations successeurs. Si les créanciers de l'association défunte ne reçoivent pas notification de leur débiteur après la scission de l'association, ils peuvent exiger le paiement de l'une des associations successeurs.

                          § 302

                          Si les statuts prévoient que la fusion ou la scission de l'association est décidée par un organe autre que l'assemblée des associés, les dispositions relatives à l'assemblée des associés issues des dispositions relatives à la fusion ou à la scission de l'association s'appliquent proportionnellement au décisions de cet organe.

                          Section 3Fondation

                          Sous-section 1Généralement sur les fondations

                          § 303

                          Une fondation est une entité juridique créée par des actifs affectés à un but précis. Son activité est liée à l'objet pour lequel elle a été créée.

                          § 304

                          La fondation est établie par une procédure judiciaire fondatrice ou par une loi, dans laquelle sa sécurité patrimoniale et son objet doivent également être déterminés.

                          § 305

                          Les conditions internes de la fondation sont régies par ses statuts.

                          Sous-section 2Fondation

                          § 306

                          (1) Le fondateur établit une fondation pour servir en permanence un but socialement ou économiquement utile. Le but de la fondation peut être d'utilité publique, s'il consiste à soutenir le bien-être général, ou caritatif, s'il consiste à soutenir un certain cercle de personnes déterminé individuellement ou autrement.

                          (2) Il est interdit de créer une fondation dans le but de soutenir des partis et mouvements politiques ou de participer d'une autre manière à leurs activités. Il est interdit de créer une fondation à des fins exclusivement lucratives. Si la fondation remplit un but interdit, le tribunal l'annulera même sans requête et ordonnera sa liquidation.

                          § 307

                          (1) Une fondation peut gérer une entreprise si l'entreprise n'est qu'une activité secondaire et que le produit de l'entreprise ne sert qu'à soutenir son objectif ; cependant, la fondation ne peut pas faire des affaires si le fondateur l'a exclue dans la charte de la fondation. Dans les mêmes conditions, la fondation peut reprendre la gestion d'une société commerciale.

                          (2) La fondation ne peut être associée indéfiniment responsable d'une société commerciale.

                          § 308

                          (1) Le nom de la fondation contient le mot "fondation".

                          (2) Une désignation indiquant son objectif fait régulièrement partie du nom de la fondation.

                          Création d'une fondation

                          § 309

                          (1) Une fondation est constituée par un acte de fondation, qui peut être un acte de fondation ou une acquisition en cas de décès.

                          (2) La charte de la fondation est rédigée par une ou plusieurs personnes.

                          (3) Si plus d'une personne est du côté du fondateur de la fondation, elles sont considérées comme le seul fondateur et doivent agir à l'unanimité dans les affaires de la fondation ; si l'une de ces personnes refuse de donner son consentement sans motif sérieux, le tribunal y substitue par sa décision à la demande de l'une quelconque des autres personnes fondatrices.

                          (4) L'acte de fondation requiert la forme d'un acte public.

                          § 310
                          La charte de fondation de la fondation contient au moins

                          a) nom et siège de la fondation,

                          b) le nom du fondateur et son lieu de résidence ou de siège social,

                          c) définir le but pour lequel la fondation est créée,

                          d) des informations sur le montant de l'acompte de chaque fondateur,

                          e) des informations sur le montant du capital de la fondation,

                          f) le nombre de membres du conseil d'administration ainsi que les noms et domiciles de ses premiers membres et des informations sur la manière dont les membres du conseil d'administration agissent au nom de la fondation,

                          g) le nombre de membres du conseil de surveillance ainsi que les noms et domiciles de ses premiers membres, ou, si le conseil de surveillance n'est pas institué, le nom et domicile du premier commissaire aux comptes,

                          h) désignation d'un gestionnaire de dépôt a

                          i) les conditions d'octroi des contributions de la fondation, ou l'éventail des personnes auxquelles elles peuvent être fournies, ou l'éventail des activités que la fondation peut exercer en raison de son objet, ou la détermination que ces exigences sont stipulées par les statuts de la fondation.

                          § 311

                          (1) Lorsqu'une fondation est constituée par acquisition en cas de décès, un apport est fait à la fondation en nommant la fondation comme héritier ou en ordonnant un legs. Dans ce cas, la constitution de la fondation prend effet au décès du testateur.

                          (2) Si l'acte de dotation est compris dans l'acquisition en cas de décès, il contient au moins

                          a) nom de la fondation,

                          b) définir le but pour lequel la fondation est créée,

                          c) des informations sur le montant de la caution,

                          d) des informations sur le montant du capital de la fondation a

                          e) les conditions de fourniture des contributions de la fondation, ou l'éventail des personnes auxquelles elles peuvent être fournies, ou la détermination que ces exigences sont déterminées par les statuts de la fondation.

                          § 312

                          (1) Si l'acquisition par décès ne contient pas d'autres conditions prévues au § 310, la personne désignée dans l'acquisition, sinon l'exécuteur testamentaire, en décidera ; il en est de même si le testateur a nommé les membres du conseil d'administration ou de surveillance et que l'un d'eux décède, est inéligible ou refuse d'occuper le poste.

                          (2) La décision visée au paragraphe 1 requiert la forme d'un acte public.

                          § 313

                          (1) Si l'acte de fondation ne précise pas l'objet du dépôt, l'obligation de dépôt est remplie en argent.

                          (2) Si l'acte de fondation a déterminé que l'obligation de dépôt sera remplie par l'apport d'un objet non monétaire, et si cela n'est pas possible ou si la valeur du dépôt n'atteint pas ce qui est indiqué ci-dessus dans l'acte de fondation, le déposant est considéré pour combler la différence en argent.

                          § 314Statut de la fondation
                          (1) Les statuts de la fondation seront modifiés au moins

                          a) conduite des organes de la fondation et

                          b) les conditions d'apport des fondations, éventuellement aussi l'éventail des personnes auxquelles ils peuvent être versés.

                          (2) Si le fondateur n'émet pas les statuts de la fondation accompagnés de la charte de la fondation, ceux-ci seront émis par le conseil d'administration dans un délai d'un mois à compter du jour de la constitution de la fondation, après approbation préalable du conseil de surveillance. Si la charte de fondation ne l'exclut pas, le conseil d'administration décide des modifications des statuts après approbation préalable du conseil de surveillance.

                          (3) La fondation publie le statut en le déposant dans le recueil des documents. Toute personne peut consulter la loi dans le registre public et en obtenir des extraits, des descriptions ou des copies. Le même droit peut également être exercé au siège de la fondation.

                          § 315Création de la fondation

                          (1) La fondation est créée le jour de l'inscription au registre public.

                          (2) La proposition d'inscription de la fondation au registre public est soumise par le fondateur ; si cela n'est pas possible et si le fondateur n'a pas spécifié le contraire, le conseil d'administration soumet une proposition d'enregistrement au nom de la fondation.

                          § 316Changement de siège de fondation

                          Si les statuts de la fondation ne l'excluent pas, le conseil d'administration peut changer le siège social de la fondation après avis préalable du conseil de surveillance. La décision de déplacer le siège de la fondation à l'étranger nécessite l'approbation du tribunal; le tribunal n'approuvera pas le transfert du siège social s'il n'y a pas de motif sérieux à cela ou si le changement de siège social menacerait les intérêts légitimes des personnes auxquelles les contributions de la fondation doivent être versées.

                          Modification de la charte de fondation

                          § 317

                          Après la constitution de la fondation, la charte de fondation peut être modifiée dans la mesure et de la manière que le fondateur s'est expressément réservé ou à l'un des organes de la fondation dans la charte de fondation.

                          § 318

                          (1) Si, après la création de la fondation, les circonstances changent à tel point que, dans l'intérêt de la fondation, il existe un besoin raisonnable de modifier ses conditions internes, le fondateur peut modifier les statuts de la fondation, même s'il ne s'y est pas réservé un droit dans la charte de fondation; pour que la modification soit valable, il faut que le conseil d'administration y consente et que la modification n'affecte pas les droits des tiers.

                          (2) La fondation publiera le changement dans la charte de la fondation ; la modification prend effet trois mois après la date de publication. Si, dans ce délai, la personne qui prétend que ses droits ont été affectés par la modification de l'acte de fondation propose au tribunal de statuer sur la nullité de l'amendement, le tribunal peut décider que l'efficacité de l'amendement à l'acte de fondation est ajournée jusqu'à sa décision.

                          (3) Les dispositions des alinéas 1 et 2 ne s'appliquent pas si la modification de l'acte de fondation devait porter sur sa part, que le fondateur a déterminée dans l'acte de fondation comme inaltérable.

                          § 319

                          (1) Si le fondateur n'est plus là et si les circonstances changent à un point tel qu'elles créent un besoin raisonnable de modifier ses conditions internes dans l'intérêt de la fondation, le tribunal peut décider de la modification des statuts de la fondation sur proposition de la fondation ; le conseil d'administration doit donner son accord à la soumission de la proposition.

                          (2) Le tribunal fera droit à la requête si la proposition de modification de la charte de fondation n'affecte pas les droits des tiers ; en même temps, l'intention du fondateur ressortant de l'acte de fondation doit être étudiée autant que possible et les conditions que le fondateur peut avoir spécifiées pour un tel cas dans l'acte de fondation doivent être remplies.

                          (3) Lorsqu'il se prononce sur la modification des statuts de fondation, le tribunal prend en compte l'avis du conseil de surveillance et prend en compte les intérêts des tiers dignes de protection légale.

                          § 320

                          Si le fondateur a explicitement déclaré dans l'acte de fondation qu'il est immuable ou qu'une certaine partie de celui-ci ne peut pas être modifiée, il ne peut pas être modifié même par une décision de justice.

                          Dispositions particulières en cas de modification de l'objet de la fondation

                          § 321

                          (1) Si la charte de la fondation ne prévoit pas le droit de modifier l'objet de la fondation par le fondateur ou tout organe de la fondation, cet objet peut être modifié par un tribunal sur proposition de la fondation approuvée par le conseil d'administration et de surveillance. Cependant, si le fondateur ou la personne spécifiée dans le document de fondation n'est pas d'accord avec un tel changement, le tribunal rejettera la proposition.

                          (2) La fondation publiera un avis de la modification proposée sans retard injustifié après la soumission de la proposition. Toute personne qui y a un intérêt légitime peut s'opposer à la proposition en justice dans un délai d'un mois à compter du jour de la publication de l'avis.

                          § 322

                          Si la réalisation de l'objet de la fondation est impossible ou difficile à réaliser pour des raisons inconnues du fondateur ou imprévisibles pour lui, le tribunal, sur proposition du fondateur ou d'une personne qui y a un intérêt légitime, remplace le objet actuel de la fondation avec un objet similaire, à moins que le document de fondation n'en dispose autrement.

                          § 323

                          Si le fondateur n'est plus là et s'il n'existe aucune personne à qui le fondateur aurait pu justifier le droit d'accepter le changement de l'objet de la fondation ou de refuser un tel consentement, le tribunal tiendra compte des intentions et volontés connues de le fondateur au moment de décider du changement de l'objet de la fondation, même s'ils ne sont apparemment pas issus du document de fondation.

                          § 324

                          Seul un tribunal peut décider de changer l'objet d'une fondation d'utilité publique à un objet caritatif, s'il existe une raison particulièrement grave à cela et que la charte de la fondation ne l'exclut pas.

                          § 325

                          Lorsque l'objet de la fondation est modifié, les dons faits en faveur de l'objet initial et les revenus qui en découlent doivent être utilisés pour assurer les apports de la fondation conformément à l'objet initial, à moins que le donateur ne manifeste une volonté différente.

                          § 326

                          Si l'objet de la fondation est modifié, le tribunal peut simultanément décider, même sans proposition, dans quelle mesure et pendant combien de temps la fondation utilisera les revenus du capital de la fondation pour fournir des contributions à la fondation conformément à l'objet initial. Cette portée et cette durée sont fixées chaque fois que le juste intérêt des personnes désignées comme bénéficiaires des apports de la fondation l'exige en raison de l'objet initial de la fondation. Si le tribunal change le but de la fondation d'utilité publique en but caritatif et s'il ne décide pas de cette portée et de cette période, la fondation utilisera le produit des quatre cinquièmes pour fournir des contributions de la fondation conformément au but initial pendant une période de cinq ans à compter de la date d'entrée en vigueur de la modification.

                          Contributions à la fondation

                          § 327

                          (1) Le montant d'un dépôt à objet non monétaire ne peut être déterminé par un montant supérieur à la valeur de l'objet du dépôt déterminée par avis d'expert.

                          (2) Si l'objet du dépôt à la fondation est non monétaire, il doit répondre à l'hypothèse d'un revenu permanent et ne doit pas servir de garantie.

                          § 328

                          (1) Si l'objet du dépôt est une valeur mobilière ou un instrument du marché monétaire au sens de la loi régissant les opérations sur le marché des capitaux, sa valeur peut également être déterminée par la moyenne pondérée des cours auxquels des transactions ont été effectuées avec cette valeur mobilière ou cet instrument. sur le marché réglementé au cours des six mois précédant le dépôt de remboursement.

                          (2) Le paragraphe 1 ne s'applique pas si la valeur de l'objet du dépôt, déterminée conformément au paragraphe 1, est affectée par des circonstances exceptionnelles qui la modifieraient de manière significative à la date d'exécution de l'obligation de dépôt.

                          § 329
                          (1) Si l'objet du dépôt est autre qu'une valeur mobilière ou un instrument du marché monétaire au sens de la loi régissant les opérations sur le marché des capitaux, la valeur peut également être déterminée

                          a) la valeur de marché de l'élément déterminée par un expert indépendant généralement reconnu en utilisant des procédures et des principes d'évaluation généralement reconnus au plus tôt six mois avant que l'obligation de dépôt ne soit remplie, ou

                          b) évaluation plus élevée de l'élément dans les états financiers pour la période comptable précédant immédiatement la formation de l'obligation de dépôt, si cet élément est évalué à la juste valeur conformément à une autre réglementation légale et si l'auditeur a vérifié les états financiers avec une opinion sans réserve.

                          (2) Le paragraphe 1 ne s'applique pas si de nouvelles circonstances sont apparues susceptibles de modifier sensiblement la valeur du dépôt à la date d'exécution de l'obligation de dépôt.

                          § 330

                          (1) Avant la création de la fondation, l'obligation de dépôt est remplie au moins pour que le montant total des dépôts corresponde à au moins 500 000 CZK.

                          (2) Les dépôts à la fondation seront reçus par la personne désignée par l'acte de fondation comme gestionnaire des dépôts avant sa création. En cas de cessation de ses fonctions, le fondateur, selon le cas, l'exécuteur testamentaire ou une autre personne habilitée, désigne sans délai un nouveau gérant de dépôt ; si cela n'est pas possible, un nouveau gérant de dépôt sera nommé par le conseil d'administration de la fondation. Les dispositions relatives aux droits et obligations des membres des organes des personnes morales s'appliquent de la même manière aux droits et obligations de l'administrateur.

                          § 331

                          (1) L'obligation de dépôt est remplie par la remise de l'objet du dépôt au gestionnaire du dépôt. La fondation acquiert le droit de propriété sur l'objet du dépôt au jour de sa création, cependant, si la loi lie l'acquisition du droit de propriété à l'inscription au registre public, la fondation n'acquiert la propriété de l'objet du dépôt qu'avec cette inscription.

                          (2) Si l'objet du dépôt est monétaire, l'administrateur des dépôts le dépose sur un compte spécial auprès d'une banque ou d'une coopérative d'épargne et de crédit qu'il constitue pour la fondation et en son nom. La personne qui gère le compte n'autorisera pas les versements et les paiements à partir du solde du compte jusqu'à ce que la fondation soit établie, à moins qu'il ne soit prouvé que la fondation n'a pas été valablement établie ; si la fondation a été constituée par acquisition en cas de décès, un tribunal est tenu de statuer sur la nullité de la fondation.

                          (3) Si l'objet du dépôt est une pièce inscrite au registre public, le déposant remet au gestionnaire du dépôt une déclaration de dépôt ; après la constitution de la fondation, son droit de propriété sera inscrit au registre public sur la base de cette déclaration. La signature du déposant doit être officiellement vérifiée sur le relevé.

                          § 332

                          Le gestionnaire des dépôts confirmera par écrit à la personne proposant d'inscrire la fondation au registre public, qui a rempli l'obligation de dépôt, quand cela s'est produit, quel est l'objet du dépôt et quel est le montant total des dépôts. Si le gérant des dépôts confirme un périmètre d'exécution supérieur à celui qui correspond à la réalité, il garantit jusqu'à concurrence du montant de la différence aux créanciers pour les dettes de la fondation pendant une période de cinq ans à compter de la constitution de la fondation.

                          § 333

                          (1) Le gestionnaire du dépôt remet l'objet du dépôt à la fondation sans retard excessif après sa constitution.

                          (2) Si la fondation n'est pas constituée, le gestionnaire du dépôt restitue l'objet du dépôt à la personne qui l'a remboursé ou apporté. Les actions en justice prises par l'administrateur lors de l'administration de l'objet lient également cette personne.

                          § 334

                          (1) Après la création de la fondation, le capital de la fondation peut être multiplié par des dons de fondation ou par une décision d'augmenter le capital de la fondation.

                          (2) Si l'objet non monétaire de la donation remplit l'hypothèse d'un revenu permanent et ne sert pas de garantie, on considère que la donation augmente le capital de la fondation.

                          Biens de la fondation et capital de la fondation

                          § 335

                          La fortune de la fondation se compose du capital de la fondation et d'autres actifs.

                          § 336

                          (1) Le principal de la fondation est constitué d'un ensemble d'objets de contributions à la fondation, ou encore de dons de fondation.

                          (2) Le principal de la fondation doit avoir une valeur totale correspondant à au moins 500 000 CZK.

                          § 337

                          L'expression monétaire du capital de fondation est le capital de fondation. Le montant du capital de la fondation est inscrit au registre public.

                          § 338

                          (1) La fondation utilise ses actifs conformément à l'objet énoncé dans l'acte de fondation et les statuts et dans les conditions qui y sont déterminées pour fournir des apports de fondation, assurer ses propres activités pour remplir son objectif et couvrir les coûts de l'appréciation du capital de la fondation et les frais de sa propre administration.

                          (2) Une action en justice par laquelle la fondation assume une responsabilité illimitée pour une autre personne n'est pas prise en compte.

                          § 339

                          (1) Ce qui constitue le principal de la fondation ne peut être hypothéqué ou autrement utilisé pour garantir une dette. Ceci ne s'applique pas si la fondation exploite une usine commerciale, dans la mesure nécessaire à son bon fonctionnement.

                          (2) Quelque chose du mandant de la fondation ne peut être aliéné que s'il ne contredit pas la volonté de la personne qui a fait le don à la fondation ou rempli l'obligation de dépôt. Sinon, quelque chose du capital de la fondation ne peut être aliéné que si cela se produit pour une contrepartie incluse dans le capital de la fondation ou dans le cas où le besoin d'aliénation a été causé par un tel changement de circonstances qui ne pouvait pas être prévu et ne peut autrement être traité même avec les soins d'un bon maître de maison.

                          § 340

                          La fondation gère le capital de la fondation avec le soin que la présente loi prévoit pour la gestion des biens d'autrui. Si le consentement du bénéficiaire est requis pour un certain acte juridique conformément aux dispositions sur la simple administration du bien d'autrui, le consentement préalable de la personne désignée dans l'acte de fondation est requis pour cet acte juridique ; si cette personne n'est pas désignée, l'accord préalable du conseil de surveillance est requis.

                          § 341

                          (1) Si le capital de la fondation ou le chiffre d'affaires de la fondation au cours de l'exercice comptable écoulé atteint un montant au moins dix fois supérieur à celui prévu à l'article 330, alinéa 1er, les comptes annuels réguliers, les comptes annuels extraordinaires et les comptes consolidés sont soumis à la vérification par un auditeur.

                          (2) Les états financiers sont soumis à vérification par le commissaire aux comptes même si, sur la base de ceux-ci, il est décidé d'augmenter ou de diminuer le capital de la fondation, ou de transformer la fondation.

                          Augmentation du capital de dotation

                          § 342
                          (1) Après l'approbation des états financiers, le conseil d'administration peut, dans un délai d'un an à compter de la date à laquelle les données à partir desquelles les états financiers ont été établis, ont été constatées, décider de la multiplication du capital de la fondation et de l'augmentation du capital de la fondation ,

                          a) si l'augmentation du capital de la fondation n'est pas supérieure à la différence entre le montant des ressources propres de la fondation inscrites au passif du bilan et le capital de la fondation, et

                          b) si des ressources propres ne sont pas utilisées pour augmenter le capital de la fondation, qui sont liés à un but et dont la fondation n'est pas autorisée à modifier le but.

                          (2) La décision de multiplier le capital de la fondation et d'augmenter le capital de la fondation contient le montant dont le capital de la fondation est augmenté et la désignation de la source à partir de laquelle le capital de la fondation est augmenté, selon la structure des propres sources de financement des actifs de la fondation dans les états financiers.

                          (3) Si la fondation découvre une réduction de ses ressources propres à partir d'un état financier ultérieur, la décision d'augmenter le capital de la fondation est basée sur cet état financier.

                          § 343

                          (1) Si la fondation augmente le capital de la fondation du montant de la donation, dont l'objet est un élément éligible à une contribution à la fondation, l'ampleur de l'augmentation du capital de la fondation ne doit pas être supérieure à sa valeur constatée.

                          (2) La décision d'augmenter le capital de dotation contient le montant dont le capital de dotation est augmenté et une description de l'élément par lequel le capital de dotation est augmenté, ainsi que des informations sur la valeur de l'élément et la manière dont cette valeur a été déterminée.

                          Réduction du capital de dotation

                          § 344

                          (1) Si la charte de la fondation ne l'interdit pas, la fondation peut réduire le capital de la fondation en réduisant le capital de la fondation si cela est nécessaire dans l'intérêt d'une réalisation plus économique de son objectif. Le capital de dotation peut être réduit d'un cinquième maximum du montant du capital de dotation en cinq ans. En réduisant le capital de la fondation, il n'est pas possible de couvrir directement ou indirectement les frais d'administration de la fondation.

                          (2) La décision de réduire le capital de dotation contient le montant dont le capital de dotation est réduit et la raison de la réduction.

                          § 345

                          Il est interdit de réduire le capital de la fondation à un montant inférieur à 500 000 CZK.

                          § 346

                          Si la fondation perd une partie du capital de la fondation ou si sa valeur baisse de manière significative, la fondation doit reconstituer le capital de la fondation sans retard inutile ; si cela n'est pas possible, elle réduira le capital de la fondation dans la mesure correspondant à la perte.

                          Dispositions communes

                          § 347

                          Le conseil d'administration décide d'augmenter ou de diminuer le capital de la fondation après approbation préalable du conseil de surveillance.

                          § 348

                          L'augmentation ou la diminution du capital de la fondation prend effet le jour de l'inscription au registre public.

                          Fonds associé

                          § 349

                          (1) Par contrat, la fondation peut se voir confier la gestion en tant que fonds associé de biens éligibles à faire l'objet d'un dépôt à la fondation et confier à la fondation l'usage de ces biens dans le but convenu, s'il est lié à la mission de la Fondation; l'utilisation ne doit pas consister à soutenir un parti politique ou un mouvement politique.

                          (2) Le contrat nécessite une forme écrite.

                          § 350

                          S'il est convenu que la fondation gèrera un fonds associé sous une désignation spéciale, la désignation doit contenir les mots "fonds associé". La dénomination doit être indiquée en même temps que le nom de la fondation qui gère le fonds associé.

                          § 351

                          Il est considéré que la fondation effectue la gestion simple des biens du fonds associé et qu'elle l'effectue moyennant une rémunération d'un montant généralement requis dans des cas similaires.

                          § 352

                          (1) La gestion du fonds associé n'engendre de droits et d'obligations qu'auprès de la fondation gestionnaire. Les actifs du fonds associé sont enregistrés par la fondation séparément de ses propres actifs.

                          (2) En cas de dissolution de la fondation, le liquidateur traitera le fonds associé de manière à ce que sa nature juridique et son objet soient préservés.

                          Cotisation de la Fondation

                          § 353

                          (1) La fondation ne peut fournir une contribution de fondation à une personne qui est membre de son organe ou qui est un employé de la fondation, ou à une personne qui lui est proche.

                          (2) Si les raisons ne méritent pas une attention particulière, causées par un changement de situation de la part du fondateur, la fondation ne peut verser une contribution de fondation à son fondateur ; s'il existe de telles raisons, le conseil d'administration décidera après discussion avec le conseil de surveillance ou le commissaire. Cela s'applique également à la fourniture d'une contribution de fondation à une personne proche du fondateur, sauf si la fondation a été créée pour soutenir des personnes proches du fondateur.

                          § 354

                          Ceux qui ont reçu une contribution de la fondation ne peuvent l'utiliser que conformément aux conditions convenues ; il montrera la fondation comment il l'a utilisé sur demande. Quiconque a utilisé la contribution de la fondation en violation des conditions convenues doit la restituer à la fondation en tant qu'enrichissement injustifié.

                          § 355

                          (1) La fondation ne peut verser des apports de fondation si le montant des ressources propres de financement de la fondation inscrit au passif du bilan est inférieur au montant du capital de la fondation ajusté conformément au paragraphe 2, ou s'il serait inférieur au montant ajusté du capital de la fondation suite à la mise à disposition des apports de la fondation.

                          (2) Ils s'ajoutent au montant du capital de la fondation aux fins précisées au paragraphe 1

                          a) une augmentation du capital de dotation à la suite de l'adoption du capital de dotation ou d'une décision, même si elle n'a pas encore été inscrite au registre public, et

                          b) des ressources propres qui ont un objet et dont la fondation n'est pas autorisée à modifier l'objet.

                          (3) Les dispositions des alinéas 1 et 2 ne s'appliquent pas en cas d'apports provenant de dons destinés à cet effet par le donateur.

                          § 356

                          Une personne qui a accepté de bonne foi une contribution de fondation fournie en violation du § 355 n'est pas tenue de la restituer.

                          § 357Coûts administratifs

                          La fondation comptabilise séparément les contributions de la fondation, les autres activités nécessaires à la réalisation de l'objectif de la fondation et les coûts de son administration.

                          Rapport annuel

                          § 358

                          (1) La fondation établira le rapport annuel à la fin du sixième mois à compter de la fin de l'exercice comptable précédent.

                          (2) Le rapport annuel contient des états financiers et un aperçu de toutes les activités de la fondation, y compris une évaluation de cette activité.

                          (3) Dans le rapport annuel, la fondation indique au moins

                          a) aperçu de ses propres actifs et passifs,

                          b) pour les dons de fondation individuels, un aperçu des personnes qui ont fait un don de fondation d'une valeur supérieure à 10 000 CZK,

                          c) un aperçu de l'utilisation des actifs de la fondation,

                          d) un aperçu des personnes qui ont reçu une contribution de fondation d'une valeur supérieure à 10 000 CZK,

                          e) une évaluation indiquant si la fondation a respecté dans sa gestion les règles relatives à l'octroi de contributions de fondation conformément aux articles 353 à 356, ainsi qu'un aperçu des coûts de sa propre administration et

                          f) évaluation des données de base des comptes annuels et du rapport du commissaire aux comptes, si la fondation est tenue de faire certifier les comptes annuels par un commissaire aux comptes.

                          (4) Si, après la publication du rapport, un fait vient à la lumière qui justifie la correction du rapport, la fondation effectuera et publiera la correction sans retard injustifié.

                          § 359

                          (1) Si le donateur le demande, la fondation n'inclura pas les informations du donateur dans le rapport annuel. Le bénéficiaire d'une contribution de fondation a le même droit. Lors d'une contribution de fondation d'une valeur supérieure à 10 000 CZK, seule une personne qui a reçu la contribution de fondation pour des raisons humanitaires, en particulier pour des raisons de santé, peut demander à rester anonyme.

                          (2) La fondation gardera l'anonymat si les personnes autorisées lui en font la demande avant l'approbation du rapport annuel. Toutefois, une personne qui a reçu une contribution de la fondation pour des raisons humanitaires peut exercer son droit à l'anonymat à tout moment, si la fondation ne l'a pas informé de son droit au moment de la contribution ; l'instruction est réputée ne pas avoir été donnée.

                          § 360

                          (1) La fondation publiera le rapport annuel dans les trente jours suivant son approbation par le conseil d'administration et le mettra également à disposition à son siège. Si la fondation n'est pas constituée en fondation sans but lucratif, il suffit de mettre le rapport annuel à disposition à son siège social.

                          (2) Si le conseil d'administration n'a pas approuvé le rapport annuel, la fondation publie le rapport annuel de la manière indiquée au paragraphe 1 au plus tard à la fin de l'exercice comptable suivant immédiatement et indique que le rapport annuel n'a pas été approuvé et pour quelles raisons .

                          § 361

                          Toute personne peut consulter le rapport annuel dans le registre public et en faire des extraits, des descriptions ou des copies. Le même droit peut également être exercé au siège de la fondation.

                          Conseil d'administration

                          § 362

                          Le conseil d'administration est l'organe statutaire de la fondation; compte au moins trois membres.

                          § 363
                          Si la charte de fondation ne spécifie pas d'autres restrictions, une personne qui

                          a) est membre du conseil de surveillance de la fondation,

                          b) est employé par la fondation, ou

                          c) n'est pas en règle par rapport à l'objet de la fondation.

                          § 364

                          Si la charte de fondation ne précise pas un autre mandat pour un membre du conseil d'administration, celui-ci est de cinq ans. Si la charte de fondation ne l'exclut pas, un membre du conseil d'administration peut être réélu à plusieurs reprises.

                          § 365

                          (1) Si les statuts de la fondation n'en disposent pas autrement, le conseil d'administration élit et révoque lui-même ses membres.

                          (2) La charte de fondation peut stipuler qu'un certain nombre de membres du conseil d'administration doivent être élus parmi les candidats proposés au conseil d'administration par des personnes désignées par la charte de fondation, ou par des personnes désignées de la manière qui y est précisée.

                          § 366

                          Si la charte de la fondation ne prévoit pas d'autres raisons, le conseil d'administration doit révoquer de ses fonctions un membre qui a violé gravement ou à plusieurs reprises la charte ou les statuts de la fondation, ou qui a violé la loi d'une manière qui porte manifestement atteinte à la réputation de la fondation. S'il ne le fait pas dans un délai d'un mois à compter du jour où il a pris connaissance du motif de la révocation, mais au plus tard dans les six mois à compter de la date à laquelle ce motif est survenu, le tribunal révoque le membre du conseil d'administration de sa fonction sur proposition d'une personne justifiant d'un intérêt légal ; le droit de demander la révocation d'un membre du conseil d'administration expire s'il n'a pas été exercé dans un délai d'un an à compter du jour où le motif de la révocation est survenu.

                          § 367

                          (1) Si la qualité de membre du conseil d'administration cesse d'exister, le conseil d'administration élit un nouveau membre dans un délai de trois mois. A défaut, le tribunal nomme un nouveau membre du conseil d'administration sur proposition du conseil de surveillance ou sur proposition d'une personne justifiant d'un intérêt légitime, pour la durée jusqu'à l'élection d'un nouveau membre par le conseil d'administration. .

                          (2) Le tribunal nomme un nouveau membre du conseil d'administration même sans proposition, si le conseil d'administration n'est pas en mesure de se prononcer sur une nouvelle élection en raison d'une diminution du nombre de ses membres.

                          Conseil de surveillance

                          § 368

                          (1) Le conseil de surveillance est l'organe de contrôle et de révision de la fondation ; compte au moins trois membres.

                          (2) Un conseil de surveillance doit être institué si le capital de la fondation atteint un montant au moins dix fois supérieur à celui prévu à l'article 330, alinéa 1er.

                          § 369
                          Si la charte de fondation ne spécifie pas d'autres restrictions, une personne qui

                          a) est membre du conseil d'administration ou liquidateur,

                          b) est employé par la fondation, ou

                          c) n'est pas en règle par rapport à l'objet de la fondation.

                          § 370
                          (1) Si l'acte de fondation ou, dans les limites de sa désignation, les statuts de la fondation ne confèrent pas au conseil de surveillance des pouvoirs supplémentaires, le conseil de surveillance

                          a) veille à ce que le conseil d'administration exerce ses pouvoirs conformément à la loi et conformément à l'acte de fondation et aux statuts,

                          b) vérifie le respect des conditions fixées pour le versement des apports de la fondation,

                          c) notifie au conseil d'administration les déficiences constatées et soumet des propositions en vue de leur élimination,

                          d) contrôle la tenue de la comptabilité et examine les comptes annuels, extraordinaires et consolidés,

                          e) commentaires sur le rapport annuel et

                          f) soumet au moins une fois par an un rapport écrit sur ses activités de contrôle au conseil d'administration.

                          (2) Le conseil de surveillance représente la fondation contre un membre du conseil de fondation, ainsi que dans toute affaire où l'intérêt des membres du conseil de fondation est en conflit avec les intérêts de la fondation. A cet effet, le conseil de surveillance désignera un de ses membres.

                          § 371

                          (1) Le conseil de surveillance convoque le conseil d'administration, sauf si le président du conseil d'administration le fait sur proposition du conseil de surveillance.

                          (2) Dans le cadre des compétences du conseil de surveillance, son membre autorisé peut consulter les documents de la fondation et demander des explications sur des questions individuelles aux membres des autres organes de la fondation ou à ses employés.

                          § 372

                          A moins que l'acte de fondation n'en dispose autrement, le conseil de surveillance élit et révoque lui-même ses membres. Les dispositions sur le conseil d'administration s'appliquent de la même manière à l'élection et à la révocation des membres du conseil de surveillance ainsi qu'à la durée de leur mandat.

                          Auditeur

                          § 373

                          (1) A défaut de constitution du conseil de surveillance, le commissaire aux comptes exerce ses pouvoirs.

                          (2) La charte de la fondation ou les statuts de la fondation peuvent stipuler que la fonction de commissaire aux comptes sera exercée par une personne morale dont l'objet d'activité permet l'exercice d'activités de contrôle et de révision, et qu'elle exercera également cette fonction pour une durée indéterminée. de temps.

                          § 374

                          (1) L'éligibilité à la fonction de commissaire aux comptes est similaire au § 369. Si le commissaire aux comptes est une personne morale, ses droits et obligations attachés à la fonction de commissaire aux comptes peuvent être exercés par son représentant qui remplit les conditions selon la première phrase.

                          (2) Si les statuts de fondation ne prévoient pas de durée plus courte, la durée du mandat de commissaire aux comptes est de cinq ans. L'auditeur peut être réélu à plusieurs reprises, si la charte de fondation ne l'exclut pas.

                          § 375

                          (1) Si la charte de fondation ne spécifie pas une autre méthode, le conseil d'administration élit et révoque le commissaire.

                          (2) Si la charte de la fondation ne précise pas d'autres motifs, le conseil d'administration révoquera un auditeur qui a violé gravement ou à plusieurs reprises la charte ou les statuts de la fondation, ou qui a violé la loi d'une manière qui porte manifestement atteinte à la réputation de la fondation. S'il ne le fait pas dans un délai d'un mois à compter du jour où il a eu connaissance du motif d'appel, mais au plus tard dans les six mois à compter du jour où ce motif est né, le tribunal rappelle le commissaire aux comptes sur proposition d'un personne qui certifie un intérêt légal ; le droit d'exiger la révocation du commissaire expire s'il n'a pas été exercé dans un délai d'un an à compter du jour où le motif de la révocation est survenu.

                          Abolition de la fondation avec liquidation

                          § 376

                          Si le but pour lequel la fondation a été créée a été atteint, la fondation est dissoute et le conseil d'administration élit un liquidateur.

                          § 377
                          (1) Le tribunal annulera la fondation avec liquidation à la demande d'une personne qui y a un intérêt légal, ou même sans demande dans le cas où

                          a) la fondation exerce des activités interdites au § 145 ou agit en violation du § 307,

                          b) la fondation devient associée indéfiniment responsable de la société commerciale,

                          c) la fondation viole gravement ou à plusieurs reprises l'interdiction de fournir une contribution de fondation à une personne spécifiée au § 353,

                          d) la fondation ne verse pas de cotisations de fondation pendant plus de deux ans sans raison sérieuse de le faire,

                          e) la fondation dispose du capital de la fondation en violation du § 339,

                          f) la valeur du principal de la fondation diminue en dessous de 500 000 CZK et que cet état dure plus d'un an à compter de la fin de l'exercice comptable au cours duquel la diminution de la valeur du principal de la fondation s'est produite,

                          g) le principal de la dotation ne produit aucun revenu pendant une période supérieure à deux ans, ou

                          h) il n'est pas possible en permanence à la fondation de continuer à remplir son objet.

                          (2) Cette disposition n'affecte pas le § 172.

                          § 378

                          (1) Le liquidateur monétisera l'actif de liquidation dans la mesure nécessaire pour régler les dettes de la fondation. Il disposera du solde de liquidation conformément à l'acte de fondation.

                          (2) Si les statuts d'une fondation sans but lucratif précisent que le solde de liquidation doit être utilisé à des fins autres que lucratives, cela n'est pas pris en compte.

                          § 379

                          (1) Si l'acte de fondation ne précise pas comment il doit être disposé du solde de liquidation, le liquidateur l'offrira à une fondation ayant un but similaire. Toutefois, s'il existe un motif sérieux à cela, le conseil d'administration peut décider que le solde de liquidation sera préférentiellement offert à la commune, à la région ou à l'Etat.

                          (2) S'il n'est pas possible d'offrir le solde de liquidation à une fondation ayant un objet similaire, ou si l'offre faite conformément au paragraphe 1 est rejetée, le liquidateur offrira le solde de liquidation à la commune sur le territoire de laquelle la fondation a son siège. Si la commune n'accepte pas l'offre même dans un délai de deux mois à compter de la date d'entrée en vigueur, le solde de liquidation est acquis à la région sur le territoire de laquelle la fondation a son siège.

                          § 380

                          Si une municipalité, une région ou un État reçoit le solde de liquidation, il utilisera le solde de liquidation uniquement à des fins d'intérêt public.

                          § 381

                          Si la fondation a reçu des prestations affectées du budget public, les dispositions du § 378 ne s'appliquent pas et le liquidateur dispose de la partie correspondante du solde de liquidation conformément à la décision de l'autorité compétente.

                          Transformation de fondation

                          § 382

                          (1) Une fondation peut se transformer par sa fusion en fusionnant avec une autre fondation ou avec un fonds de dotation, ou en changeant sa forme juridique en fonds de dotation.

                          (2) La fondation peut être fusionnée avec une autre fondation ou avec un fonds de dotation, si la charte de la fondation ne l'exclut pas et si les personnes concernées ont le même but ou un but similaire. Lorsqu'une fondation est fusionnée avec un fonds de dotation, le successeur doit être la fondation.

                          § 383
                          (1) L'accord de fusion contient au moins

                          a) des informations sur le nom, l'adresse et les informations d'identification des personnes participantes, indiquant laquelle d'entre elles démissionne et quel successeur,

                          b) détermination de la structure dans laquelle l'entité remplaçante reprend les composantes des capitaux propres et des capitaux d'emprunt de l'entité liquidatrice, qui ne sont pas un passif,

                          c) le montant du capital de fondation, si le successeur est une fondation,

                          d) un accord pour changer le statut de la personne qui succède, si un tel changement survient à la suite de la fusion,

                          e) Jour J.

                          (2) En cas de fusion de fondations, le montant du capital de fondation selon le paragraphe 1 lettre c) donné par la somme des capitaux de fondation des fondations qui fusionnent. Lorsqu'un fonds de fondation est fusionné avec une fondation en tant qu'entité successeur, le capital de la fondation peut être augmenté dans les conditions prévues au § 342; dans ce cas, l'accord de fusion doit contenir les exigences énumérées à l'article 342, paragraphe 2.

                          (3) L'accord de fusion requiert la forme d'un document public.

                          § 384

                          (1) Avant de conclure l'accord de fusion, les parties concernées mettront leurs comptes à disposition l'une de l'autre et fourniront d'autres informations et documents nécessaires à l'appréciation des conséquences juridiques et économiques de la fusion.

                          (2) Toute personne qui prend connaissance des données conformément au paragraphe 1 doit préserver la confidentialité des faits dont la divulgation est interdite par la loi ou dont la divulgation pourrait causer un préjudice grave à la personne concernée.

                          § 385

                          Les conseils de surveillance ou les commissaires aux comptes des participants examinent la comptabilité de chacun des participants et établissent un rapport sur les faits faisant l'objet de leur comptabilité, comprenant un avis sur le projet de traité de fusion et les conséquences économiques de la fusion ; le rapport peut également être compilé comme un rapport commun pour toutes les personnes impliquées.

                          § 386
                          (1) Si un rapport est établi conformément au § 385, ils décideront de la fusion du conseil d'administration des personnes concernées. La réunion du conseil d'administration doit être convoquée au moins trente jours avant qu'elle n'ait lieu ; dans ce délai, il sera mis à la disposition de chaque membre du conseil d'administration

                          a) projet de traité de fusion,

                          b) si les statuts de l'entité succédante doivent être modifiés à la suite de la fusion, ses statuts,

                          c) les états financiers de toutes les parties concernées ; si l'état financier est établi à partir de données à la date à partir de laquelle plus de six mois se sont écoulés depuis la date de rédaction du projet de traité de fusion, également l'état financier intermédiaire de la personne concernée,

                          d) bilan d'ouverture de l'entité remplaçante a

                          e) rapport en vertu du § 385.

                          (2) Le conseil d'administration ne peut qu'accepter ou rejeter le projet de traité de fusion.

                          (3) Si la réunion des conseils d'administration des personnes participantes est convoquée en commun, les conseils d'administration individuels votent séparément sur le projet de convention de fusion. Toutefois, si les membres des organes de la personne remplaçante sont élus après l'approbation de la convention, les conseils d'administration des personnes participantes peuvent décider de voter ensemble sur ces membres.

                          § 387

                          (1) Les parties intéressées publieront un avis conjoint au moins trente jours avant la réunion du conseil d'administration, dans lequel elles indiqueront quelles personnes sont concernées par la fusion et laquelle d'entre elles deviendra le successeur.

                          (2) Si le créancier de la personne concernée enregistre une créance dans les six mois à compter de la date à laquelle l'enregistrement de la fusion est devenu effectif pour lui, il a droit à une garantie suffisante s'il prouve que le recouvrement de la créance se détériorera. Si le créancier prouve que, du fait de la fusion, la recouvrabilité de la créance se détériorera de manière significative, il a droit à une garantie suffisante avant même que la scission ne soit inscrite au registre public.

                          § 388

                          Seul un intéressé, un membre du conseil d'administration, un membre du conseil de surveillance ou un commissaire aux comptes a le droit d'invoquer la nullité du pacte de fusion ; ce droit expire si la proposition n'est pas présentée dans un délai de trois mois à compter de la date à laquelle s'est tenue la réunion du conseil d'administration.

                          § 389

                          (1) La proposition d'inscription de la fusion au registre public est soumise conjointement par toutes les parties concernées ; la proposition sera également signée par les membres de l'organe statutaire de la personne qui succède.

                          (2) Sur la base de la proposition, la fusion est enregistrée de manière à ce que, le même jour, les personnes disparues soient radiées du registre public, en indiquant qui est leur successeur légal, et pour le successeur, la date effective de la fusion et les noms, adresses et informations d'identification des personnes qui sont avec la personne remplaçante sont indiqués fusionnés, et tout autre changement de la personne remplaçante, s'il est survenu à la suite de la fusion.

                          § 390

                          (1) Si les parties concernées ne soumettent pas de proposition d'enregistrement de la fusion dans un délai de six mois à compter de la date à laquelle l'accord de fusion a été conclu, toute partie qui était prête à soumettre la proposition peut se retirer de l'accord. Si même une partie se retire du contrat, les obligations de toutes les parties établies par le contrat cessent.

                          (2) Si les parties concernées ne soumettent pas de proposition d'enregistrement de la fusion dans un délai d'un an à compter de la date à laquelle l'accord de fusion a été conclu, il est valable que toutes les parties concernées se soient retirées de l'accord.

                          (3) Conjointement et séparément avec l'intéressé qui a fait en sorte que la proposition d'enregistrement de la fusion ne soit pas présentée dans les délais, les membres de son organe statutaire indemnisent les autres intéressés du préjudice en résultant, à l'exception de ceux qui prouvent qu'ils ont fait des efforts suffisants pour soumettre la proposition à temps.

                          Modification de la forme juridique de la fondation en fonds de fondation

                          § 391

                          (1) Si les statuts de fondation le permettent expressément, le conseil d'administration peut, après avis préalable du conseil de surveillance ou du commissaire, décider de changer la forme juridique de la fondation en fonds de fondation, mais seulement si la valeur du principal de la fondation a diminué en dessous du montant prévu au § 330, alinéa 1, pendant une période non transitoire .

                          (2) La décision de changement de forme juridique doit contenir

                          a) désignation de la fondation avec nom, siège social et données d'identification,

                          b) la dénomination du fonds de dotation après le changement de forme juridique,

                          c) Jour J,

                          d) les données sur les membres des organes du fonds de la fondation, qui sont inscrites au registre public.

                          (3) La décision doit prendre la forme d'un acte public.

                          § 392

                          La décision de changement de forme juridique prend effet le jour de l'inscription au registre public.

                          § 393

                          (1) Trente jours au moins avant la réunion du conseil d'administration, la fondation publie un avis d'intention d'adopter une décision sur le changement de forme juridique.

                          (2) Le créancier de la fondation qui enregistre sa créance dans un délai de six mois à compter de la date à laquelle l'enregistrement du changement de forme juridique est devenu opposable aux tiers, peut demander la garantie de sa créance par une sûreté suffisante si, par suite du changement de forme forme juridique, sa viabilité se détériore. Si le créancier prouve que, du fait du changement de forme juridique, la recouvrabilité de sa créance se détériore de manière significative, il a droit à une garantie suffisante avant même que le changement de forme juridique ne soit inscrit au registre public.

                          Sous-section 3fonds de dotation

                          § 394

                          (1) Le fondateur constitue un fonds de dotation dans un but socialement ou économiquement utile.

                          (2) Le nom du fonds de dotation doit contenir les mots « fonds de dotation ».

                          § 395

                          Un fonds de dotation est constitué par un acte de fondation ou une acquisition en cas de décès.

                          § 396
                          (1) La procédure judiciaire fondatrice contient au moins

                          a) nom et siège social du fonds de dotation,

                          b) le nom du fondateur et son lieu de résidence ou de siège social,

                          c) définir l'objet pour lequel le fonds de dotation est constitué,

                          d) des informations sur le montant de la caution, ou son objet non monétaire,

                          e) le nombre de membres du conseil d'administration ainsi que les noms et domiciles de ses premiers membres et des informations sur la manière dont les membres du conseil d'administration agissent pour le compte du fonds de fondation,

                          f) le nombre de membres du conseil de surveillance ainsi que les noms et domiciles de ses premiers membres, ou le nom et domicile du premier commissaire aux comptes,

                          g) désignation d'un gestionnaire de dépôt a

                          h) les conditions d'apport des biens du fonds de dotation ou la définition de l'éventail des activités que le fonds de dotation peut exercer en raison de son objet.

                          (2) Si le fonds de dotation est constitué par acquisition en cas de décès et si le fondateur ne précise pas le mode de désignation des premiers membres du conseil d'administration et de surveillance, ou du premier commissaire aux comptes, l'exécuteur testamentaire les nomme ; dans le cas contraire, ils sont nommés par le tribunal sur proposition d'une personne qui justifie d'un intérêt légitime à son égard.

                          § 397Création d'un fonds de dotation

                          Le fonds de dotation est créé le jour de l'inscription au registre public.

                          § 398

                          (1) L'actif du fonds de dotation est constitué d'une collection constituée de dépôts et de dons, dont l'objet ne doit pas répondre à l'hypothèse de revenus permanents. Ce qui se trouve dans la propriété du fonds de dotation ne peut être hypothéqué ou autrement utilisé pour garantir une dette ; toute action en justice qui la contredit est ignorée.

                          (2) Les biens du fonds de dotation peuvent être aliénés si cela est conforme à l'objet du fonds de dotation. Il peut également être utilisé pour un investissement considéré comme prudent.

                          (3) Le fonds de dotation ne crée pas de capital de dotation ou de capital de dotation.

                          § 399

                          (1) Si cela est expressément autorisé par l'acte constitutif, le conseil d'administration peut décider, après avis préalable du conseil de surveillance ou du commissaire aux comptes, de changer la forme juridique du fonds de dotation en fondation. La décision de changement de forme juridique doit contenir au moins la désignation du fonds de dotation avec le nom, le siège social et les informations d'identification et les exigences précisées pour l'acte de dotation.

                          (2) La décision doit prendre la forme d'un acte public.

                          § 400

                          (1) Trente jours au moins avant la réunion du conseil d'administration, le fonds de dotation publie un avis d'intention de changer de forme juridique.

                          (2) Le créancier d'un fonds de dotation qui enregistre sa créance dans un délai de six mois à compter de la date à laquelle l'inscription de la modification est devenue opposable aux tiers peut demander la garantie de sa créance par une sûreté suffisante si l'exigibilité de la créance se détériore du fait de la changement de forme juridique. Si le créancier prouve que, du fait du changement de forme juridique, la force exécutoire de sa créance se détériore de manière substantielle, il a droit à une garantie suffisante avant même que le changement de forme juridique ne soit inscrit au registre public.

                          § 401

                          (1) S'il n'est pas possible en permanence au fonds de dotation de continuer à remplir son objet, le conseil d'administration décide la dissolution du fonds de dotation avec liquidation et élit un liquidateur.

                          (2) Si le fonds de dotation ne remplit pas l'objet pour lequel il a été constitué, le tribunal le résilie sur proposition d'une personne justifiant d'un intérêt légitime et ordonne sa liquidation.

                          Section 4Institut

                          § 402

                          L'Institut est une personne morale constituée dans le but d'exercer une activité d'utilité sociale ou économique par sa composante personnelle et patrimoniale. L'Institut gère des activités dont les résultats sont également accessibles à tous dans des conditions prédéterminées.

                          § 403

                          Si l'institut exploite une usine commerciale ou une autre activité secondaire, l'exploitation ne doit pas nuire à la qualité, à l'étendue et à la disponibilité des services fournis dans le cadre de l'activité principale de l'institut. Le bénéfice ne peut être utilisé par l'institut que pour soutenir l'activité pour laquelle il a été fondé et pour couvrir les frais de sa propre administration.

                          § 404Nom de l'institut

                          Le nom de l'institut doit contenir les mots « institut enregistré », mais l'abréviation « z. à."

                          § 405Création de l'institut
                          (1) L'institut est constitué par un acte de constitution ou d'acquisition par décès. La procédure judiciaire fondatrice contient au moins

                          a) le nom de l'institut et son siège,

                          b) l'objet de l'institut en définissant l'objet de son activité, éventuellement aussi l'objet de son activité,

                          c) des informations sur le montant de la caution, ou son objet non monétaire,

                          d) le nombre de membres du conseil d'administration ainsi que les noms et domiciles de ses premiers membres a

                          e) détails de l'organisation interne de l'institut, si elle n'est pas réservée par le règlement du statut de l'institut.

                          (2) Si l'acte constitutif crée un conseil de surveillance, celui-ci indique le nombre de membres du conseil de surveillance ainsi que les noms et domiciles de ses premiers membres.

                          § 406

                          (1) Le fondateur décide des modifications de l'acte juridique fondateur même pendant la durée de l'institut.

                          (2) Si la prise de décision du fondateur n'est pas possible, la personne désignée par l'action en justice du fondateur acquiert ses droits envers l'institut dans la mesure qui y est précisée, sinon le conseil d'administration les acquiert ; dans ce cas, toutefois, l'approbation préalable du tribunal est requise pour que le conseil d'administration décide de modifier l'objet de l'institut ou de le supprimer.

                          § 407Création de l'institut

                          L'institut est constitué par inscription au registre public.

                          § 408Directeur

                          (1) Le directeur est un organe statutaire de l'institut. La loi peut choisir une autre désignation pour cet organe, tant qu'elle ne crée pas une impression trompeuse sur sa nature.

                          (2) L'administrateur ne peut pas être membre du conseil d'administration et, si un conseil de surveillance ou un autre organe de même nature a été institué, alors même pas membre d'un tel organe. Si une personne condamnée pour un crime intentionnel a été élue administrateur, l'élection n'est pas prise en compte.

                          Conseil d'administration

                          § 409

                          (1) Si les procédures judiciaires du fondateur ne prévoient pas d'autre modalité, le fondateur nomme et révoque les membres du conseil d'administration. A défaut, les membres du conseil d'administration sont élus et révoqués par le conseil de surveillance, s'il a été institué ; sinon, le conseil élit et révoque lui-même ses membres.

                          (2) Si la procédure judiciaire constitutive ne prévoit pas une durée de mandat différente pour un membre du conseil d'administration, elle est de trois ans. Si cela n'empêche pas d'engager des poursuites judiciaires, un membre du conseil d'administration peut être réélu à plusieurs reprises ; toutefois, si le conseil élit et révoque lui-même ses membres, une même personne peut être réélue pour un maximum de deux mandats consécutifs.

                          (3) Si un conseil de surveillance a été institué, la qualité de membre du conseil d'administration et celle de membre du conseil de surveillance sont incompatibles.

                          § 410

                          Le conseil d'administration élit et révoque le directeur, contrôle l'exercice de ses pouvoirs et décide des poursuites judiciaires de l'institut contre le directeur ; sauf indication contraire, le président du conseil d'administration agit au nom de l'institut dans ces procédures judiciaires.

                          § 411

                          (1) Le conseil d'administration approuve le budget, les états financiers ordinaires et extraordinaires et le rapport annuel de l'institut.

                          (2) Le conseil d'administration décide de la mise en exploitation d'un établissement commercial ou d'une autre activité secondaire de l'institut ou de la modification de son objet, à moins que l'acte de fondation n'en dispose autrement.

                          § 412
                          (1) Si la procédure judiciaire fondatrice ne prévoit pas d'autres restrictions, le conseil d'administration donne son accord préalable à la procédure judiciaire par laquelle l'institut

                          a) acquiert ou perd la propriété d'un bien immobilier,

                          b) greve ses propres biens immobiliers,

                          c) acquiert ou perd un droit d'auteur ou un droit industriel ou

                          d) établit une autre entité juridique ou participe à une telle entité avec un dépôt.

                          (2) Sauf indication contraire dans l'acte juridique de fondation, le conseil d'administration donne également son accord préalable à un acte juridique par lequel l'institut acquiert ou perd le droit de propriété sur un bien meuble dont la valeur est supérieure à la valeur d'un petit contrat selon la loi régissant les marchés publics.

                          § 413Statut de l'institut

                          (1) Si cela est déterminé par la procédure judiciaire fondatrice ou si cela est opportun, le conseil d'administration édicte les statuts de l'institut et règle l'organisation interne de l'institut et les détails de ses activités.

                          (2) L'institut publie le statut en le déposant dans le recueil des documents. Toute personne peut consulter la loi dans le registre public et en obtenir des extraits, des descriptions ou des copies. Le même droit peut également être exercé au siège de l'institut.

                          § 414

                          Si la charte ne précise pas que les membres des organes de l'institut ont droit à une rémunération pour l'exercice de leurs fonctions et le mode de détermination de celle-ci, il s'applique que le directeur a droit à la rémunération usuelle et il est considéré que les fonctions du les membres des autres organes sont honoraires. Dans un tel cas, le conseil d'administration détermine le montant de la rémunération de l'administrateur ou le mode de sa détermination.

                          § 415

                          (1) L'institut comptabilise séparément les coûts et les revenus associés au sujet d'activité principal, à l'exploitation d'une usine commerciale ou d'une autre activité secondaire et à l'administration de l'institut.

                          (2) Les états financiers de l'institut sont vérifiés par le commissaire aux comptes si cela est requis par l'acte juridique fondateur ou le statut, ou si le montant du chiffre d'affaires net de l'institut dépasse dix millions de CZK. Dans ces cas, l'auditeur vérifie également le rapport annuel de l'institut.

                          § 416Rapport annuel

                          (1) Le rapport annuel de l'institut contient, outre les exigences stipulées par d'autres réglementations légales régissant la comptabilité, d'autres données importantes sur l'activité et la gestion de l'institut, y compris le montant des paiements versés aux membres des organes de l'institut, et toute modification de la engager des poursuites judiciaires ou modifier la composition des organes de l'institut.

                          (2) Si l'acte constitutif ne prévoit pas un autre mode de publication, l'institut publie le rapport annuel au plus tard six mois après la clôture de l'exercice comptable en le déposant dans un recueil de documents. Toute personne peut consulter la loi dans le registre public et en obtenir des extraits, des descriptions ou des copies.

                          § 417

                          Si l'institut ne remplit pas durablement son objet, le tribunal l'annulera sur proposition d'une personne justifiant de l'intérêt légal.

                          § 418

                          Dans les autres cas, les dispositions relatives à la fondation s'appliquent de la même manière que les conditions légales de l'institut ; toutefois, les dispositions relatives au capital de la fondation et au capital de la fondation ne s'appliquent pas.

                          Partie 4Consommateur

                          § 419

                          Un consommateur est toute personne qui, en dehors du cadre de son activité commerciale ou de l'exercice indépendant de sa profession, conclut un contrat avec un entrepreneur ou traite avec lui de toute autre manière.

                          Partie 5Homme d'affaire

                          § 420

                          (1) Toute personne qui exerce de manière indépendante une activité lucrative pour son propre compte et sous sa propre responsabilité dans le cadre d'un commerce ou d'une manière similaire avec l'intention de le faire de manière cohérente dans le but de réaliser un profit est considérée comme un entrepreneur au regard de cette activité.

                          (2) Aux fins de la protection des consommateurs et aux fins de l'article 1963, est également considéré comme entrepreneur toute personne qui conclut des contrats liés à sa propre entreprise, production ou activité similaire ou à l'exercice indépendant de sa profession, ou une personne qui agit au nom ou pour le compte d'un entrepreneur.

                          § 421

                          (1) Une personne inscrite au registre du commerce est considérée comme un entrepreneur. Les conditions d'inscription des personnes au registre du commerce sont déterminées par une autre loi.

                          (2) On considère qu'un entrepreneur est une personne qui a une autorisation commerciale ou autre pour faire des affaires en vertu d'une autre loi.

                          § 422

                          Un entrepreneur qui n'a pas de société commerciale agit légalement sous son propre nom dans son entreprise ; s'il y ajoute des ajouts caractérisant plus étroitement sa personne ou son établissement d'entreprise, ils ne doivent pas être trompeurs.

                          Entreprise commerciale

                          § 423

                          (1) Une société commerciale est le nom sous lequel un entrepreneur est inscrit au registre du commerce. Un entrepreneur ne peut avoir plus d'une société commerciale.

                          (2) La protection des droits d'une entreprise appartient à la personne qui l'utilise légalement pour la première fois. Ceux qui ont été lésés dans leur droit à une société commerciale ont les mêmes droits qu'en matière de protection contre la concurrence déloyale.

                          § 424

                          Un nom commercial ne doit pas être interchangeable avec un autre nom commercial ou apparaître trompeur.

                          § 425

                          (1) Une personne est inscrite au registre du commerce sous une société commerciale constituée, en règle générale, à son nom. En cas de changement de nom, il peut continuer à utiliser son ancien nom dans l'entreprise ; cependant, ils publieront le changement de nom.

                          (2) Si une personne s'inscrit au registre du commerce sous un nom commercial autre que son propre nom, il doit être clair qu'il ne s'agit pas d'une entreprise d'une personne morale.

                          § 426

                          Si plusieurs usines de plusieurs entrepreneurs sont regroupées dans un groupe d'entreprises, leurs noms ou raisons sociales peuvent contenir des éléments identiques ; cependant, le public doit pouvoir les différencier.

                          § 427

                          (1) Celui qui acquiert une entreprise a le droit de l'utiliser s'il a le consentement de son prédécesseur ou de son ayant cause ; cependant, il est tenu de joindre une déclaration de succession légale à la société commerciale.

                          (2) Lors de la transformation de la personne morale, l'entreprise sera cédée au successeur légal, s'il est d'accord ; le consentement d'une autre personne n'est pas requis. Si la personne morale a plusieurs ayants droit et s'il n'est pas déterminé à qui l'entreprise cède, l'entreprise ne cédera à aucun d'entre eux.

                          § 428

                          Le droit de révoquer le consentement à l'utilisation de son nom dans l'entreprise commerciale d'une personne morale est accordé à une personne qui a un motif si sérieux de le faire qu'il ne peut être équitablement exigé d'elle que son nom soit utilisé dans l'entreprise commerciale ; une telle raison peut être, notamment, un changement dans la nature prédominante de l'activité d'une personne morale ou un changement dans la structure de propriété d'une société par actions. Dans ces conditions, le successeur légal de la personne qui a donné le consentement a également le droit de révoquer le consentement.

                          § 429Le siège de l'homme d'affaires

                          (1) Le siège de l'entrepreneur est déterminé par l'adresse inscrite au registre public. Si une personne physique n'est pas inscrite en tant qu'entrepreneur dans le registre public, son siège social est le lieu où elle a son établissement principal ou où elle réside.

                          (2) Si un entrepreneur indique comme siège social un lieu autre que son siège social réel, n'importe qui peut également se référer à son siège social réel. L'entrepreneur ne peut faire valoir contre la personne qui invoque le siège de l'entrepreneur inscrit au registre public qu'il a un siège réel dans un autre lieu.

                          Représentation de l'homme d'affaires

                          § 430

                          (1) Si un entrepreneur confie à quelqu'un une certaine activité lors de l'exploitation d'une usine commerciale, cette personne représente l'entrepreneur dans toutes les négociations qui ont lieu habituellement au cours de cette activité.

                          (2) L'entrepreneur est également lié par les agissements d'une autre personne dans son établissement, si celle-ci a cru de bonne foi que la personne agissante est autorisée à agir.

                          § 431

                          Si le représentant de l'entrepreneur outrepasse l'autorité du représentant, l'entrepreneur est lié par une action en justice ; cela ne s'applique pas si le tiers était au courant de la violation ou devait en avoir connaissance en raison des circonstances de l'affaire.

                          § 432Pas de competition

                          (1) Une personne qui agit à titre de représentant d'un entrepreneur lors de l'exploitation d'une usine commerciale ne peut, sans le consentement de l'entrepreneur, rien faire pour son propre compte ou pour le compte d'autrui qui relève du domaine de l'usine commerciale. Si cela se produit, l'entrepreneur peut exiger que son représentant s'abstienne de telles actions.

                          (2) Si le représentant a agi pour son propre compte, l'entrepreneur peut exiger que les actes du représentant soient déclarés avoir été faits pour son compte. Si le représentant a agi pour le compte d'un tiers, l'entrepreneur peut exiger que le droit à rémunération lui soit transféré ou que la rémunération déjà versée lui soit versée. Ces droits expirent s'ils n'ont pas été exercés dans un délai de trois mois à compter de la date à laquelle l'entrepreneur a eu connaissance de la transaction, mais au plus tard un an à compter de la date à laquelle la transaction a eu lieu.

                          (3) Au lieu du droit selon le paragraphe 2, l'entrepreneur peut exiger une indemnisation pour les dommages ; cependant, seulement si le représentant aurait dû et aurait pu savoir que son activité nuisait à l'entrepreneur. Si la personne au nom de laquelle le représentant de l'entrepreneur a agi illégalement aurait dû et aurait pu savoir qu'il s'agissait d'une activité préjudiciable à l'entrepreneur, elle est également responsable des dommages.

                          § 433

                          (1) Quiconque, en tant qu'entrepreneur, agit envers d'autres personnes en relations économiques ne peut abuser de sa qualité d'expert ou de sa position économique pour créer ou exploiter la dépendance de la partie la plus faible et réaliser un déséquilibre manifeste et injustifié dans les droits et obligations réciproques de les parties.

                          (2) On considère que la partie la plus faible est toujours la personne qui agit envers l'entrepreneur dans les relations économiques en dehors du cadre de sa propre entreprise.

                          § 434

                          Si l'entrepreneur indique clairement au public dans quel lieu il exerce ses activités, il permettra au public d'entrer en relations juridiques avec lui dans ce lieu pendant les heures d'ouverture spécifiées ; sinon à l'heure habituelle.

                          § 435

                          (1) Tout entrepreneur doit mentionner son nom et son adresse sur les documents commerciaux et dans le cadre des informations mises à la disposition du public par accès à distance. L'entrepreneur inscrit au registre du commerce doit également faire figurer sur l'acte de commerce les informations relatives à cette inscription, y compris une rubrique et un encart ; un entrepreneur inscrit dans un autre registre public doit fournir des informations sur son inscription dans ce registre ; un entrepreneur non inscrit au registre public doit fournir des informations sur son inscription dans un autre registre. Si l'entrepreneur s'est vu attribuer des informations d'identification, il l'indiquera également.

                          (2) D'autres informations peuvent également être incluses dans le document conformément au paragraphe 1, si elles ne sont pas susceptibles de créer une impression trompeuse.

                          TITRE IIIREPRÉSENTATION

                          Partie 1dispositions générales

                          § 436

                          (1) Celui qui est légalement autorisé à agir au nom d'autrui est son représentant ; les droits et obligations des personnes directement représentées découlent de la représentation. S'il n'est pas clair que quelqu'un agit au nom d'un autre, il est valide qu'il agit en son propre nom.

                          (2) Si le représentant est de bonne foi ou s'il devait avoir connaissance d'une certaine circonstance, cela est également pris en compte dans le cas du représenté ; cela ne s'applique pas s'il s'agit d'une circonstance dont le représentant a eu connaissance avant l'établissement de la représentation. S'il n'est pas représenté de bonne foi, il ne peut invoquer la bonne foi du représentant.

                          § 437

                          (1) Une personne dont les intérêts sont en conflit avec les intérêts du représenté ne peut en représenter une autre, à moins que lors de la représentation contractuelle le représenté ait eu ou ait eu à avoir connaissance d'un tel conflit.

                          (2) Si le représentant, dont l'intérêt est en conflit avec l'intérêt du représenté, a agi avec un tiers et si cette personne avait connaissance de cette circonstance ou devait en avoir connaissance, le représenté peut l'invoquer. Il est considéré qu'il y a conflit d'intérêts entre le représentant et le représenté si le représentant agit également pour ce tiers ou s'il agit pour son propre compte.

                          § 438

                          Le représentant agit personnellement. Il peut autoriser un autre représentant s'il est convenu avec la personne représentée ou si le besoin nécessaire l'exige, mais il est responsable du bon choix de sa personne.

                          § 439

                          Si la personne représentée a plus d'un représentant pour la même affaire, il est considéré que chacun d'eux peut agir indépendamment.

                          § 440

                          (1) Si le représentant outrepasse les pouvoirs du représentant, l'action en justice de la personne représentée est exécutoire s'il approuve le dépassement sans délai inutile. Ceci s'applique également lorsqu'une personne qui n'y est pas autorisée légalement agit pour une autre.

                          (2) Si l'action en justice n'est pas approuvée sans délai inutile, la personne qui a légalement agi pour autrui est liée par elle-même. Une personne qui a été traitée et qui était de bonne foi peut exiger de la personne agissant qu'elle respecte ce qui a été convenu ou qu'elle indemnise le dommage.

                          Partie 2Représentation contractuelle

                          Section 1Conditions générales

                          § 441

                          (1) Si les parties en conviennent ainsi, l'une d'elles représente l'autre en qualité de mandataire dans la mesure convenue.

                          (2) Le mandant indique l'étendue du pouvoir de représentation dans la procuration. Si la représentation ne concerne pas seulement un certain acte juridique, la procuration est donnée sous forme écrite. Si un formulaire spécial est requis pour les procédures judiciaires, une procuration est également accordée sous la même forme.

                          § 442

                          Le mandant ne peut pas renoncer au droit de révoquer la procuration, mais si les parties conviennent de certaines raisons de sa révocation, la procuration ne peut être révoquée pour une autre raison. Ceci ne s'applique pas si le donneur d'ordre a un motif particulièrement sérieux pour révoquer l'autorisation.

                          § 443

                          Lors de l'agrément d'une personne morale, l'exercice du pouvoir représentatif relève de la compétence de son organe statutaire. Une personne désignée par l'organe statutaire est également habilitée à assurer la représentation.

                          § 444

                          (1) Celui qui, par sa propre faute, fait présumer à un tiers qu'il a autorisé autrui à agir légalement, ne peut invoquer le défaut d'autorisation, si le tiers était de bonne foi et pouvait raisonnablement présumer que l'autorisation a été accordée.

                          (2) Si le mandant a fait comprendre à une autre personne qu'il a autorisé le mandant à accomplir certaines actions en justice, il ne peut lui reprocher que la procuration est devenue caduque par la suite, que s'il l'en a informé avant les actions du mandant, ou si cette personne était au courant de la résiliation au moment des actions du mandant.

                          § 445

                          Si une personne incapable d'agir légalement a elle-même agi en qualité de représentant, celle-ci ne peut être opposée à celui qui n'a pas su ou n'a pas pu savoir ce fait.

                          § 446

                          Si le mandataire a outrepassé les pouvoirs du mandataire et que le mandant n'est pas d'accord avec cela, il doit en informer la personne avec laquelle le mandataire a eu une transaction juridique sans retard excessif après avoir pris connaissance de la transaction juridique. S'il ne le fait pas, il est réputé avoir approuvé le dépassement; cela ne s'applique pas si la personne avec qui le représentant traitait légalement aurait dû et aurait pu savoir hors de tout doute, d'après les circonstances, que le représentant outrepassait manifestement ses pouvoirs.

                          § 447

                          Si les instructions du mandant sont incluses dans la procuration et si elles devaient être connues de la personne envers laquelle le mandant agissait, les dépasser est considéré comme une violation de l'autorité représentative.

                          § 448

                          (1) La procuration expire par l'accomplissement de l'action en justice à laquelle la représentation était limitée ; la procuration expire même si le mandant la révoque ou si le mandataire la résilie. Si la personne autorisée ou le mandant décède, ou si l'un d'eux est une personne morale et cesse d'exister, la procuration cesse également, sauf convention contraire.

                          (2) Tant que la révocation n'est pas connue de la personne autorisée, son action en justice produit les mêmes effets que si l'autorisation était encore valable. Toutefois, celle-ci ne peut être invoquée par une partie qui a eu connaissance de la révocation de la procuration, ou qui aurait dû et aurait pu avoir connaissance.

                          § 449

                          (1) Si le mandant décède ou s'il résilie la procuration, le mandant fait tout ce qui ne peut être retardé pour que le mandant ou son ayant cause ne subisse aucun dommage. Son action en justice a les mêmes effets que si la procuration durait encore, si elle ne contredit pas ce qu'a ordonné le mandant ou son ayant cause.

                          (2) Le mandataire doit, sans retard excessif, après l'expiration de l'autorisation, libérer tout ce que le mandant lui a prêté ou acquis pour le mandant. Si l'agent est décédé, tous ceux qui ont ces choses avec eux ont cette obligation envers l'agent.

                          Section 2Le bureau du procureur

                          § 450

                          (1) En accordant une procuration, un entrepreneur inscrit au registre du commerce autorise le procureur pour les actions en justice qui ont lieu dans le cadre de l'exploitation d'une usine ou d'une succursale, y compris celles pour lesquelles une procuration spéciale est autrement requise. Toutefois, le procureur est autorisé à aliéner ou grever les biens immobiliers, si cela est expressément indiqué.

                          (2) Lors de l'octroi d'une procuration, il doit être explicitement indiqué qu'il s'agit d'une procuration. Si un entrepreneur accorde une procuration pour une succursale de son établissement commercial ou pour l'un de plusieurs de ses établissements commerciaux, il doit indiquer explicitement la succursale ou l'établissement commercial.

                          § 451

                          La procuration n'est pas autorisée à transférer la procuration à quelqu'un d'autre ou à donner une autre procuration ; les dispositions contraires ne sont pas prises en compte.

                          § 452

                          (1) Il est interdit de donner procuration à une personne morale.

                          (2) Si la procuration est accordée à plusieurs personnes, chacune d'elles représente l'entrepreneur séparément, à moins que quelque chose d'autre ne soit spécifié lors de l'octroi de la procuration.

                          § 453

                          La limitation des poursuites par instructions internes n'est pas opposable aux tiers, même si elle a été publiée.

                          § 454

                          Le procureur exerce la fonction de procureur avec le soin d'un véritable maître de maison.

                          § 455

                          Le procureur signe en apposant sa signature et les informations indiquant le procureur à la société de l'entrepreneur ; si la procuration a été accordée pour une succursale individuelle ou l'une de plusieurs usines commerciales, ils joindront également des informations indiquant la succursale ou l'usine commerciale.

                          § 456

                          La procuration expire également avec le transfert ou la location de l'établissement ou de la succursale pour laquelle elle a été accordée. Le ministère public n'expire pas avec le décès de l'entrepreneur, à moins que quelque chose d'autre n'ait été convenu.

                          Partie 3Représentation légale et tutelle

                          Section 1Conditions générales

                          § 457

                          La représentation légale et la tutelle veillent à la protection des intérêts de la personne représentée et à l'exercice de ses droits.

                          § 458

                          Le représentant légal ou le tuteur n'est pas autorisé à agir légalement au nom de la personne représentée en matière de formation et de dissolution du mariage, d'exercice des devoirs et droits parentaux, ainsi que d'acquisition en cas de décès ou de déclaration d'exhérédation et leur révocation.

                          § 459

                          Un représentant légal ne peut pas enlever une affaire d'intérêt particulier à la personne représentée, sauf si cela est justifié par une menace pour sa vie ou sa santé, et s'il s'agit d'un mineur qui n'est pas totalement autonome, également par une autre raison grave. La question d'intérêt particulier doit être laissée à l'appréciation du représentant même lorsqu'il est placé dans un établissement médicalisé, un établissement de services sociaux, un établissement de protection socio-légale de l'enfance ou un établissement similaire.

                          § 460

                          S'il existe un conflit d'intérêts du représentant légal ou du tuteur avec l'intérêt de la personne représentée, ou s'il existe un conflit d'intérêts de ceux qui sont représentés par le même représentant légal ou tuteur, ou si un tel conflit menace, le le tribunal nomme un tuteur en conflit pour la personne représentée.

                          § 461

                          (1) Si le représentant légal ou le tuteur gère les biens de la personne représentée, la gestion ordinaire de ces biens lui appartient. S'il ne s'agit pas d'une affaire courante, l'approbation du tribunal est requise pour disposer du bien représenté.

                          (2) Une donation, un héritage ou un legs destiné au représentant, à condition qu'il soit géré par un tiers, est exclu de la gestion selon l'alinéa 1er. Toutefois, le représentant légal ou le tuteur peut refuser d'accepter une telle donation, succession ou legs ; l'approbation du tribunal est nécessaire pour refuser.

                          § 462

                          Ni le représentant légal ni le tuteur ne peuvent exiger une rémunération pour la représentation de la personne représentée. Toutefois, s'il a le devoir de gérer le bien, une redevance peut être accordée pour la gestion. Le tribunal décidera de son montant, en tenant compte des frais d'administration, de la valeur des biens gérés et des revenus qui en découlent, ainsi que des exigences en temps et en travail de l'administration.

                          § 463

                          (1) Le tuteur est nommé par le tribunal; en même temps, il déterminera l'étendue des droits et obligations du tuteur. La personne à qui le tuteur a été nommé devient pupille pour la durée de la tutelle.

                          (2) Si le tuteur le demande, le tribunal le destituera ; le tribunal destituera le tuteur même s'il ne remplit pas ses devoirs. En même temps, le tuteur nomme un nouveau tuteur.

                          § 464

                          (1) S'il ne s'agit pas de gérer des biens, un seul tuteur peut être désigné pour une personne. Si un tuteur spécial est nommé pour l'administration des biens de la personne représentée ou pour l'administration d'une partie de ses biens et en même temps tuteur d'une personne, ce dernier aura la représentation exclusive de la personne représentée. devant le tribunal, même si l'affaire concerne la propriété gérée.

                          (2) Si le tribunal nomme plusieurs tuteurs et ne décide pas dans quelles matières chacun d'eux est légalement compétent pour agir séparément pour le pupille, les tuteurs sont tenus d'agir ensemble.

                          Section 2Garde d'une personne

                          § 465

                          (1) Le tribunal nomme un tuteur à une personne si cela est nécessaire pour protéger ses intérêts ou si l'intérêt public l'exige. Le tribunal nomme un tuteur notamment à une personne dont la capacité juridique a été limitée, à une personne dont on ne sait pas où se trouve, à une personne inconnue impliquée dans une certaine procédure judiciaire, ou à une personne dont l'état de santé rend difficile la gestion des biens ou la défense droits.

                          (2) Si les circonstances le justifient, le tribunal peut ordonner au tuteur de s'assurer dans une mesure raisonnable au cas où il causerait un dommage au tuteur ou à une autre personne dans l'exercice de ses fonctions.

                          § 466

                          (1) Les responsabilités du tuteur consistent à maintenir des contacts réguliers avec le pupille de manière appropriée et dans la mesure nécessaire, à manifester un intérêt sincère pour le pupille, ainsi qu'à prendre soin de sa santé et à assurer le respect des droits du pupille et à protéger ses intérêts.

                          (2) Si le tuteur prend une décision concernant les affaires du pupille, le tuteur expliquera la nature et les conséquences de la décision de manière compréhensible.

                          § 467

                          (1) Dans l'exercice de ses fonctions, le tuteur remplit la déclaration légale du tuteur et fait attention à ses opinions, même si le tuteur les a exprimées plus tôt, y compris les croyances ou les confessions, les prend systématiquement en compte et organise les affaires de la pupille en conséquence. Si cela n'est pas possible, le tuteur agit selon les intérêts du pupille.

                          (2) Le tuteur s'assure que le mode de vie du pupille n'entre pas en conflit avec ses capacités et que, s'il ne peut raisonnablement s'y opposer, il correspond également aux idées et aux souhaits particuliers du pupille.

                          § 468

                          Au décès du tuteur ou à sa révocation, la tutelle ne cesse pas et jusqu'à ce que le tribunal nomme un nouveau tuteur, elle passe au tuteur public en vertu d'une autre loi.

                          § 469

                          (1) Pour une personne dont l'état de santé rend difficile la gestion de ses biens ou la défense de ses droits, le tribunal nomme un tuteur sur sa proposition et, conformément à cette proposition, détermine l'étendue des pouvoirs du tuteur. A la demande du tuteur, le tribunal rappellera également le tuteur.

                          (2) Le tuteur agit généralement avec le pupille; si le tuteur agit de manière indépendante, il agit conformément à la volonté du pupille. Si la volonté du tuteur ne peut être établie, le tribunal statuera sur la proposition du tuteur.

                          § 470

                          Si quelqu'un s'occupe lui-même du gestionnaire de sa propriété, il ne peut nommer un tuteur pour la gestion de la propriété. Ceci ne s'applique pas si l'administrateur des biens n'est pas connu, s'il refuse d'agir dans l'intérêt de la personne représentée ou s'il néglige ce devoir, ou s'il est incapable de gérer les biens.

                          § 471

                          (1) Si le tribunal décide de nommer un tuteur à une personne, il ne peut le faire qu'après l'avoir vu, à moins qu'il n'y ait un obstacle insurmontable ; ils doivent également écouter sa déclaration ou autrement connaître sa position et s'en inspirer.

                          (2) Le tribunal nomme la personne désignée par le tuteur comme tuteur. Si cela n'est pas possible, le tribunal nomme généralement un parent ou une autre personne proche du service qui prouve un intérêt sérieux et à long terme pour le service et la capacité de le montrer à l'avenir. Si même cela n'est pas possible, le tribunal désigne comme tuteur une autre personne remplissant les conditions pour devenir tuteur, ou un tuteur public selon une autre loi.

                          (3) La commune où réside le tuteur, ou une personne morale constituée par cette commune pour accomplir des tâches de ce type, a la qualité de tuteur public ; la nomination d'un tuteur public en vertu d'une autre loi n'est pas liée par son consentement.

                          Conseil des gardiens

                          § 472

                          (1) Si un tuteur est nommé, le tuteur ou toute personne proche du tuteur peut demander la constitution d'un conseil de tutelle ; le tuteur convoque une réunion des personnes proches du pupille et de ses amis, s'ils sont connus de lui, afin que la réunion ait lieu dans les trente jours de la réception de la demande. Si l'assemblée n'est pas convoquée à temps ou si elle n'est pas tenue pour une autre raison, ou si le conseil de tutelle n'est pas élu, le tribunal convoquera l'assemblée, même sans proposition.

                          (2) Le tuteur, toute personne proche du tuteur et l'un quelconque de ses amis peuvent assister à la réunion, même s'il n'y a pas été invité ; chacun d'eux dispose d'une voix. Si au moins cinq personnes assistent à la réunion, le conseil de tutelle peut être élu.

                          § 473

                          (1) Les personnes présentes à l'assemblée élisent les membres du conseil de tutelle, ou leurs suppléants, à la majorité des voix. Lors de l'élection, il faut veiller, si possible, à une représentation égale des personnes énumérées au § 472.

                          (2) Un membre du conseil de tutelle ne peut être qu'une personne qui prouve un intérêt sérieux et à long terme pour le quartier et la capacité de le montrer à l'avenir, et dont les intérêts ne sont pas en conflit avec les intérêts du quartier. Le tuteur ne peut pas être membre du conseil de tutelle.

                          § 474

                          Le Conseil des gardiens compte au moins trois membres. Il peut délibérer en présence de la majorité des membres ; cependant, si le conseil de tutelle est composé de trois membres, la présence de tous est requise. Les décisions sont prises par le Conseil des gardiens à la majorité des voix des membres présents.

                          § 475

                          Le procès-verbal de l'élection des membres du conseil de tutelle et des suppléants est dressé par un greffier désigné par les présents. Il doit ressortir clairement du procès-verbal quand la réunion a eu lieu, qui y a assisté, qui a été élu rapporteur, membre du conseil de tutelle et suppléant et combien de voix, si quelqu'un a protesté contre le déroulement de la réunion et pour quelle raison. Les protêts présentés par écrit doivent être joints au procès-verbal. Le greffier remet le procès-verbal de l'élection des membres du conseil de tutelle au tuteur et au tribunal qui a nommé le tuteur.

                          § 476

                          (1) Le tribunal peut, sur proposition du tuteur ou de toute personne autorisée à participer à l'assemblée, ou sans proposition, déclarer l'élection invalide, s'il y a eu violation telle de la loi que le tuteur risque d'être blessé en conséquence. Dans ce cas, le tribunal ordonne une nouvelle élection sans retard excessif.

                          (2) S'il existe des raisons sérieuses à cela, le tribunal peut suspendre l'exercice des droits d'un membre du conseil de tutelle après l'ouverture de la procédure jusqu'à ce qu'une décision soit prise sur l'invalidité de l'élection.

                          § 477

                          (1) Un membre du conseil de tutelle est élu pour une durée indéterminée. Il peut démissionner de son poste ; le retrait prend effet dès la remise d'un avis écrit au tuteur et au tribunal. Il notifie sa démission aux autres membres du conseil de tutelle.

                          (2) Le tribunal peut révoquer un membre du conseil des tutelles sur proposition du tuteur ou de l'une des personnes autorisées à participer à la réunion, ou de sa propre initiative, si le membre du conseil des tutelles manque gravement ou de façon répétée à ses devoirs, s'il se désintéresse du service ou si ses intérêts sont en conflit répété avec les intérêts du service. La disposition de l'article 476, alinéa 2, s'applique mutatis mutandis.

                          (3) Lorsqu'un membre du conseil de tutelle cesse ses fonctions, le tuteur ou le président du conseil de tutelle organise l'élection d'un nouveau membre du conseil de tutelle ou d'un suppléant. Si l'élection n'a pas lieu sans retard inutile, le tribunal procède de la même manière conformément au § 472, paragraphe 1.

                          § 478

                          (1) Le Conseil de fondation se réunit au moins une fois par an ; elle est convoquée par son président, ou par le tuteur, sinon par tout membre du conseil de tutelle, ou par le tribunal sur proposition d'une personne qui justifie d'un intérêt sérieux dans la pupille, ou même sans proposition.

                          (2) Le conseil de tutelle invitera le pupille et le tuteur à la réunion.

                          (3) Il doit ressortir clairement du procès-verbal de la réunion du conseil de tutelle quand celle-ci s'est tenue, qui y a participé, quelles décisions ont été prises, qui a protesté et qui a rédigé le procès-verbal. Si le procès-verbal n'indique pas qui a voté pour la proposition et qui s'y est opposé, il est supposé que tous les membres du conseil de tutelle présents ont voté pour l'adoption de la proposition. Le procès-verbal est remis par le président du conseil de tutelle au tuteur et au tribunal qui a nommé le tuteur.

                          § 479

                          (1) Lors de sa réunion ordinaire, le conseil de tutelle discute du rapport du tuteur sur ses activités dans les affaires de la pupille, commente l'inventaire des biens de la pupille et le compte de sa gestion, ainsi que le compte de toute rémunération du tuteur pour la gestion des la propriété.

                          (2) Si le conseil de tutelle en décide ainsi, son membre autorisé à le faire par la résolution soumettra une proposition au tribunal pour modifier le montant de la rémunération du tuteur pour la gestion des biens de la pupille.

                          (3) Si le conseil de tutelle décide de le faire, son membre autorisé soumettra une proposition au tribunal pour annuler la tutelle ou pour révoquer le tuteur et le remplacer par une autre personne.

                          § 480
                          (1) Sans l'accord du conseil de tutelle, le tuteur ne peut décider

                          a) changement de résidence du service,

                          b) le placement du service dans une institution fermée ou un établissement similaire dans le cas où l'état de santé du service ne l'exige manifestement pas, ou

                          c) des interventions sur l'intégrité du service, s'il ne s'agit pas d'interventions sans conséquences graves.

                          (2) Sans le consentement du conseil de tutelle, le tuteur ne peut pas disposer des biens du pupille, s'ils sont

                          a) l'acquisition ou l'aliénation d'un bien dont la valeur dépasse le montant correspondant à cent fois le minimum vital d'un particulier selon une autre disposition légale,

                          b) l'acquisition ou l'aliénation de biens excédant le tiers des biens du pupille, à moins que ce tiers ne représente qu'une petite valeur, ou

                          c) acceptation ou fourniture d'un prêt, d'un crédit ou d'une garantie dans les valeurs spécifiées à la lettre a) ou b),

                          à moins que l'approbation du tribunal ne soit également requise pour ces décisions.

                          (3) Si c'est dans l'intérêt du pupille, le conseil de tutelle peut décider quelles autres décisions du tuteur concernant le pupille sont soumises à son approbation; ces résolutions ne peuvent restreindre le tuteur au-delà de ce qui est raisonnable dans les circonstances.

                          § 481

                          Un membre du conseil de tutelle qui n'a pas voté sa décision, le tuteur ou le pupille peut, dans les quinze jours de l'adoption de la décision, proposer au tribunal que la décision du conseil de tutelle soit annulée et remplacée par sa propre décision. Tant que le tribunal n'aura pas statué, la décision du conseil de tutelle n'aura pas d'effets juridiques.

                          § 482

                          (1) Si un conseil de tutelle ne peut être constitué en raison du manque d'intérêt d'un nombre suffisant de personnes énumérées au § 472 alinéa 1 ou pour d'autres raisons similaires, le tribunal peut, sur proposition de l'une de ces personnes, décider que les pouvoirs du Le conseil de tutelle sera exercé par une seule de ces personnes et décidera en même temps de sa nomination.

                          (2) Si le conseil de tutelle n'est pas élu et si la procédure selon le paragraphe 1 n'est pas possible, le tribunal approuve les mesures du tuteur des parties du quartier ou de ses biens à la place du conseil de tutelle.

                          § 483

                          (1) Si le tribunal ne l'a pas approuvé, le tuteur ne peut consentir à une modification du statut personnel du pupille.

                          (2) Si le tuteur gère les biens du pupille, il ne peut, sans le consentement du tribunal, à moins que le tribunal n'ait décidé de nouvelles restrictions,

                          a) obliger les pupilles à combler l'un des membres du conseil de tutelle ou une personne proche de ce membre,

                          b) acquérir des biens immobiliers ou une part de ceux-ci pour le pupille, ni aliéner ou grever les biens immobiliers du pupille ou une part de ceux-ci,

                          c) acquérir un fonds de commerce, une part dans un fond de commerce ou une part dans une personne morale pour le quartier, ni aliéner ou grever ce bien ; ceci ne s'applique pas s'il s'agit de l'acquisition de titres participatifs ou assimilés assurant un rendement sûr,

                          d) conclure au nom du pupille un contrat l'obligeant à des prestations continues ou répétées pendant une période de plus de trois ans,

                          e) refuser l'héritage ou toute autre prestation de la succession, ou

                          f) obliger le pupille à s'acquitter gratuitement d'une autre personne, à moins qu'il ne s'agisse d'un cadeau offert à une occasion habituelle conformément aux principes de décence dans une mesure raisonnable et que le pupille soit capable de jugement et ait exprimé son consentement au don.

                          (3) Sans égard aux dispositions du paragraphe 2, le tuteur ne peut, sauf autorisation du tribunal, disposer des biens du pupille, s'ils sont

                          a) l'acquisition ou l'aliénation d'un bien dont la valeur dépasse le montant correspondant à cinq cents fois le minimum vital d'un particulier selon une autre disposition légale,

                          b) l'acquisition ou l'aliénation de biens excédant la moitié des biens du pupille, à moins que cette moitié ne représente qu'une valeur insignifiante et ne soit pas une chose qui présente un intérêt particulier pour le pupille, ou

                          c) acceptation ou fourniture d'un prêt, d'un crédit ou d'une garantie dans les valeurs spécifiées aux lettres a) ou b).

                          (4) Avant de prendre une décision conformément aux paragraphes 1 à 3, le tribunal demande l'avis du conseil de tutelle. Si le conseil de tutelle n'informe pas le tribunal de son avis dans un délai raisonnable, le tribunal décidera seul.

                          § 484

                          (1) Une personne morale dont l'activité principale consiste à s'occuper de personnes handicapées et à protéger leurs intérêts a le droit de proposer la convocation d'une assemblée pour constituer un conseil de tutelle.

                          (2) Une personne morale dont l'activité principale consiste à prendre soin des personnes handicapées et à protéger leurs intérêts, qui opère de manière continue en République tchèque depuis au moins trois ans et est en contact régulier avec le service depuis au moins trois mois, a le droit d'être membre du conseil de tutelle ou de participer à sa réunion, une réunion pour établir un conseil de tutelle et proposer au tribunal d'annuler la décision du conseil de tutelle et de la remplacer par sa propre décision. Toutefois, si cette personne morale n'exerce pas ses droits conformément aux intérêts du pupille, le tribunal lui enlèvera ces droits sur proposition du pupille, du tuteur ou des membres du conseil de tutelle.

                          § 485Inventaire des biens et relevé d'administration

                          (1) Le tuteur qui gère les biens du quartier dresse un inventaire des biens administrés dans les deux mois de sa nomination et le remet au tribunal, au quartier et au conseil de tutelle.

                          (2) Pendant la durée de la tutelle, le tuteur dresse un compte de gestion des biens de chaque année au 30 juin, à moins qu'il ne soit convenu avec les membres du conseil de tutelle que le compte sera présenté plus tôt. S'il existe une raison importante à cela, le tuteur ou le conseil de tutelle peut proposer au tribunal que le tuteur soit obligé de dresser un compte extraordinaire. Le tuteur remet chaque facture au quartier, au conseil de tutelle et au tribunal.

                          (3) Le tuteur, dont la fonction prend fin, remet le compte final de l'administration des biens au tuteur, au conseil de tutelle et au tribunal, le cas échéant, ainsi qu'au tuteur ou commissaire judiciaire suivant nommé dans la procédure d'homologation. Si le tuteur décède, celui qui a ces documents et documents avec lui doit délivrer au tribunal qui l'a nommé les documents et autres documents relatifs au pupille et à ses affaires.

                          Section 3Tutelle d'une personne morale

                          § 486

                          (1) Le tribunal nomme un tuteur à une personne morale qui en a besoin pour gérer ses affaires ou défendre ses droits.

                          (2) Le tribunal ne peut désigner comme tuteur d'une personne morale qu'une personne remplissant les conditions fixées pour être membre d'un organe statutaire. Si le tuteur cesse de remplir ces conditions, il en avise le tribunal sans retard injustifié. Si le tribunal apprend que le tuteur ne remplit pas les conditions énoncées, il le remplacera sans retard excessif par un nouveau tuteur.

                          § 487

                          (1) Les dispositions sur les droits et obligations d'un membre d'un organe statutaire s'appliquent de la même manière aux droits et obligations d'un tuteur d'une personne morale. Les pouvoirs du tuteur sont adéquatement régis par les dispositions relatives aux pouvoirs de l'organe statutaire.

                          (2) Le tribunal ordonne au tuteur de s'efforcer avec un soin professionnel de rétablir correctement l'activité de l'organe statutaire de la personne morale ; si nécessaire, le tribunal définira plus précisément les pouvoirs du tuteur, en tenant compte des pouvoirs des autres organes de la personne morale, ainsi que des droits des partenaires.

                          § 488

                          Si l'acte juridique fondateur détermine qu'une certaine personne doit être nommée tuteur de la personne morale, le tribunal nomme une telle personne en tant que tuteur, si elle est qualifiée pour le faire et accepte la nomination.

                          TITRE IVLES CHOSES ET LEUR DISTRIBUTION

                          Partie 1dispositions générales

                          § 489

                          Une chose au sens juridique (ci-après dénommée « chose ») est tout ce qui est différent d'une personne et qui sert les besoins des personnes.

                          § 490

                          Une chose destinée à un usage général est un bien public.

                          § 491

                          (1) Le fruit est ce qu'une chose fournit régulièrement de sa nature naturelle, telle que donnée par sa destination habituelle et en proportion avec elle, soit avec ou sans l'intervention de l'homme.

                          (2) Les avantages sont ce que la chose fournit régulièrement de sa nature juridique.

                          § 492

                          (1) La valeur d'une chose, si elle peut être exprimée en argent, est son prix. Le prix de la chose est déterminé comme le prix habituel, à moins que quelque chose d'autre ne soit convenu ou déterminé par la loi.

                          (2) Le prix extraordinaire d'une chose est déterminé si sa valeur doit être remplacée, en tenant compte des conditions particulières ou de la popularité particulière causée par les propriétés accidentelles de la chose.

                          § 493

                          Le corps humain ou ses parties, bien que séparés du corps, ne sont pas des choses.

                          § 494

                          Un animal vivant a déjà une signification et une valeur particulières en tant que créature vivante douée de sens. Un animal vivant n'est pas une chose et les dispositions sur les choses ne s'appliquent mutatis mutandis à un animal vivant que dans la mesure où cela ne contredit pas sa nature.

                          § 495

                          La somme de tout ce qui appartient à une personne constitue sa propriété. La richesse d'une personne est la somme de ses actifs et de ses dettes.

                          Partie 2Division des choses

                          § 496Les choses tangibles et intangibles

                          (1) Une chose matérielle est une partie contrôlable du monde extérieur qui a la nature d'un objet séparé.

                          (2) Les biens incorporels sont des droits dont la nature le permet, et d'autres choses sans substance matérielle.

                          § 497Forces naturelles contrôlables

                          Pour les forces naturelles contrôlables qui sont traitées, les dispositions relatives aux choses matérielles s'appliquent en conséquence.

                          § 498Les biens meubles et immeubles

                          (1) Les biens immobiliers sont des terrains et des constructions souterraines ayant un objectif distinct, ainsi que des droits réels sur ceux-ci et des droits que la loi déclare comme biens immobiliers. Si une autre disposition légale stipule qu'une certaine chose ne fait pas partie du terrain, et si une telle chose ne peut être transférée d'un endroit à l'autre sans violer son essence, cette chose est également immeuble.

                          (2) Toutes les autres choses, que leur essence soit matérielle ou immatérielle, sont mobiles.

                          § 499Une chose remplaçable

                          Une chose meuble qui peut être remplacée par une autre chose de même nature est fongible; d'autres choses sont irremplaçables. En cas de doute, le dossier sera évalué selon les usages.

                          § 500Consommable

                          Une chose mobilière dont l'usage normal consiste en sa consommation, sa transformation ou son aliénation est consommable ; Les objets meubles qui appartiennent à un entrepôt ou à un autre groupe sont également consomptibles, si leur usage normal consiste dans le fait qu'ils sont vendus individuellement. D'autres choses ne sont pas consommables.

                          § 501Chose en vrac

                          Un ensemble de choses individuelles appartenant à une même personne, considérées comme un seul objet et portant à ce titre une désignation commune, est considérée comme un tout et constitue une chose collective.

                          § 502Usine commerciale

                          Une entreprise commerciale (ci-après dénommée "l'entreprise") est un ensemble organisé d'actifs créé par un entrepreneur et qui, à son gré, est utilisé pour faire fonctionner son entreprise. On considère que l'usine est constituée de tout ce qui sert habituellement à son fonctionnement.

                          § 503Bifurquer

                          (1) Une succursale est une partie de l'usine qui fait preuve d'indépendance économique et fonctionnelle et que l'entrepreneur a décidé d'être une succursale.

                          (2) Si la succursale est inscrite au registre du commerce, il s'agit d'une entreprise dérivée ; ceci s'applique également à un autre élément organisationnel, si une autre réglementation légale stipule qu'il doit être inscrit au registre du commerce. Le chef de l'usine dérivée est habilité à représenter l'entrepreneur dans toutes les questions relatives à l'usine dérivée à partir du jour où il a été enregistré en tant que chef de l'usine dérivée au registre du commerce.

                          § 504Secret d'affaires

                          Les secrets d'affaires consistent en des faits compétitivement significatifs, déterminables, précieux et normalement indisponibles dans les milieux d'affaires concernés, qui sont liés à l'usine et dont le propriétaire assure leur secret d'une manière appropriée dans son intérêt.

                          Partie 3Partie de la chose et accessoire de la chose

                          Une partie de la chose

                          § 505

                          Une partie d'une chose est tout ce qui lui appartient selon sa nature et qui ne peut être séparé de la chose sans pour autant dévaloriser la chose.

                          § 506

                          (1) Le terrain comprend l'espace au-dessus et au-dessous de la surface, les constructions érigées sur le terrain et les autres installations (ci-après dénommées "le bâtiment"), à l'exception des constructions temporaires, y compris ce qui est encastré dans le terrain ou fixé dans les murs.

                          (2) Si l'ouvrage souterrain n'est pas une chose immeuble, il fait partie du terrain, même s'il s'étend sous un autre terrain.

                          § 507

                          Une partie de la parcelle est la végétation qui y pousse.

                          § 508

                          (1) Une machine ou un autre appareil fixe (ci-après dénommé "la machine") ne fait pas partie d'un bien immeuble inscrit au registre public si, avec le consentement de son propriétaire, une réserve a été inscrite sur la même liste que la machine est pas sa propriété. La réservation sera supprimée si le propriétaire de l'objet immeuble ou une autre personne habilitée à le faire, selon l'inscription au registre public, prouve que le propriétaire de l'objet immeuble est devenu propriétaire de la machine.

                          (2) Si une telle machine doit être remplacée par une machine faisant partie d'un bien immobilier, une réserve peut être inscrite au registre public, à moins que la personne inscrite dans un ordre plus favorable ne s'y oppose. Toutefois, une personne dont le droit ne peut être restreint par l'enregistrement d'une réserve, ou une personne dont la demande a déjà été satisfaite, n'a pas le droit de s'y opposer ; à cette fin, une créance qui n'est pas encore échue peut également être satisfaite.

                          § 509

                          Les réseaux d'ingénierie, notamment les conduites d'eau, les égouts ou les conduites d'énergie ou autres, ne font pas partie de la parcelle. On considère que les réseaux d'ingénierie comprennent également les bâtiments et les équipements techniques qui leur sont liés de manière opérationnelle.

                          Accessoires choses

                          § 510

                          (1) Une chose accessoire est une chose secondaire du propriétaire par rapport à la chose principale, si le but de la chose secondaire est de l'utiliser en permanence avec la chose principale dans le cadre de leur objectif économique. Si la chose secondaire a été momentanément séparée de la chose principale, elle ne cesse pas d'être accessoire.

                          (2) Il est considéré que les actions en justice et les droits et obligations relatifs à l'essentiel s'appliquent également à ses accessoires.

                          § 511

                          S'il y a un doute sur le fait qu'une chose soit accessoire à la chose, le cas est évalué selon la coutume.

                          § 512

                          Si l'immeuble fait partie du terrain, les accessoires de l'immeuble du propriétaire sont accessoires au terrain, si leur destination est d'être utilisés en permanence avec l'immeuble ou le terrain dans le cadre de leur destination économique.

                          § 513

                          Les accessoires de la créance comprennent les intérêts, les intérêts de retard et les frais liés à son application.

                          Partie 4Titres

                          Section 1Conditions générales

                          § 514

                          Une sûreté est un document auquel le droit est lié de telle manière que, après l'émission de la sûreté, il ne peut être exercé ou transféré sans ce document.

                          § 515

                          Si l'émetteur n'a pas émis un titre en tant que type avec les exigences spécialement réglementées par la loi, l'acte doit préciser au moins le droit attaché au titre et les informations sur l'émetteur par référence aux conditions d'émission.

                          § 516Titres fongibles

                          (1) Les titres de même nature émis par le même émetteur sous la même forme, dont découlent les mêmes droits, sont fongibles.

                          (2) La signature de l'émetteur sur un titre fongible peut être remplacée par son empreinte, si le document est simultanément protégé contre la falsification ou l'altération.

                          § 517

                          RÈGLEMENT (UE) N° 524/2013 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

                          du 21 mai 2013

                          relatif à la résolution des litiges de consommation en ligne et modifiant le règlement (CE) n° 2006/2004 et la directive 2009/22/CE (Règlement relatif à la résolution des litiges de consommation en ligne)

                          LE PARLEMENT EUROPÉEN ET LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE,

                          en ce qui concerne le traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, et notamment l'article 114 de ce traité,

                          en ce qui concerne la proposition de la Commission européenne,

                          après renvoi du projet d'acte législatif aux parlements nationaux,

                          vu l'avis du Comité économique et social européen (1),

                          conformément à la procédure législative en vigueur (2),

                          pour les raisons suivantes :

                          (1)

                          À l'article 169, paragraphe 1, et à l'article 169, paragraphe 2, lettre a) Le Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (ci-après dénommé « Traité sur le fonctionnement de l'UE ») stipule que l'Union contribue à assurer un niveau élevé de protection des consommateurs par des mesures adoptées en vertu de l'article 114 du Traité. sur le fonctionnement de l'UE. L'article 38 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne stipule qu'un niveau élevé de protection des consommateurs est assuré dans les politiques de l'Union.

                          (2)

                          Conformément à l'article 26, paragraphe 2, du traité sur le fonctionnement de l'UE, le marché intérieur comprend un espace sans frontières intérieures dans lequel la libre circulation des biens et des services est assurée. Pour que les consommateurs aient confiance dans la dimension numérique du marché intérieur et en profitent, il est essentiel qu'ils aient accès à des moyens simples, efficaces, rapides et peu coûteux pour résoudre les litiges découlant de la vente de biens ou de la fourniture de services en ligne. . Ceci est particulièrement important dans les cas où les consommateurs font leurs achats à l’étranger.

                          (3)

                           

                          (4)

                          La fragmentation du marché intérieur entrave les efforts visant à accroître la compétitivité et la croissance. En outre, la disponibilité et la qualité inégales de moyens simples, efficaces, rapides et peu coûteux pour résoudre les litiges découlant de la vente de biens ou de la prestation de services dans l'Union, ainsi que la connaissance différente de ces moyens, constituent un obstacle au marché intérieur qui porte atteinte à la confiance des consommateurs et des commerçants dans les achats et ventes transfrontaliers.

                          (5)

                          Dans ses conclusions des réunions des 24 et 25 mars 2011 et du 23 octobre 2011, le Conseil européen a invité le Parlement européen et le Conseil à adopter d'ici la fin 2012 la première série de mesures prioritaires, qui doivent représenter un nouvel élan pour le marché unique.

                          (6)

                          Le marché intérieur est une réalité quotidienne pour les consommateurs lorsqu'ils voyagent, font leurs achats et effectuent leurs paiements. Les consommateurs sont des acteurs clés du marché intérieur et devraient donc en être au cœur. La dimension numérique du marché intérieur devient cruciale pour les consommateurs et les commerçants. Les consommateurs achètent de plus en plus en ligne et de plus en plus de commerçants vendent en ligne. Les consommateurs et les commerçants doivent pouvoir effectuer des transactions en ligne en toute confiance. Il est donc essentiel de supprimer les barrières existantes et de promouvoir la confiance des consommateurs. La disponibilité d’un règlement des litiges en ligne fiable et efficace contribuerait grandement à atteindre cet objectif.

                          (7)

                          L’accès à un règlement des litiges simple et peu coûteux peut renforcer la confiance des consommateurs et des commerçants dans le marché unique numérique. Toutefois, les consommateurs et les commerçants se heurtent encore à des obstacles lorsqu'ils recherchent une résolution extrajudiciaire, notamment dans le cas de litiges liés à des transactions transfrontalières effectuées en ligne. Ces différends restent donc souvent sans solution à l’heure actuelle.

                          (8)

                          Le règlement des litiges en ligne offre une résolution extrajudiciaire simple, efficace, rapide et peu coûteuse des litiges liés aux transactions effectuées en ligne. Cependant, il manque actuellement des mécanismes permettant aux consommateurs et aux commerçants de résoudre ces litiges par des moyens électroniques ; cette situation se fait au détriment des consommateurs, constitue un obstacle notamment pour les transactions transfrontalières effectuées en ligne, crée des conditions inégales pour les commerçants et nuit ainsi au développement global du commerce en ligne.

                          (9)

                          Le présent règlement devrait s'appliquer au règlement extrajudiciaire des litiges initiés par des consommateurs résidant dans l'Union contre des professionnels établis dans l'Union couverts par la directive 2013/11/UE du Parlement européen et du Conseil du 21 mai 2013 relative aux modes alternatifs de règlement des litiges. résolution pour les consommateurs (directive sur la résolution alternative des litiges de consommation) (3).

                          (10)

                          Afin de garantir que la plateforme de règlement en ligne des litiges puisse également être utilisée pour des procédures alternatives de règlement des litiges permettant aux professionnels de déposer des plaintes contre les consommateurs, le présent règlement devrait également couvrir la résolution extrajudiciaire des litiges initiés par les professionnels et dirigés contre les consommateurs, lorsque les entités de règlement alternatif des litiges répertoriées conformément à l'article 20, paragraphe 2, de la directive 2013/11/UE proposent des procédures alternatives de règlement des litiges pertinentes. L'application du présent règlement à de tels litiges ne devrait pas obliger les États membres à garantir que les entités de REL proposent de telles procédures.

                          (11)

                           

                          (12)

                          Le présent règlement devrait être sans préjudice de la directive 2008/52/CE du Parlement européen et du Conseil du 21 mai 2008 sur certains aspects de la médiation en matière civile et commerciale. (4).

                          (13)

                          La définition du « consommateur » devrait inclure les personnes physiques agissant en dehors du cadre de leur activité commerciale, commerciale ou professionnelle. Toutefois, si le contrat est conclu dans un but qui entre en partie dans le cadre et en partie en dehors du cadre de l'activité commerciale de la personne (contrats à double objet) et que le but commercial de cette activité est si marginal qu'il ne prévaut pas dans le contexte global de la transaction en question, cette personne doit également être considérée comme un consommateur.

                          (14)

                          La définition du "contrat d'achat en ligne ou contrat de service en ligne" devrait inclure un contrat d'achat ou un contrat de service dans lequel le professionnel ou son intermédiaire a proposé des biens ou des services par l'intermédiaire d'un site Internet ou d'autres moyens électroniques et où le consommateur a acheté ces biens ou commandé des services sur ce site. site ou par tout autre moyen électronique. Cela devrait également s'appliquer aux cas dans lesquels le consommateur a accédé à un site Internet ou à un autre service de la société de l'information via un appareil électronique mobile, tel qu'un téléphone mobile.

                          (15)

                          Le présent règlement ne devrait pas s'appliquer aux litiges entre consommateurs et professionnels découlant de contrats de vente ou de prestations de services conclus hors ligne, ni aux litiges entre professionnels.

                          (16)

                          Ce règlement doit être lu conjointement avec la directive 2013/11/UE, qui impose aux États membres de veiller à ce que, dans tous les litiges entre des consommateurs résidant dans l'Union et des professionnels établis dans l'Union, découlant de la vente de biens ou de la prestation de services de ces litiges à l'objet d'un mode alternatif de règlement des litiges.

                          (17)

                          Avant que les consommateurs ne soumettent leur plainte à une entité de REL via une plateforme de règlement des litiges en ligne, les États membres devraient les encourager à contacter les professionnels par tous les moyens appropriés en vue de résoudre le litige à l'amiable.

                          (18)

                          L'objectif de ce règlement est de créer une plateforme de résolution des litiges en ligne au niveau de l'Union. La plateforme de règlement des litiges en ligne devrait prendre la forme d'un site Internet interactif offrant un point de contact unique aux consommateurs et aux professionnels souhaitant résoudre à l'amiable les litiges liés aux transactions en ligne. La plateforme de règlement en ligne des litiges devrait fournir des informations générales sur la résolution extrajudiciaire des litiges contractuels entre professionnels et consommateurs qui surviennent dans le cadre de contrats d'achat ou de contrats de prestation de services conclus en ligne. Il devrait permettre aux consommateurs et aux professionnels de déposer une réclamation en remplissant un formulaire de réclamation électronique disponible dans toutes les langues officielles des institutions de l'Union et en joignant les documents y afférents. Elle devra transmettre ces réclamations à l’organisme de règlement alternatif des litiges chargé de résoudre le litige en question. La plateforme de règlement des litiges en ligne devrait proposer gratuitement un outil électronique de gestion des dossiers permettant aux entités de REL de mener le processus de règlement des litiges avec les parties via la plateforme de règlement des litiges en ligne. Les entités de REL ne devraient pas être tenues d’utiliser l’outil électronique de gestion des dossiers.

                          (19)

                          La Commission devrait être responsable du développement, de l'exploitation et de la maintenance de la plateforme de règlement des litiges en ligne et fournir tout l'équipement technique nécessaire au fonctionnement de la plateforme. La plateforme de règlement en ligne des litiges devrait offrir une fonction de traduction électronique qui permet aux parties au litige et à l'entité de REL d'accéder aux informations échangées via la plateforme de règlement en ligne des litiges et nécessaires à la résolution du litige, éventuellement également sous forme traduite. Cette fonction devrait être capable de gérer toutes les traductions nécessaires et éventuellement être complétée par des services de traduction. La Commission devrait également fournir aux plaignants des informations sur la possibilité de demander de l'aide auprès des points de contact pour le règlement en ligne des litiges au sein de la plateforme de règlement en ligne des litiges.

                          (20)

                          La plateforme de règlement des litiges en ligne devrait garantir l'échange sécurisé de données avec les entités de REL et respecter les principes de base du cadre d'interopérabilité européen adopté conformément à la décision 2004/387/CE du Parlement européen et du Conseil du 21 avril 2004 relative à la disposition d'interopérabilité. de services paneuropéens d’e-gouvernement (eGovernment) destinés aux administrations publiques, aux entreprises et aux citoyens (IDABC) (5).

                          (21)

                          La plateforme de règlement en ligne des litiges devrait être accessible notamment via le portail "L'Europe est à vous" établi conformément à l'annexe II de la décision 2004/387/CE, qui permet d'accéder à des informations paneuropéennes et multilingues et à des services interactifs fournis aux entreprises et aux citoyens dans l'Union sans rien faire. La plateforme de règlement des litiges en ligne devrait être affichée bien en évidence sur le portail "L'Europe est à vous".

                          (22)

                           

                          (23)

                          En enregistrant toutes les entités de REL énumérées au titre de l'article 20, paragraphe 2, de la directive 2013/11/UE au sein de la plateforme de règlement en ligne des litiges, il convient de permettre une couverture complète des systèmes de règlement extrajudiciaire des litiges en ligne dans le cadre des contrats d'achat ou des contrats de vente. la prestation de services conclue en ligne.

                          (24)

                           

                          (25)

                          Des points de contact pour le règlement des litiges en ligne, comprenant au moins deux conseillers en matière de règlement des litiges en ligne, devraient être désignés dans chaque État membre. Les points de contact pour le règlement des litiges en ligne devraient aider les parties à un litige soumis via une plateforme de règlement des litiges en ligne sans avoir à traduire les documents liés au litige. Les États membres devraient pouvoir transférer la responsabilité des points de contact pour le règlement des litiges en ligne à leurs centres impliqués dans le réseau des Centres européens des consommateurs. Les États membres devraient utiliser cette option pour permettre aux points de contact de règlement des litiges en ligne de bénéficier pleinement de l'expérience des centres opérant dans le réseau des Centres européens des consommateurs en matière de résolution des litiges entre consommateurs et professionnels. La Commission devrait établir un réseau de points de contact pour le règlement en ligne des litiges afin de faciliter leur coopération et leurs activités et, en coopération avec les États membres, garantir une formation adéquate aux points de contact pour le règlement en ligne des litiges.

                          (26)

                          Le droit à un recours effectif et à un procès équitable sont des droits fondamentaux énoncés à l'article 47 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne. Le règlement des litiges en ligne n’a pas pour objectif et ne peut pas remplacer les procédures judiciaires, et ne doit pas non plus priver les consommateurs ou les commerçants de leur droit de demander réparation devant les tribunaux. Le présent règlement ne devrait donc pas empêcher les justiciables d'exercer leur droit d'accès à la justice.

                          (27)

                          Le traitement des informations au titre du présent règlement devrait être soumis à de strictes garanties de confidentialité et devrait être conforme aux règles de protection des données à caractère personnel énoncées dans la directive 95/46/CE du Parlement européen et du Conseil du 24 octobre 1995. relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données (6) et dans le Règlement (CE) n° 45/2001 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2000 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement de données à caractère personnel par les organes et institutions communautaires et à la libre circulation de ces données. (7). Ces règles devraient s'appliquer au traitement des données à caractère personnel effectué en vertu du présent règlement par les différents acteurs de la plateforme, qu'ils agissent seuls ou conjointement avec d'autres acteurs de la plateforme.

                          (28)

                          Les personnes concernées doivent être informées du traitement de leurs données personnelles dans le cadre de la plateforme de règlement des litiges en ligne, à laquelle elles doivent exprimer leur consentement, et de leurs droits liés audit traitement, notamment par le biais d'une note récapitulative sur la protection des données personnelles. publié par la Commission, dans lequel clarifiera dans un langage clair et compréhensible les différents traitements effectués sous la responsabilité des différents acteurs de la plateforme, conformément aux articles 11 et 12 du règlement (CE) n° 45/2001 et aux législation nationale adoptée conformément aux articles 10 et 11 de la directive 95/46/CE.

                          (29)

                          Le présent règlement ne devrait pas porter atteinte aux dispositions en matière de confidentialité contenues dans la législation nationale en matière de REL.

                          (30)

                          Afin de garantir que les consommateurs soient largement informés de l'existence d'une plateforme de règlement des litiges en ligne, les professionnels établis dans l'Union qui sont parties à des contrats de vente ou de service en ligne devraient fournir un lien électronique vers cette plateforme sur leur site internet. Les commerçants doivent également fournir leur adresse e-mail, qui sert de premier point de contact pour les consommateurs. Une proportion importante des contrats de vente et de fourniture de biens conclus en ligne sont conclus via des places de marché Internet qui permettent ou facilitent les transactions entre consommateurs et commerçants effectuées en ligne. Ces marchés Internet sont des plateformes en ligne qui permettent aux commerçants de mettre leurs biens ou services à la disposition des consommateurs. Ces places de marché en ligne devraient donc avoir la même obligation de fournir un lien électronique vers la plateforme de règlement en ligne des litiges. Cette obligation devrait être sans préjudice de l'article 13 de la directive 2013/11/UE concernant l'information par les professionnels des consommateurs sur les procédures alternatives de règlement des litiges applicables auxdits professionnels et s'ils se sont engagés à recourir à des procédures alternatives de règlement des litiges pour résoudre les litiges avec les consommateurs ou pas. En outre, cette obligation ne devrait pas affecter l'article 6, paragraphe 1, lettre t) et article 8 de la directive 2011/83/UE du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2011 relative aux droits des consommateurs (8). À l'article 6, paragraphe 1, lettre t) La directive 2011/83/UE prévoit que dans le cas de contrats de consommation conclus à distance ou hors établissement, le consommateur doit être informé par le professionnel de la possibilité de recourir au mécanisme de règlement extrajudiciaire des réclamations et les recours qui s'appliquent au commerçant et les moyens d'y accéder. Pour la même raison concernant la sensibilisation des consommateurs, les États membres devraient encourager les associations de consommateurs et les associations de commerçants à fournir un lien électronique vers le site Internet de la plateforme de règlement en ligne des litiges.

                          (31)

                          Afin de garantir que les critères selon lesquels les entités de REL définissent l'étendue de leur compétence sont pris en compte, le pouvoir d'adopter des actes conformément à l'article 290 du TFUE devrait être délégué à la Commission en ce qui concerne la précision des informations à fournir. par le plaignant dans le formulaire électronique de réclamation, disponible sur la plateforme de règlement des litiges en ligne. Il est particulièrement important que la Commission mène des consultations appropriées au cours de ses travaux préparatoires, y compris des consultations au niveau des experts. Lors de la préparation et de l'élaboration des actes délégués, la Commission devrait veiller à ce que les documents pertinents soient transmis simultanément, en temps utile et de manière appropriée, au Parlement européen et au Conseil.

                          (32)

                          Afin de garantir des conditions uniformes de mise en œuvre du présent règlement, il convient de conférer des compétences d'exécution à la Commission en ce qui concerne le fonctionnement de la plateforme de règlement des litiges en ligne, les méthodes de dépôt des plaintes et la coopération avec le réseau de points de contact pour les litiges en ligne. résolution. Ces pouvoirs devraient être exercés conformément au règlement (UE) n° 182/2011 du Parlement européen et du Conseil du 16 février 2011 établissant les règles et principes généraux relatifs au contrôle par les États membres de la Commission dans l'exercice des compétences d'exécution. (9). Une procédure consultative devrait être utilisée pour l'adoption d'actes d'exécution concernant le formulaire de plainte électronique, car il s'agit d'une question purement technique. Une procédure de réexamen devrait être utilisée pour adopter des règles sur la manière dont les conseillers du réseau de points de contact pour le règlement en ligne des litiges peuvent travailler ensemble.

                          (33)

                           

                          (34)

                          Étant donné que l'objectif du présent règlement, à savoir établir une plateforme européenne de règlement des litiges en ligne régie par des règles communes, ne peut être atteint de manière satisfaisante au niveau des États membres et peut donc, en raison de la portée et des effets du présent règlement, être mieux réalisé au niveau de l'Union. , l'Union peut prendre des mesures conformément au principe de subsidiarité établi à l'article 5 du traité sur l'Union européenne. Conformément au principe de proportionnalité énoncé audit article, le présent règlement n’excède pas ce qui est nécessaire pour atteindre cet objectif.

                          (35)

                          Le présent règlement respecte les droits fondamentaux et respecte les principes reconnus notamment par la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, et notamment les articles 7, 8, 38 et 47 de ladite Charte.

                          (36)

                          Le Contrôleur européen de la protection des données a été consulté conformément à l'article 28, paragraphe 2, du règlement (CE) n° 45/2001 et a adopté un avis le 12 janvier 2012. (10),

                          -

                          DIRECTIVE 2009/22/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 23 avril 2009 relative aux mesures injonctions dans le domaine de la protection des consommateurs (texte codifié) (Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE) LE PARLEMENT EUROPÉEN ET LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE, vu le traité instituant la Communauté européenne, et notamment l'article 95 de ce traité, vu la proposition de la Commission, vu l'avis du Comité économique et social européen (1), conformément à la procédure prévue prévue à l'article 251 du traité (2), compte tenu des raisons suivantes: ( 1) Directive 98/27/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 mai 1998 relative aux mesures d'injonction dans le domaine de la protection des consommateurs (3) a été modifiée de manière substantielle à plusieurs reprises (4). Dans un souci de compréhensibilité et de clarté, ladite directive devrait être codifiée. (2) Certaines directives énumérées à l'annexe I de la présente directive fixent des règles relatives à la protection des intérêts des consommateurs. (3) Les mécanismes existants, tant au niveau national que communautaire, qui garantissent le respect de ces directives, ne permettent pas toujours d'éliminer en temps utile les violations des réglementations portant atteinte aux intérêts collectifs des consommateurs.

                          Les intérêts collectifs représentent des intérêts qui ne sont pas simplement l’accumulation d’intérêts d’individus qui ont été lésés par la violation des réglementations.

                          Ceci sans préjudice des requêtes distinctes présentées par des personnes qui ont été lésées par la violation. (4) En ce qui concerne l'objectif de prévenir des pratiques contraires au droit national applicable, si ces pratiques se manifestent dans un État membre autre que celui dont elles sont originaires, l'efficacité des mesures nationales mettant en œuvre lesdites directives, y compris les mesures de protection allant au-delà requis par les présentes lignes directrices et qui sont compatibles avec le Traité et autorisés en vertu desdites lignes directrices. (5) Ces difficultés peuvent perturber le bon fonctionnement du marché intérieur dans la mesure où il suffit de déplacer la source de la pratique illégale vers un autre État pour la mettre hors de portée de toute application du droit.

                          Cela provoque une distorsion de la concurrence. (6) Les difficultés susmentionnées peuvent réduire la confiance des consommateurs dans le marché intérieur et limiter le champ d'activité des organisations de consommateurs qui représentent les intérêts collectifs des consommateurs ou des organismes publics indépendants chargés de protéger les intérêts collectifs des consommateurs si ces intérêts sont compromis. touchés par des pratiques contraires au droit communautaire. (7) De telles pratiques traversent souvent les frontières entre les États membres.

                          Il est donc urgent de rapprocher dans une certaine mesure les réglementations nationales relatives à la prévention de telles pratiques illégales, quel que soit l'État membre dans lequel elles se produisent. En matière de compétence, les règles du droit international privé restent inchangées, ainsi que les accords valables entre États membres, tandis que les obligations générales des États membres découlant du traité, notamment les obligations liées au bon fonctionnement du marché intérieur, doivent être observé. (8) Les objectifs de la mesure spécifiée ne peuvent être atteints que par l'intermédiaire de la Communauté. La communauté est donc obligée d'agir. (9) Conformément à l'article 5, troisième alinéa, du traité, la Communauté ne peut aller au-delà de ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs du traité. Sur la base de l'article mentionné, les particularités des systèmes juridiques nationaux doivent être prises en compte autant que possible, afin que les États membres aient la possibilité de choisir entre différentes variantes ayant le même effet. Les tribunaux ou les autorités administratives compétentes pour mener des procédures au sens de la présente directive devraient être habilités à contrôler les effets des décisions antérieures. (10) Une option devrait consister en une exigence selon laquelle une ou plusieurs entités indépendantes de droit public chargées exclusivement de la protection des intérêts collectifs des consommateurs exerceraient le droit d'agir établi par la présente directive. Une autre option serait de garantir que ces entités, dont l'objectif est de protéger les intérêts collectifs des consommateurs, exercent ces droits conformément aux critères du droit national. (11) Les États membres devraient pouvoir opter pour

                          Résiliez le contrat dans les 14 jours, comme vous en avez l'habitude en cas d'achat ASIC mineurs, ou autres équipements miniers pour toute cryptomonnaie, ou ses composants essentiels, ou la fourniture, la sécurité, la réservation de ces services d'équipement, ou le retrait de ces équipements et de ses composants et de leurs services sur la base des dispositions de l'article 1829, paragraphe 1, en conjonction avec les dispositions de l'article 1818 de la loi n° 29/2012 Coll. n'est pas possible en raison de la loi n° 89/2012 Coll. -Code civil article 1837, qu'il s'agit d'un service et d'un produit dont le prix dépend des fluctuations du marché financier, indépendamment de la volonté du vendeur.

                          RÈGLEMENT (CE) N° 2006/2004 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

                          du 27 octobre 2004

                          sur la coopération entre les autorités nationales chargées de l'application des lois relatives à la protection des intérêts des consommateurs ("règlement sur la coopération dans le domaine de la protection des consommateurs")

                          (Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)

                          LE PARLEMENT EUROPÉEN ET LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE,

                          vu le traité instituant la Communauté européenne, et notamment son article 95,

                          vu la proposition de la Commission,

                          vu l'avis du Comité économique et social européen (1),

                          après consultation du Comité des régions,

                          conformément à la procédure prévue à l'article 251 du traité (2),

                          pour les raisons suivantes :

                          (1)

                          Résolution du Conseil du 8 juillet 1996 relative à la coopération entre autorités administratives dans l'application de la législation relative au marché intérieur (3) a confirmé la nécessité d'efforts soutenus pour approfondir la coopération entre les autorités administratives et a invité les États membres et la Commission à examiner en priorité la possibilité de renforcer la coopération administrative en matière répressive.

                          (2)

                          Les règles nationales d'application existantes des lois sur la protection des consommateurs ne sont pas adaptées aux besoins des services répressifs au sein du marché intérieur et une coopération efficace et efficiente en matière répressive n'est actuellement pas possible dans ces cas. Ces difficultés créent des obstacles à la coopération des autorités publiques répressives pour détecter et enquêter sur les cas de violations des lois protégeant les intérêts des consommateurs au sein de la Communauté et pour parvenir à mettre fin ou à interdire ces violations. L'absence d'application effective des règles dans les affaires transfrontalières permet aux vendeurs et aux fournisseurs d'éviter les tentatives d'exécution en délocalisant leurs activités commerciales au sein de la Communauté. Cela crée une distorsion de concurrence avec les vendeurs et fournisseurs locaux ou transfrontaliers qui respectent la loi. Les difficultés rencontrées pour faire respecter les règles dans les affaires transfrontalières sapent également la confiance des consommateurs dans le recours aux offres transfrontalières et donc leur confiance dans le marché intérieur.

                          (3)

                          Il convient donc de faciliter la coopération des autorités publiques chargées de faire respecter les lois protégeant les intérêts des consommateurs lorsqu'elles traitent des cas de violation de celles-ci au sein de la Communauté et de contribuer au bon fonctionnement du marché intérieur, à la qualité et à la cohérence du respect des les lois protégeant les intérêts des consommateurs et surveillant la protection des intérêts économiques des consommateurs.

                          (4)

                          La législation communautaire contient des réseaux de coopération répressive qui protègent les consommateurs au-delà de leurs intérêts économiques, notamment en ce qui concerne leur santé. Il devrait y avoir un échange de bonnes pratiques entre les réseaux établis par le présent règlement et les autres réseaux répertoriés.

                          (5)

                          La portée des dispositions de coopération mutuelle contenues dans le présent règlement devrait être limitée aux infractions à la législation communautaire en matière de protection des consommateurs qui se produisent au sein de la Communauté. L'efficacité avec laquelle les infractions sont poursuivies au niveau national devrait garantir l'absence de discrimination entre les transactions nationales et intracommunautaires. Le présent règlement n'affecte pas la compétence de la Commission en matière de violations du droit communautaire par les États membres et ne confère pas non plus à la Commission le pouvoir de mettre fin aux actes illégaux intracommunautaires tels que définis dans le présent règlement.

                          (6)

                          La protection des consommateurs contre les infractions intracommunautaires nécessite la création d'un réseau d'autorités publiques répressives dans toute la Communauté et ces autorités doivent disposer de pouvoirs minimaux communs d'enquête et d'exécution afin d'appliquer efficacement le présent règlement et de dissuader les vendeurs ou les fournisseurs de commettre des infractions intracommunautaires. .

                          (7)

                          Afin de garantir le bon fonctionnement du marché intérieur et la protection des consommateurs, il est essentiel que les autorités compétentes puissent coopérer librement et sur la base de la réciprocité dans l'échange d'informations, la détection et l'enquête sur les actes illégaux au sein de la Communauté et à prendre des mesures pour mettre fin ou interdire de tels actes illégaux.

                          (8)

                          Les autorités compétentes devraient également, le cas échéant, utiliser d'autres pouvoirs ou mesures conférés au niveau national, y compris le pouvoir d'ouvrir immédiatement une enquête ou de soumettre l'affaire à des poursuites pénales, afin de mettre fin ou d'interdire un comportement illégal au sein de la Communauté, éventuellement sur la base d'une demande d'entraide.

                          (9)

                          Les informations échangées entre les autorités compétentes devraient être soumises aux garanties les plus strictes en matière de confidentialité et de secret professionnel afin d'éviter de compromettre les enquêtes ou de nuire injustement à la réputation des vendeurs ou des fournisseurs. Dans le cadre de ce règlement, la directive 95/46/CE du Parlement européen et du Conseil du 24 octobre 1995 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données doit être appliquée. (4) et Règlement (CE) n° 45/2001 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2000 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement de données à caractère personnel par les organes et institutions communautaires et à la libre circulation de ces données. (5).

                          (10)

                          Les défis existants en matière d'application de la loi dépassent les frontières de l'Union européenne et les intérêts des consommateurs communautaires doivent être protégés contre les commerçants malhonnêtes basés dans des pays tiers. Il est donc nécessaire de négocier avec les pays tiers des accords internationaux d'assistance mutuelle pour faire respecter les lois visant à protéger les intérêts des consommateurs. Ces accords internationaux devraient être négociés au niveau communautaire dans le cadre du présent règlement afin de garantir une protection optimale des consommateurs communautaires et le bon fonctionnement de la coopération répressive avec les pays tiers.

                          (11)

                          Il convient, au niveau communautaire, de coordonner les activités des États membres dans le domaine de l'application de la loi en cas d'actes illégaux au sein de la Communauté afin d'améliorer l'application du présent règlement et d'accroître le niveau et la cohérence de l'application de la loi.

                          (12)

                          Il convient, au niveau communautaire, de coordonner la coopération administrative des États membres dans les domaines ayant une dimension communautaire afin d'améliorer l'application des lois visant à protéger les intérêts du consommateur. Cette coordination a déjà été démontrée dans la création du réseau extrajudiciaire européen.

                          (13)

                          Si la coopération des États membres dans le cadre du présent règlement nécessite un soutien financier communautaire, la décision d'accorder ce soutien est prise conformément aux procédures fixées dans la décision n° 20/2004/CE du Parlement européen et du Parlement européen. Conseil du 8 décembre 2003 relatif à la création d'un cadre général pour le financement des mesures communautaires de soutien à la politique de protection des consommateurs pour la période 2004-2007 (6), et notamment dans les actions 5 et 10 figurant en annexe à ladite décision et aux décisions futures.

                          (14)

                          Les organisations de consommateurs ont un rôle important à jouer dans l'information et l'éducation des consommateurs et dans la protection de leurs intérêts, y compris dans le règlement des litiges, et devraient être encouragées à coopérer avec les autorités compétentes afin d'améliorer l'application du présent règlement.

                          (15)

                          Les mesures nécessaires à la mise en œuvre du présent règlement devraient être arrêtées conformément à la décision 1999/468/CE du Conseil du 28 juin 1999 relative aux modalités de l'exercice des compétences d'exécution conférées à la Commission. (7).

                          (16)

                          Un contrôle efficace de l'application du présent règlement et de l'efficacité de la protection des consommateurs nécessite des rapports réguliers de la part des États membres.

                          (17)

                           

                          (18)

                          Étant donné que l'objectif du présent règlement, à savoir la coopération entre les autorités répressives nationales pour la protection des intérêts des consommateurs, ne peut être atteint de manière satisfaisante par les États membres et peut donc être mieux réalisé au niveau communautaire, la Communauté peut adopter des mesures conformément au principe de subsidiarité prévue à l'article 5 du traité. Conformément au principe de proportionnalité énoncé audit article, le présent règlement n'excède pas ce qui est nécessaire pour atteindre cet objectif,

                          ONT ADOPTÉ CE RÈGLEMENT :

                          CHAPITRE I

                          DISPOSITIONS INTRODUCTIVES

                          Article 1

                          Cible

                          Le présent règlement établit les conditions dans lesquelles les autorités des États membres désignées comme compétentes pour faire respecter les lois relatives à la protection des intérêts des consommateurs coopèrent entre elles et avec la Commission dans le but d'assurer le respect de ces lois et le bon fonctionnement des marché intérieur et dans le but de renforcer la protection des intérêts économiques des consommateurs.

                          Article 2

                          Portée

                          1. Les dispositions des chapitres II et III relatives à l'assistance mutuelle s'appliquent aux actions illégales à l'intérieur de la Communauté.

                          2. Le présent règlement n'affecte pas les règles communautaires de droit international privé, notamment les règles de compétence et de droit applicable.

                          3. Le présent règlement n'affecte pas l'application des mesures relatives à la coopération judiciaire en matière pénale et civile dans les États membres, et notamment le fonctionnement du réseau judiciaire européen.

                          4. Le présent règlement est sans préjudice du respect de toute autre obligation d'entraide dans le domaine de la protection des intérêts économiques collectifs des consommateurs, y compris l'assistance en matière pénale, découlant d'autres actes juridiques, y compris des traités bilatéraux ou multilatéraux, par le États membres.

                          5. Le présent règlement n'affecte pas la directive 98/27/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 mai 1998 relative aux injonctions dans le domaine de la protection des consommateurs. (9).

                          6. Le présent règlement est sans préjudice du droit communautaire relatif au marché intérieur, notamment des réglementations relatives à la libre circulation des biens et des services.

                          7. Le droit communautaire relatif à la radiodiffusion télévisuelle n'est pas affecté par ce règlement.

                          Article 3

                          Définition

                          Aux fins du présent règlement, on entend par :

                          a)

                          "lois protégeant les intérêts des consommateurs", la directive telle que transposée dans le droit national des États membres et le règlement figurant en annexe ;

                          b)

                          « acte répréhensible au sein de la Communauté » tout acte ou omission contraire aux lois relatives à la protection des intérêts des consommateurs au sens de la lettre a) et qui porte atteinte ou peut porter atteinte aux intérêts communs des consommateurs résidant dans un ou plusieurs États membres autres que l'État membre dans lequel ledit acte ou omission a pris naissance ou s'est produit ; ou dans lequel le vendeur ou fournisseur responsable est établi ; ou dans lequel se trouvent des preuves ou des actifs relatifs à cet acte ou omission ;

                          c)

                          « autorité compétente » désigne toute autorité publique établie au niveau national, régional ou local spécifiquement autorisée à faire respecter les lois sur la protection des consommateurs ;

                          d)

                          "bureau central de liaison": une autorité publique dans chaque État membre désignée comme compétente pour coordonner l'application du présent règlement dans cet État membre;

                          e)

                          « agent compétent » désigne un agent de l'autorité désigné comme compétent pour l'application du présent règlement ;

                          f)

                          « autorité requérante » : l'autorité compétente qui présente une demande d'entraide ;

                          g)

                          « autorité requise » : l'autorité compétente qui reçoit une demande d'entraide ;

                          h)

                          « vendeur ou fournisseur » une personne physique ou morale qui, au sens des lois sur la protection des consommateurs, agit dans le but d'exploiter son activité commerciale, commerciale ou artisanale ou d'exercer une profession libérale ;

                          i)

                          « activité de surveillance du marché » : l'activité d'une autorité compétente visant à établir si un acte illégal a eu lieu au sein de la Communauté et dans le cadre de sa juridiction locale ;

                          j)

                          « réclamation du consommateur » désigne une déclaration raisonnablement étayée selon laquelle le vendeur ou le fournisseur a violé ou pourrait violer les lois sur la protection des consommateurs ;

                          k)

                          « intérêts communs des consommateurs » les intérêts de plusieurs consommateurs qui sont ou peuvent être lésés par un acte illégal.

                          Č

                          À Prague le 1er février 2023

                           

                           

                          Gérant de la société Kentino s.r.o

                          Transport gratuit

                          Lors de l'achat de plus de 70 000 CZK

                          Retours faciles sous 14 jours

                          Garantie de remboursement de 14 jours

                          Garantie internationale

                          Durée de garantie standard 2 ans

                          paiement sécurisé

                          PayPal / MasterCard / Visa

                          Sélectionnez votre devise
                          CZK Couronne tchèque
                          EUR euro